Tribunes politiques

Accueil >Actualités >Tribunes politiques>Les semaines passent et les dérives de la municipalité s’aggravent

Gre.mag n°36 - Groupe « Société Civile, Divers Droite et Centre »

Les semaines passent et les dérives de la municipalité s’aggravent

L’incendie du campement des Alliés a été un désastre pour le quartier et l’entreprise Richardson qui a vu ses locaux brûler. Il a engendré une hausse de la pollution de l’air et une augmentation des particules nocives pour la santé. C’est aussi un échec social : la Municipalité a accepté que les occupants se réinstallent au détriment de la sécurité du quartier. Comme elle accepte que perdure le squat du 106 rue des Alliés dans une villa de grande valeur architecturale qui lui appartient. Les habitants subissent les nuisances, la valeur des biens se dégrade et les entreprises fuient.

L’incendie a confirmé l’existence d’un système de marchands de sommeil, que nous dénoncions sans être entendus. Le suspect interpellé régnait en chef mafieux sur le camp, exigeant le paiement de “loyers” aux familles. Par son immobilisme, elle est co-responsable avec ceux qui s’enrichissent sur la misère des autres. Grenoble compte 15 bidonvilles et squats dont plusieurs dans des locaux de la ville, et nous demandons en vain une enquête sur les conditions d’arrivée de ces populations et la fin des squats de l’ultra-gauche sur le dos des contribuables.

Par ailleurs une élue de la majorité municipale a affirmé que les piscines sont appelées à disparaître car « ce sont des aberrations économiques, écologiques et sanitaires ». La fermeture de la piscine des Iris et de la piscine Vaucanson trouve une explication. Éric Piolle sacrifie des équipements essentiels à l’enjeu de santé publique qu’est l’apprentissage de la natation. Certains élèves du primaire n’ont plus accès à cet enseignement pourtant obligatoire dans les programmes.

Par contre il finance un abri aux gilets jaunes (11 000 €), des toilettes sèches inutilisables (50 000 €), des toilettes à éoliennes qui ne fonctionnent pas (110 000 €). Jusqu’où iront ces dérives ?

Pour contacter notre groupe d’opposition : 0 476 763 484/societecivile38@gmail.com

Alain CARIGNON, Nathalie BÉRANGER, Brigitte BOER, Chérif BOUTAFA, Nicolas PINEL, Dominique SPINI

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.


Les commentaires ne sont plus ouverts pour ce contenu.

Gre-mag vous propose aussi

Amateurisme

Une année 2022 sous le signe de Capitale verte européenne

Pour une action publique plus protectrice des habitants des bidonvilles grenoblois !