Tribunes politiques

Accueil >Actualités >Tribunes politiques>Une ville paralysée

Gre.mag n°30 - Groupe «Société Civile, Divers Droite et Centre»

Une ville paralysée

Un Maire à peine élu le 3 juillet, qui part dans la foulée une semaine à Paris sur les plateaux TV afin de se lancer dans la bataille des ambitions personnelles nationales ;

Un été avec une totale absence de mesures face au développement de la pandémie ;

  • Des fontaines en panne pendant toute la période de canicule avec un Adjoint-gadget « à la fraîcheur » ;
  • Les effets négatifs des multiples îlots de chaleur créés pendant le précédent mandat ;
  • Une montée de la violence et de l’insécurité avec des quartiers entiers qui appellent en vain à l’aide – comme au Lys Rouge et ailleurs – ;
  • Une rentrée scolaire tendue par des retards dans les constructions d’écoles et les conséquences d’une bétonisation intensive de la ville ;
  • Une métropole à l’arrêt alors que sa compétence économique devrait la placer aux avant-postes de la crise sociale et d’emploi ;

Jamais municipalité dominatrice, sure d’elle-même et aux abonnés absents n’aura autant méprisé les Grenoblois.

Malgré 40 élus de la majorité membres de l’exécutif municipal sans que la plupart de leurs fonctions ne soient clairement identifiables par les Grenoblois.
Cette coalition a passé son été à se disputer les postes oubliant toutes les attentes des Grenoblois.
Il n’y a pas de pilote dans l’avion grenoblois et la vie quotidienne des habitants est abandonnée.
La crise institutionnelle de la Métropole, conséquence d’une lutte de personnes pour le pouvoir entre Éric Piolle et Christophe Ferrari fait disparaître notre territoire de la carte.
La rentrée est difficile, plus qu’ailleurs, pour les Grenoblois parce qu’ils sont les grands oubliés des élus de ces deux derniers mois.

Alain CARIGNON, Nathalie BERANGER, Brigitte BOER, Chérif BOUTAFA, Dominique SPINI, Anne ROCHE, Nicolas PINEL

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.


Les commentaires ne sont plus ouverts pour ce contenu.

Gre-mag vous propose aussi

L’art des contre-vérités

Toutes les volontés ont un chemin, vraiment ?

Éric Piolle refuse un plan de sécurité pour les Grenoblois