Actus de la ville

Accueil >Actualités >Actus de la ville>La Maison du projet, terreau fertile de la ZAC Flaubert

urbanisme

La Maison du projet, terreau fertile de la ZAC Flaubert

En novembre dernier, un bâtiment expérimental s’est installé au cœur du quartier Flaubert. Il s’agit d’un prototype d’habitat participatif et écoresponsable, dénommé « Terra Nostra », constitué principalement de bois et de terre. Après un séjour en terre lyonnaise, il entame sa seconde vie à Grenoble au titre d’un partenariat entre l’École d’architecture de Grenoble (ENSAG) et la SPL SAGES (aménageur du quartier Flaubert pour le compte de la Ville). Sa destinée ? Être un outil pédagogique et un support d’animation et de concertation pour ce quartier en mutation.

Mercredi 23 novembre 2016 Visite de chantier : Installation du prototype d'habitat TERRA NOSTRA. Il illustre à la fois les possibilités constructives et architecturalesdu nmatériauterre tout en préfigurant de nouvelles formes d'habitat prenant en compte les attentes sociétales contemporaines : confort, convivialité, accessibilité, luminosité, isolation etc. Lieu : Au coeur du projet urbain Flaubert, près du parc, face au lieu associatif La Bifurk, Grenoble. PHOTO : © Alain FISCHER 2016, Ville de Grenoble.

C’est à la « Team AuRA » (Auvergne-Rhône Alpes), composée d’experts scientifiques, d’universitaires, de professionnels et d’étudiants que revient la réalisation du prototype « Terra Nostra ». Il est le fruit d’un travail collaboratif entre différentes disciplines, piloté par l’ENSAG. Au cours de l’année universitaire 2015-2016, cinquante étudiants des écoles d’architecture de Grenoble et de Lyon ont été les concepteurs et les chefs de chantier du bâtiment, encadrés par une équipe enseignante et des experts. Leur objectif était d’imaginer une approche écoresponsable de la construction.

« Notre base d’enseignement est l’apprentissage par l’expérimentation. Réaliser un logement en ville nous permet de positionner les étudiants au plus proche des réalités et de les projeter dans la vie professionnelle avec une réelle prise de responsabilité » explique Maxime Bonnevie, coordinateur du projet « Terra Nostra » à l’ENSAG.

« Terra Nostra » contribue à approfondir la recherche sur l’utilisation de la terre dans le logement et à sensibiliser le grand public et les professionnels du bâtiment sur ce sujet.

Cet exercice architectural grandeur nature s’est en effet accompli avec des étudiants issus des filières de l’ingénierie et des sciences appliquées(1), des professionnels de la construction, avec un passage aux Grands Ateliers à Villefontaine (en Isère), dédiés aux travaux de recherche des écoles d’architecture, pour la préfabrication du prototype. Mais la portée de « Terra Nostra » va au-delà de cet enjeu pédagogique. Il contribue également à approfondir la recherche sur l’utilisation de la terre dans le logement et à sensibiliser le grand public et les professionnels du bâtiment sur ce sujet.

Un prototype expérimental

Une des caractéristiques fortes du prototype est de tester différentes déclinaisons de l’utilisation de la terre dans la construction. Parmi celles-ci, figure une technique historique et traditionnelle : le pisé, un système constructif à base de terre crue que l’on retrouve notamment dans certaines maisons du Nord-Isère.

Quels sont les avantages de cet élément végétal pour le bâti ? « Dans un contexte de réchauffement climatique, il est important de mener une réflexion sur les matériaux locaux, utilisant le moins de carbone possible tout au long de leur vie. La terre est l’exemple d’une ressource locale, naturelle et totalement recyclable » explique Maxime Bonnevie. Outre cet atout « bas carbone », la terre apporte également une sensation de confort à l’intérieur de l’habitat, grâce à sa capacité de régulation thermique et hygrométrique (l’humidité relative) et à ses performances acoustiques.

photo-1-crcdit-terra-nostra-ensag

Le prototype démontre également la faculté de moduler l’intérieur des logements, en fonction des usages et de l’évolution des parcours de vie : ses cloisons amovibles permettent d’envisager un maximum de dispositions spatiales (du T2 jusqu’à l’espace de co-working).
Enfin, « Terra Nostra » implique une dimension sociale, démontrant les atouts d’un habitat participatif, avec la présence d’espaces mutualisés. « L’idée est de donner aux habitants de la place dans l’acte de construire et de renouer avec leur désir d’habiter » poursuit Maxime Bonnevie.

De « Terra Nostra » à la Maison du projet Flaubert

Jeudi 15 décembre 2016. Terra Nostra, nouveau projet type d'habitation. Lieu : Bifurk, Grenoble. © Alain FISCHER 2016, Ville de Grenoble.

Rebaptisé Maison du projet pour le quartier Flaubert, l’ouverture officielle est prévue en mars 2017, à l’occasion de la Biennale des villes en transition. Située à proximité de la Bifurk, du projet de l’école primaire ou encore du futur immeuble du bailleur Actis, « Habiterre & Bois »(2), elle occupe ainsi une position centrale. « “Terra Nostra” représente le concept de Flaubert de demain. C’est un formidable outil de communication qui permettra aux habitants et aux professionnels de s’informer, de dialoguer et de toucher les matériaux, dans un lieu intime et convivial » estime René De Ceglié, élu du secteur 4.

« Terra Nostra » implique une dimension sociale, démontrant les atouts d’un habitat participatif, avec la présence d’espaces mutualisés.

La Ville de Grenoble prévoit que cet espace soit à la fois un lieu de concertation (lire encadré ci-contre), un laboratoire d’idées, une plateforme technique et un support d’expérimentation et de tests, en vue d’une exploitation scientifique. L’ENSAG et la Bifurk seront les principaux artisans des animations qui s’y dérouleront : ateliers, formations, visites pour les scolaires et les habitants, activités culturelles, etc. L’objectif est double : d’une part, réfléchir ensemble sur les constructions écoresponsables et, d’autre part, se projeter sur l’aménagement du quartier Flaubert.

« Un véritable terrain de test avec les habitants de la ville en transition, d’un point de vue énergétique et écologique. “Terra Nostra” est un démonstrateur qui incitera l’ensemble de la filière constructive à se tourner vers la Ville de demain, une ville plus responsable de ses ressources naturelles et de ses matériaux » envisage Pierre Kermen, directeur général de la SPL SAGES.

(1) L’IUT1 de Grenoble, l’ENSASE, l’ENTPE, l’INSA, l’ENSE3, l’AFPA
(2) Inspiré de « Terra Nostra » – Lauréat de l’appel à projet national de la Caisse des dépôts et de l’USH sur « L’architecture de la transformation »

 

informationRenseignements divers
La maison du projet Flaubert
2, rue Gustave Rivet
courrielhttp://www.grenoble.fr/
courrielhttp://www.grenoble-sages.fr/
courrielhttps://fr-fr.facebook.com/prototypeterra2016/

Pièces jointes:

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

Rendez-vous aux bassins !

Bal, animations, feu d’artifice, pique nique citoyen : venez vous rencontrer !