Portraits

Accueil >Découvertes >Portraits>Femme de tête

Lise Dumasy

Femme de tête

Lise Dumasy est la présidente de l’Université Grenoble Alpes, qui réunit désormais les trois anciennes universités de Grenoble : Joseph Fourier, Stendhal et Pierre Mendès France. Une femme d’écoute et d’action.

mercredi 3 février 2016 Lise Dumasy, présidente de l'Université Grenoble-Alpes (UGA).                                Sylvain Frappat - Ville de Grenoble 2016

 

« Il faut aimer rencontrer les gens ». Cette phrase pourrait résumer à elle seule Lise Dumasy. La nouvelle et première présidente de la désormais Université Grenoble Alpes (UGA) s’est installée dans son fauteuil depuis quelques mois déjà, avec la même curiosité d’ouverture aux autres disciplines, la même envie de se frotter aux personnes éloignées de ses propres compétences.

Et elle parle d’expérience. Trois fois réélue à la tête de l’ex-université des Lettres Stendhal, en 1999 puis en 2008 et 2012, diplômée de lettres classiques et de philosophie et agrégée de lettres classiques, enseignante et chercheure, elle aime croiser la littérature avec l’histoire, l’anthropologie, la sociologie et la médecine. Entre autres.
C’est dire que les sciences, si prégnantes à Grenoble, ne lui font pas spécialement peur. « Nous sommes tous limités dans nos expériences » souligne-t-elle. « Et nous avons besoin d’une université multiple, pour répondre aux enjeux sociétaux. Nous devons trouver des équilibres entre les disciplines, mais cette prise de conscience juste et intelligente existe à Grenoble. »

Elle voit son travail comme une opportunité de contacts et de dialogues, une nécessaire adaptation aux périodes de transition et aux spécificités de chacun. Construire l’UGA revient à construire une identité commune afin de faire émerger des projets. Pour elle, point de concurrence entre universités mais des frontières artificielles qui peuvent rendre les choses difficiles si les gens ne se rencontrent pas. « Je vois cette présidence comme une continuation et une impulsion. Cette activité me plaît beaucoup, j’ai le sens du travail collectif et aime mettre en place des équipes qui fonctionnent bien ensemble et entre elles. »

En premier lieu au service des étudiants. Car veiller au bon déroulement des études de 45 000 personnes passe aussi, selon Lise Dumasy, par l’accueil, le sentiment d’appartenance à une même université, l’animation du campus, le soutien aux activités culturelles et sportives, mais aussi par l’écoute de ce qui se passe ailleurs, sur d’autres territoires, dans d’autres écoles, et à l’international. « L’étudiant doit être au cœur de l’innovation, y compris pédagogique » soutient-elle.

Du campus grenoblois, qu’elle fréquente depuis 1988, Lise Dumasy dit que c’est un lieu dynamique, d’innovation et d’expérimentation. Trois qualificatifs qui ne sont pas pour déplaire à cette femme qui avoue beaucoup travailler et ne pas prendre le temps suffisant pour fréquenter comme elle le voudrait les lieux de théâtre et de musiques. « Je lis beaucoup, quand je peux j’écris un article » s’excuse-t-elle, « et puis je fais de la randonnée en montagne, la marche me va bien ! »

Un de ses souhaits ? Faire venir la ville sur le campus, qui recèle quelques petits trésors, tels des expositions régulières ouvertes à tous, des spectacles, des ateliers, des conférences et des rencontres, et puis un magnifique arboretum.

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Parfum d’enfance

Le recyclage se met au sport

Good night