Dossiers

Accueil >Dossiers>Vox populaire

mobilier urbain

Vox populaire

Avez-vous remarqué ces drôles de mobiliers qui ont fleuri dans la ville ? Nommés Vox, ces panneaux d’affichage ont été imaginés par Alexandre Morronoz.

©Alain Fischer

Ils jalonnent peu à peu l’espace urbain, suite à un appel à designers lancé par la Ville pour remplacer les anciens panneaux Decaux. Leur mission : diffuser l’information au plus près des habitant-es et des usager-es de Grenoble.

Le concept : un mobilier urbain à taille humaine, centré sur l’information publique, associative, culturelle et sportive, réparti sur l’ensemble du territoire grenoblois.

Les modèles ont été pensés pour être modulés en fonction des lieux. Les affiches peuvent varier du format A0 au format A2 et leurs quantités osciller entre 4 et 12 exemplaires par mobilier.

Au sommet, un porte-voix à rayures noires et blanches sert de signal, de repère dans la ville.

Dernières installations au printemps

Les deux premiers prototypes ont été installés au printemps près de l’arrêt de tram La Bruyère et place Paul-Mistral, suivis à la fin de l’été de deux autres mobiliers grand format posés place Dubedout et devant la MJC Anatole-France.

A l’automne, onze autres mobiliers ont été déployés dans la ville. Cinq modèles resteront à poser en ce début d’année 2020.

Expression libre

En complément de ces espaces réservés en priorité aux informations municipales, l’affichage libre reste le plus adapté à l’échelle d’un quartier ou d’une rue.

La Ville met à disposition du public, en différents lieux, des panneaux destinés à recevoir des affichages d’expression libre, d’opinions ou d’idées, de l’information associative (sans but lucratif), ou encore sur la vie de quartier (carte à consulter sur grenoble.fr).

Depuis la rentrée, 166 panneaux sont venus s’ajouter aux 135 panneaux existants, doublant ainsi l’espace réservé aux associations.

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Mieux connaître les perturbateurs endocriniens

De nouveaux noms pour un meilleur repérage

Il y a soixante-quinze ans, la libération des camps