Tous nos dossiers

Accueil >Dossiers >Tous nos dossiers>Le sport U a le vent en poupe

Ville sportive

Le sport U a le vent en poupe

La pratique sportive universitaire, portée par un Comité régional du sport universitaire (CRSU) dynamique, se développe à vitesse grand V sur le campus grenoblois.

748354_Noel jeunes sportifs

« La quantifier ? C’est compliqué » explique Léo Guilbert, chargé de développement et de communication au sein du CRSU. « En général on estime qu’un tiers des étudiants pratique une activité sportive : c’est un excellent chiffre. Ce qui est en revanche certain, c’est que l’étudiant qui veut pratiquer s’y retrouve ! »
Que la pratique soit de détente, d’initiation ou de compétition, le choix existe avec une trentaine de disciplines proposées qui peuvent s’adapter au niveau du pratiquant. Le jeudi reste le jour dédié au sport universitaire même si Léo Guilbert regrette que « de moins en moins de composantes de la Fac jouent le jeu, en proposant des partiels ou des cours de rattrapage ce jour-là. »
Quels sont les axes qui pourraient permettre au sport universitaire d’encore se développer ? « Continuer la communication en amont, qu’un lycéen qui arrive à l’université sache déjà qu’il pourra pratiquer. Et puis au CRSU on s’est fixé un projet ambitieux : apporter de la vie autour des compétitions sportives qu’on organise, où il manque parfois encore un peu d’ambiance. »
Le sport universitaire français peut-il tendre à ce que l’on voit outre-Atlantique ? « Je ne pense pas, on n’a pas la même culture sportive qu’aux États-Unis et, ici, les fédérations ont une toute autre importance. »
Qu’importe, à Grenoble, la pratique sportive à la Fac a encore de beaux jours devant elle.

Les sportifs de haut niveau choyés

Les SHN, comme on les appelle, sont particulièrement bien traités dans les universités grenobloises. On en compte aujourd’hui à peu près 400.

Ils bénéficient d’une structure unique – avec un centre santé dédié par exemple, de dispositifs spécifiques pour l’enseignement –, notamment ceux qui pratiquent des sports d’hiver et dont la saisonnalité est particulière (enseignement individualisé, échelonnement des diplômes…).

Et les résultats suivent à l’image des performances réalisées par Coline Mattel et Marie Bochet lors des derniers Jeux Olympiques et Paralympiques.

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi