Reportages

Accueil >Dossiers >Reportages>Jardin des Vallons : une biodiversité citadine

Ce contenu fait partie du/des dossier(s): Sous un feuillage, sur un banc ou les pieds dans l'herbe...

Parcs et jardins

Jardin des Vallons : une biodiversité citadine

Installé sur l’emplacement d’une ancienne caserne militaire, le jardin des Vallons accueille un grand nombre de visiteurs toute l’année et se positionne comme le centre du premier éco-quartier de Grenoble, la Caserne de Bonne.

Cliquez sur l’image pour lancer ce diaporama de 10 images

Du jardin de la Maison des Habitants du Bois d’Artas au parc Paul Mistral en passant par le jardin Hoche, le jardin des Vallons fait partie d’une continuité verte qui traverse une partie de la ville.

Aménagé au sein du premier éco-quartier grenoblois, le jardin est entouré de bâtiments basse consommation. Le centre commercial, lui-même, recueille l’énergie solaire depuis son toit.

Label Ecojardin

La Ligue de protection des oiseaux (LPO) l’a aussi inscrit en zone refuge et il accueille un grand hôtel à insectes. C’est donc en toute logique que le parc obtient le label Ecojardin en 2015 : l’espace n’est pas traité avec des produits phytosanitaires. Vincent Favet, responsable de l’équipe de jardiniers du jardin des Vallons, explique :

Le lieu a été créé pour favoriser la biodiversité. On essaie de raisonner la tonte, en fonction des utilisations et des besoins.

Son aménagement date d’une dizaine d’années, lorsque le 6ème BCA (Bataillon des Chasseurs Alpins) quitte les lieux. Certains bâtiments ont été réhabilités et font aujourd’hui partie de l’identité du lieu : ils bordent l’esplanade Alain Le Ray, qui accueille des jeux d’eau, largement investis par les enfants lors de la saison estivale.

Nénuphars, roseaux, iris aquatiques…

La paysagiste Jacqueline Osty est à l’origine de la création des buttes, comme du bassin qui longe le centre commercial. Seuls des végétaux aquatiques, tels que des nénuphars, des roseaux ou des iris aquatiques, y ont été plantés. Quelques années après, des carpes et des canards ont fait leur apparition.

Des allées piétonnes permettent de traverser le jardin de part en part. Un cinéma, un centre-commercial, des restaurants, des écoles font de cet espace un lieu de passage important. Responsable du secteur 2 au service Espaces Verts, Daniel Raffort assure :

Les pelouses sont pleines pendant les vacances scolaires et les mercredis après-midi. Certaines zones sont clôturées pour protéger les plantes, mais globalement le parc est bien respecté.

Une grande aire de jeux a été construite sur une butte. Tout en longueur, elle comprend un long toboggan très utilisé par de nombreux enfants. Une plus petite aire fermée est destinée aux tout-petits.

Le Jardin des Vallons vit à travers ses visiteurs, grands ou petits, mais aussi à travers la faune qui investit les lieux. « On y trouve aussi des abeilles sauvages« , ajoute Vincent Favet. « Il y a des espaces que l’on peut encore travailler avec des plantes qui favorisent la biodiversité.« 

informationRenseignements divers
courrielhttps://www.gre-mag.fr/thematiques/sous-un-feuillage-sur-un-banc-ou-les-pieds-dans-lherbe/

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi