Dossiers

Accueil >Dossiers>Vive l’affichage sans publicité

De l'air !

Vive l’affichage sans publicité

L’annonce est tombée le 23 novembre et la presse nationale a relayé l’information : à Grenoble, à partir du 1er janvier 2015, les panneaux publicitaires Decaux seront démontés.

636561_MONTAGEL’échéance du contrat entre la Ville de Grenoble et l’afficheur JC Decaux arrivait à terme au 31 décembre 2014. Elle est apparue comme une opportunité pour la nouvelle équipe municipale de réfléchir à la place de l’affichage dans la ville. Il s’agit de mieux le définir et le structurer, en favorisant en particulier l’affichage d’opinion et la publicité relative aux activités des associations sans but lucratif, ainsi qu’à la culture.

À court terme, Grenoble a donc fait le choix de supprimer l’affichage publicitaire dans la ville : 326 panneaux Decaux vont ainsi disparaître de l’espace public, dont 64 grands panneaux, 227 « sucettes » et 20 colonnes. C’était un engagement de campagne. Après étude et discussions sur la faisabilité, les élus ont décidé de le mettre en œuvre. « Ce qui motive notre travail, c’est la notion de liberté de réception : l’information sera disponible et les Grenoblois iront la chercher, plutôt que d’avoir une information qui s’impose à eux » explique Lucille Lheureux, adjointe à l’espace public.

Une opportunité économique

Le marché est en profonde mutation et les recettes de la publicité traditionnelle s’effondrent. Grenoble aurait pu faire le choix de laisser une nouvelle publicité animée et digitale, mais son hyper visibilité est vite apparue en contradiction avec l’idée de promouvoir une ville plus créative, moins agressive et moins stressante. De plus, en cas de maintien du dispositif, les recettes publicitaires pour la ville seraient passées, au vu des premières études en cours, de 600 000 à environ 150 000 euros — le marché datant de 2004 était plutôt généreux pour la Ville car JC Decaux souhaitait s’implanter et conforter sa place. La Ville va donc pouvoir compenser ce manque à gagner par des économies (déjà réalisées en 2014) sur son budget de « protocole » et de réceptions.

Du dialogue et des arbres

Dès janvier 2015, les premiers panneaux démontés seront remplacés par une cinquantaine d’arbres et de nouveaux systèmes d’affichage réservés à l’information municipale, la culture et les expressions diverses. Un travail de concertation avec les habitants est programmé dans le même temps, afin notamment d’installer ces nouveaux panneaux dans des lieux clés. Ce mobilier, de taille plus réduite, sera mis en place au cours des prochains mois. Il pourrait faire l’objet d’un contrat de gestion avec une entreprise de réinsertion pour son entretien.

 

En savoir plus sur grenoble.fr

Vos commentaires

Commentaire de Fabrice le 15 décembre 2014 à 20 h 08 min

Bonjour,

Pour aller dans le sens des arguments proposés, et en proposer d’autres, cette agence de communication explique pourquoi l’affichage c’est décidément so… vintage ! Ca se passe ici : http://fashandy.fr/grenoble-com-pub/

Lire la suite >

Commentaire de Pitiot le 27 décembre 2014 à 15 h 33 min

Je reviens de Prague (République tchèque) et la ville est envahie de « sucettes » Decaux qui altèrent la beauté de cette ville, Decaux à même mis des « sucettes » déroulantes… je ne vous raconte pas le massacre ! Avec l’espoir que la Municipalité de Prague vienne à Grenoble vois les progrès que nous allons vivre !

Lire la suite >

Commentaire de Vincent le 28 décembre 2014 à 17 h 30 min

Il y a des contradictions… on supprime l’affichage publicitaire, symbole d’une ville active et d’un commerce florissant, car elle s’imposerait aux passants, mais c’est pour implanter de nouveaux panneaux d’affichages pour les informations venant de la mairie, qui dispose déjà de nombreux moyens d’expression.

Lire la suite >

Commentaire de Lauriot le 27 avril 2015 à 20 h 52 min

Les nouveaux totems destinés à l’information municipale sont laids, mal entretenus et pas à jour : l’affiche concernant les élections départementales étaient encore en place à mi avril, de même que celles concernant les Tours de Babel, encore en place le 27 avril alors que c’est terminé depuis le 3

Lire la suite >

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi