Dossiers

Accueil >Dossiers>Pourquoi Grenoble est-elle plate ?

Leçon de géographie

Pourquoi Grenoble est-elle plate ?

Derrière le lieu commun, cette absence de relief au cœur d’un massif montagneux peut surprendre. Explication.

Table orientation

Il y a 30 000 ans, le glacier de l’Isère occupe la vallée du Grésivaudan jusqu’à l’altitude de 1 000 mètres. Cette masse gigantesque de glace recouvre alors l’éperon rocheux de l’actuelle Bastille, le mont Rachais et une partie du versant de Chartreuse.

Il y a 25 000 ans, le climat se réchauffe. Le glacier fond et l’eau libérée forme le lac du Grésivaudan, long de 150 km, entre Albertville et Grenoble. Pendant 10 000 ans, il se comble de dépôts glaciaires et d’alluvions fluviatiles. Puis l’eau se retire et laisse apparaître le fond du lac, tout plat. Cularo, ancêtre de Grenoble, s’établira à la confluence des rivières du Drac et de l’Isère.

Un œil averti peut observer, aujourd’hui encore, une preuve de la présence du glacier de l’Isère. En empruntant le sentier géologique de la Bastille, aménagé par l’Observatoire des sciences de l’univers de Grenoble à partir de la porte Saint-Laurent, le promeneur croise, au tiers de la montée, un rocher dont la composition contraste avec celle de la roche calcaire qui arme le massif de Chartreuse. Ce bloc constitué de grains de différentes couleurs est un granite tel qu’il en existe au nord du massif de Belledonne.

Alors, comment est-il parvenu jusqu’aux pentes de la Bastille ? C’est le glacier de l’Isère qui l’a transporté là.

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

La tour Perret avec des yeux d’enfants

Le Cairn, mode d’emploi

Nouveautés en cascade à l’Estacade !