Ils font l'actu

Accueil >Actualités >Ils font l'actu>Association Vinci : au plus près des plus démunis

bénévoles

Association Vinci : au plus près des plus démunis

Depuis 1990, l’association Vinci (Véhicule d’Intervention Contre l’Indifférence) va à la rencontre des personnes sans abri dans les rues de l’agglo. Couvertures, boissons chaudes, soupe, orientation vers des soins ou des hébergements d’urgence… Chaque nuit, ses 120 bénévoles se relaient pour participer à cet élan de solidarité. Nicole Pellerin, bénévole et secrétaire de l’association, nous en dit plus.

Quelle est la spécificité de votre action ?

On se concentre sur les maraudes et on n’a pas de lieu d’accueil : juste un lieu de stockage où on se retrouve le soir à 20h ou 20h30 selon la saison pour préparer le véhicule. Une équipe compte trois personnes, exclusivement des bénévoles, et est toujours mixte car on touche un public masculin mais aussi féminin ; et c’est plus facile pour évoquer des questions de santé par exemple.

Quel est le profil des bénévoles ?

C’est très varié, on a des gens de 19 à 79 ans, en majorité des femmes, avec des professions qui ne sont pas forcément en lien avec le social : ingénieur, boulanger… Le point commun c’est que ce sont des personnes qui veulent apporter quelque chose, passer à l’acte.

Au total on est un peu plus de 120 et on tourne entre une et trois fois par mois maximum pour les plus aguerris, car il faut être en forme physique et mentale pour apporter du réconfort, du punch !

Comment se déroulent les maraudes ?

On prépare le contenu du véhicule : boisson chaude, pain, fromage, fruits, parfois sandwiches. Et aussi beaucoup de couvertures l’hiver. Puis on part sur le terrain. On intervient dans toute l’agglo en organisant notre circuit en fonction de l’urgence : priorité aux enfants et aux gens malades. Les 3/4 des personnes qu’on va voir nous sont signalées par le 115.

Sinon ce sont des gens qu’on rencontre dans la rue ou des habitués à qui on passe dire quelques mots pour qu’ils se sentent moins isolés. Il s’agit d’apporter du réconfort mais aussi de l’info : on oriente vers d’autres structures : le Fournil, Point d’Eau, les restos du cœur… On distribue des tracts en plusieurs langues pour expliquer où ça se trouve, quel service est proposé.

Vous travaillez en lien étroit avec d’autres structures ?

Absolument ! Avec le 115 on se réunit une fois par mois pour échanger sur certains cas. Ça permet de se structurer, d’essayer de placer un maximum de gens pour l’hiver, notamment ceux qui sont les plus fragiles. Nous participons aussi au collectif des associations de bénévoles qui regroupe une quinzaine d’associations de lutte contre l’exclusion et la précarité : Croix Rouge, Secours catholique, le Fournil, Point d’Eau, Banque alimentaire…

On se réunit une fois par mois au CCAS pour faire le point. La distribution hivernale de soupe est un exemple d’action mise en place ensemble. Actuellement on réfléchit aussi à la question des enfants qui sont dans la rue, qui est récente et alarmante

Vous constatez un changement des publics ?

Il y a une grande précarisation. La rue a beaucoup changé depuis deux ans : on rencontre beaucoup de migrants qui ne parlent pas français, de plus en plus de familles avec des enfants. Il y a aussi davantage de femmes seules et de travailleurs pauvres qui vivent dans leur voiture Et il y a tellement de demandes qu’on a peu de temps à consacrer aux gens !

Ce n’est pas trop dur ?

Cela peut être éprouvant mais ça reste une expérience très riche sur le plan humain. C’est un choix que j’ai fait il y a deux ans car je ne pouvais pas rester assise sans rien faire. A un moment il faut devenir acteur. C’est de notre responsabilité à tous ce qui se passe dans la rue !

informationRenseignements divers
VINCI Samu social, 27 rue Nicolas Chorrier - 38000 Grenoble (pas de permanence)
courriel https://www.samu-social-grenoble.fr/

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi