Dossiers

Accueil >Dossiers>Libérer la parole publique

Assises citoyennes

Libérer la parole publique

Tel un inventaire à la Prévert, on a trouvé au menu des Assises Citoyennes de Grenoble, les 7 et 8 novembre, du débat, des ateliers, un théâtre forum, des petits papiers pour s’exprimer, des dessins, des couloirs et des recoins pour discuter.

Cliquez sur l’image pour lancer ce diaporama de 11 images

On l’attendait un peu beaucoup — après la plus discrète réunion publique du 27 septembre — ce deuxième acte d’un renouveau de la parole publique. Plus de 600 personnes se sont déplacées à la MC2 dès le vendredi soir et des centaines de personnes se sont réparties le lendemain autour des thèmes de la création de Conseils citoyens indépendants (CCI), du budget participatif et du droit d’interpellation citoyenne.

Acte 2, scène 1

Quatre groupes d’habitants, qui réfléchissent depuis septembre, ont présenté différents scénarios possibles pour les Conseils citoyens. Quel rôle, quelle composition, quels moyens, une organisation géographique ou thématique… ? Ces questions, débattues en salle, vont nourrir le travail de la Commission extra-municipale — composée d’élus et de citoyens — mise en place le 17 novembre pour définir le cadre des Conseils.

Place à la pratique

Découvrir, expérimenter, s’impliquer, proposer. Regroupant chacun une soixantaine de participants, trois ateliers se sont consacrés à la votation d’initiative citoyenne et au budget participatif. Pour la votation citoyenne, c’est comme en Suisse : au-delà d’un certain nombre de signatures, une votation sur un sujet choisi par les habitants est organisée. Quant au budget participatif : une somme est allouée par secteur pour un projet de cadre de vie choisi par les habitants.
Un mode d’emploi qui sera dévoilé sous peu puisque ces dispositifs seront mis en place dès 2015.

Mode d’emploi des Assises citoyennes à retrouver sur grenoble.fr

 

Paroles de participants

En amphi pour le débat sur la mise en place des futurs Conseils citoyens indépendants (CCI) ou en ateliers pour s’approprier les dispositifs de participation qui seront développés, les Grenoblois ont joué le jeu de l’implication. Témoignages recueillis lors de la journée du 8 novembre.

Assises CitoyennesThomas Simon
« La démocratie participative m’intéresse car il faut se battre au niveau des causes plutôt que des conséquences ! C’est pourquoi j’ai participé au groupe des 150 (citoyens volontaires engagés depuis septembre dans la réflexion sur les CCI – NDLR). Le travail était très constructif, même si la mise en route a été un peu difficile. On a eu de bons échanges qui nous ont obligés à reformuler certaines idées, à trouver un consensus… Aujourd’hui, j’ai apprécié qu’on entende différentes propositions de scénarios et qu’on laisse un maximum de personnes s’exprimer. J’espère que les futurs CCI pourront intégrer tous ceux qui le souhaitent : il faudrait que ce soit une sorte d’agora, ouverte à tous, où chacun peut trouver sa place. Pour moi, ils doivent aider à la décision collective. »

 

Assises CitoyennesElise Naveaux
« Ces Assises sont ma première expérience de démocratie participative. Je suis venue pour comprendre comment les CCI vont se mettre en place et j’ai appris des choses. On a assisté à une vraie mise en pratique, avec des prises de parole qui ont permis une discussion à grande échelle et des retours sur des démarches innovantes comme la restitution des groupes d’habitants. En général, il y a confusion entre préoccupations individuelles et collectives : c’est difficile de sortir de son cas particulier… mais c’est faisable ! Les questions posées le prouvent. On était vraiment dans le « comment faire ensemble ? » J’espère continuer à participer, quelle que soit la forme que cela prendra. »

 

Assises CitoyennesBernard Jay
« Le budget participatif est un sujet que je connais. Si j’ai suivi cet atelier, ce n’est pas tant pour apprendre des choses que par souci de m’impliquer dès le début. Cette expérience a conforté mon idée que le travail en groupe est indispensable. À notre table, même si ce n’était qu’un exercice, il a fallu trouver un consensus. Et on a réussi à se mettre d’accord alors qu’on ne se connaissait pas ! J’attends maintenant de voir les modalités de mise en place. Je souhaite que la décision descende vraiment jusqu’aux habitants et j’espère qu’on trouvera des méthodes pour que tout le monde puisse s’exprimer. »

 

Assises CitoyennesMaryline Messina
« L’atelier sur la votation citoyenne m’a permis de découvrir comment la participation citoyenne peut s’organiser, avec quels moyens, quelles répercussions… et aussi comment elle peut se mettre en place à Grenoble. Le jeu de rôle était super intéressant : on se sentait vraiment partie prenante ! Je me suis associée à un projet visant à créer une mutuelle municipale en autogestion pour les gens qui ont peu de moyens mais n’ont pas droit à la CMU. La confrontation des points de vue était enrichissante et la prise de parole plutôt bien organisée, même si j’aurais aimé davantage de temps pour les questions-réponses. Je regrette aussi qu’on n’ait pas abordé la question du suivi de la votation jusqu’à la mise en application du projet. »

 

Assises CitoyennesMarc Beetschen
« Je souhaitais mieux connaître la pétition et la votation populaire et j’ai appris des choses sur le processus, ses écueils et ses limites, comme la question des seuils pour assurer une certaine représentativité. Pour cette raison, je pense que le choix de la municipalité de fixer un seuil correspondant au nombre de votants aux dernières élections municipales pour qu’on ne puisse pas déroger au résultat d’une votation a du sens. L’autre point qui m’a interpellé concerne l’absence totale de garantie quant à la participation des exclus… Une question centrale pour la votation comme pour les Conseils citoyens indépendants ! »

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi