Tous nos dossiers

Accueil >Dossiers >Tous nos dossiers>A chacun sa pratique

Ville sportive

A chacun sa pratique

Le premier week-end de l’année, près de 36 000 spectateurs se sont retrouvés dans les travées du stade des Alpes et de la patinoire Pôle Sud pour assister aux performances des rugbymen du FCG, des hockeyeurs des Brûleurs de Loups et des footballeurs du Grenoble Foot 38. Une affluence qui rappelle que la capitale du Dauphiné sait vibrer au rythme des exploits des équipes qui portent ses couleurs. Spectateur en ces quelques occasions, le Grenoblois est aussi un acteur en matière sportive. Le relief alentour, bien sûr, mais aussi la variété des équipements intra-muros constituent ses terrains de jeu privilégiés. Pourquoi cette relation particulière entre les Grenoblois et le sport ? Quelle place occupent aujourd’hui les différentes pratiques ? Quels défis la Ville va-t-elle devoir relever au cours des prochaines années ? Petit tour d’horizon de la situation !

662250_Via ferrata

Grenoble, ville de sportifs ? La situation géographique et le nombre d’équipements sportifs qui ont vu le jour depuis les Jeux olympiques de 1968 favorisent la pratique d’une activité sportive, que ce soit dans un cadre associatif ou de manière autonome. À la Bastille, dans les parcs, sur les berges, on voit des gens pratiquer la course à pied, monter un filet de volley, s’entraîner sur le mobilier public… Le sport en entreprise connaît aussi un important développement. Même au sein des clubs, l’aspect compétition tend à s’effacer. Si le cadre associatif reste dominant, avec plus de 350 clubs répertoriés, d’autres schémas se développent. Il est donc difficile d’établir un profil type du « Grenoblois sportif ». « Les Grenoblois me semblent plus dans la pratique, souvent autogérée, favorisée par notre contexte géographique montagnard » précise Pierre Arnaud, vice-président de l’Office municipal des sports (OMS).

Les quartiers, terrains de pratiques

Cette variété de profils complique-t-elle la mise en place d’une politique qui ne laisserait personne sur la touche ? « Nous travaillons sur le projet politique d’une ville de sportifs à une ville sportive. Les deux sont bien sûr indissociables mais l’objectif est de mettre plus de cohésion, de cohérence, bien marquer aussi que l’on travaille pour tous, quel que soit le sport, le niveau, l’âge ou la condition physique » précise Sadok Bouzaïene, adjoint aux sports. Les actions en direction des jeunes et des quartiers vont ainsi se poursuivre. Avec un soutien particulier pour les clubs de proximité, appui important en matière d’insertion sociale, de lien avec les familles.

724127_Ecran geant finale foot

Sadok Bouzaïene, adjoint aux Sports

« En mettant par exemple en lumière des clubs qui font du bon boulot, en se penchant sur le public pré-ado/ado qui sort souvent de la pratique sportive, en leur proposant peut-être plus d’activités dans l’air du temps » soutient Sadok Bouzaïene.

Une ville émancipatrice pour les femmes

Une attention toute particulière va être portée au sport féminin, y compris une aide aux sportives de haut niveau, qui ont du mal à être sponsorisées. Le travail sur la parité homme-femme, fait à l’échelle de la Ville, passera aussi par le sport, et les clubs qui jouent le jeu pourraient être mieux subventionnés. Car on constate aujourd’hui que moins de 20 % des femmes profitent d’un terrain de sport. C’est plus globalement, et pour rester dans l’esprit sportif, le travail d’équipe qui devrait être accentué. « On aimerait que chacun travaille moins de son côté et plus ensemble. On veut davantage collaborer avec l’OMS, plus réfléchir à certaines questions dans une logique d’intercommunalité » reprend l’adjoint aux sports. « Pourquoi pas penser à des fusions ou à la mutualisation de compétences ? Même si le travail pour changer les mentalités reste important. »

Le sport en chiffres

14 licenciés dans un club bouliste : le + petit nombre 83 associations subventionnées dont 19 à + de 23 000 € 32 associations avec une mise à disposition de locaux associatifs 210 personnes au service des Grenoblois à la direction des Sports de la Ville 2 211 licenciés en natation Nautic Club ALP 38 : le + grand nombre de licenciés 6 148 inscriptions aux animations socio-sportives (Jeunes en montagne, Quartier foot…) 108 965 entrées individuelles en piscines 1 200 000 la fréquentation des équipements sportifs (lycées, collèges, écoles, associations)

Où se renseigner

L’OMS : son rôle est de rassembler le monde sportif local et de promouvoir le sport pour tous et sous toutes ses formes.

Le site de la ville de Grenoble : activités, équipements sportifs, piscines, gymnases…

La Maison de la montagne : un lieu d’accueil, de conseils et de ressources.

Les équipes phare se portent bien

Rugbymen, hockeyeurs et footballeurs grenoblois régalent les spectateurs depuis le début de la saison. Le point sur ces équipes qui nous font vibrer. Et le meilleur reste peut-être encore à venir…

GF38 : objectif National

752398_GF38-OM   Le 4 janvier 2015 restera une date marquante du football grenoblois. Ce soir-là, le GF38 écrit une belle page de l’histoire de la Coupe de France en faisant tomber l’Olympique de Marseille, alors leader de Ligue 1, devant plus de 18 000 spectateurs. 
Le point d’orgue d’une saison jusque-là en tout point réussie. Car si l’opération séduction a porté ses fruits – le GF38 a ainsi plus que doublé son affluence moyenne en championnat lors de la rencontre qui a suivi sa qualification – l’unique ambition de l’équipe d’Olivier Saragaglia reste l’accession en National. Un objectif pour lequel le GF38 est bien parti avec une première place au classement à mi-parcours. Le haut niveau n’est peut-être plus très loin…

Déjà un trophée pour les Brûleurs de Loups

Brûleurs de Loups-Briançon   Après quatre ans de disette, les Brûleurs de Loups ont à nouveau garni leur étagère à trophées, le 30 décembre dernier, en remportant la Coupe de la Ligue de hockey-sur-glace, la quatrième de leur histoire.
Peut-être seulement un apéritif, au vu de la saison réalisée jusque-là par les protégés de Richard Martel, coach arrivé dans la capitale des Alpes cet été, et qui a su insuffler à son équipe un esprit de victoire. Les BDL occupent en effet la tête de la ligue Magnus après une vingtaine de journées et aborderont quoi qu’il arrive les play-offs en bonne condition. Cerise sur le gâteau, la patinoire Pôle Sud ne désemplit pas cette saison…

Le FCG d’attaque

FCG-Oyonnax   Plus mauvaise défense du Top 14 à l’entame des matchs retour, le FC Grenoble Rugby compense cette saison par une attaque qui fait feu de tout bois. Et malgré quelques revers salés, l’ambitieux jeu proposé par les Alpins se révèle plutôt payant jusqu’à présent ; l’équipe de Fabrice Landreau restant dans la course aux phases finales de la Coupe d’Europe. Ces deux dernières saisons, les secondes parties de championnat s’étaient révélées laborieuses pour Gengenbacher et ses coéquipiers. Malgré un calendrier qui s’annonce difficile, les Grenoblois semblent cette fois-ci mieux armés pour tenir la distance. En continuant, si possible, à régaler le public du stade des Alpes.

Les équipements : le grand défi de demain ?

« Tout n’est pas rose. » Grenoble est en effet confrontée à un défi de taille. Celui de l’obsolescence d’une grande partie de ses équipements sportifs, qui ne répondent plus aujourd’hui aux besoins des pratiquants, sans parler des questions relatives à leur accessibilité.

342145_Palais des sports

La Ville a récupéré le palais des Sports en régie directe pour l’ouvrir à des pratiques et des événements divers. La rénovation de certains équipements (la piscine Jean Bron, le gymnase de la Piste qui avait brûlé il y a quelques années, le terrain stabilisé du Village olympique…) devrait être privilégiée. « C’est LE grand défi, le plus difficile sur le plan financier. On ne pourra pas tout faire. Il nous faudrait 35 millions d’euros… » admet Sadok Bouzaïene, adjoint aux Sports. « Là encore je pense qu’il faut sortir d’une réflexion purement ville. Université, Métropole : comment travailler ensemble pour que les équipements sportifs servent à tout le monde, comment rendre les manifestations sportives plus populaires ? »

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Seconde main de premier choix

Se rafraîchir l’été

Et le temps suspendit son vol