Actus de la ville

Accueil >Actualités >Actus de la ville>Les résultats du budget participatif 2016

je décide pour ma ville

Les résultats du budget participatif 2016

7 073 résidents grenoblois de plus de 16 ans se sont exprimés, dans un des 10 lieux de vote ouverts pendant 6 jours, dans toute la ville, dans le cadre de la semaine de vote sur les projets du budget participatif et la pétition citoyenne. Une participation en forte hausse par rapport à l’édition précédente : 7 fois plus de Grenoblois se sont déplacés pour aller voter !

Voici les résultats.

4c4a0030-copie

En seulement deux éditions, Grenoble entre dans le top européen de la participation européenne, au même niveau que la participation à Paris.

Un gros projet a été retenu et 12 « petits ». Liste des projets lauréats :

Catégorie gros projets :
Végétalisation du cours Jean Jaurès (budget estimé : 135 000 €)

Catégorie petits projets :
Toilettes publiques (budget estimé 50 000 €)
Aménagement piétonnier de la rive droite du Drac (budget estimé 20 000 €)
Chaises dans nos rues piétonnes (budget estimé 25 000 €)
Des boîtes à livres (budget estimé 25 000 €)
Installation de pigeonniers contraceptifs sur Grenoble (budget estimé 85 000 €)
Des vélobus à Grenoble (budget estimé 60 000 €)
Embellir, apaiser, sécuriser : coup de pinceau sur le carrefour Chavant ! (budget estimé 25 000 €)
Des jardins partagés pour tous Abbaye (budget estimé 95 000 €)
Co²mpost (budget estimé 85 000 €)
Aménagement du tout nouvel atelier Vélo à la Villeneuve (budget estimé 60 000 €)
Verger promenade (budget estimé 40 000 €)
Améliorer l’accessibilité rue Gabriel Péri (budget estimé 70000 €)

 

Pétition citoyenne : la majorité nécessaire n’a pas été atteinte

4c4a0045-copieParmi les votants, 6 678 Grenoblois se sont prononcés sur la votation citoyenne issue de la pétition sur l’évolution des tarifs de stationnement. La pétition n’atteint donc pas les 20 000 voix majoritaires nécessaires pour être mise en œuvre.
Le « Oui » récolte 4 515 voix (66 %), le « Non » récolte 2 079 voix (31 %), le bulletin « Blanc » récolte 190 voix (3 %).

Depuis la mise en place du dispositif d’interpellation citoyenne, en mars 2016, cette pétition était la première à obtenir les 2 000 signatures nécessaires. Elle a été présentée et débattue au Conseil municipal du 26 septembre. Eric Piolle, maire de Grenoble avait alors souhaité la soumettre au vote de tous les Grenoblois. Après cette première votation citoyenne, une commission extra-municipale pourra faire des préconisations pour perfectionner le dispositif en vue des éditions prochaines.

Lors des résultats de cette votation citoyenne, Eric Piolle, maire de Grenoble, a déclaré :

« La Ville de Grenoble prend acte du résultat. Je remercie le CLUQ de s’être saisi de ce dispositif novateur et d’avoir mené une campagne de qualité et constructive.

Avec 4 515 voix, le « Oui» obtient moins de 25 % de l’objectif. La pétition ne sera donc pas mise en œuvre en l’état. Néanmoins, nous sommes à l’écoute du message envoyé par les Grenoblois. Comme annoncé tout au long de la campagne, nous nous engageons à créer un comité de suivi et d’évaluation pluraliste qui permettra d’approfondir le diagnostic en matière de stationnement, d’identifier les problèmes et d’améliorer la politique menée.

Dès 2017, cette évaluation pourra rassembler tous les acteurs intéressés en s’appuyant sur des données statistiques inexistantes jusqu’à présent et que la nouvelle politique permet justement de collecter.

Devant les Grenoblois, nous avons pris l’engagement de développer les tarifications sociales pour donner plus à ceux qui ont moins (engagement 21) et à lutter contre la pollution atmosphérique (engagement 36). Ces deux objectifs, qui figurent dans la nouvelle politique de stationnement, seront garantis.

Afin d’amplifier la mobilisation citoyenne dès l’année prochaine, j’invite les porteurs des prochaines pétitions à interpeller les Grenobloises et les Grenoblois à travers des questions les plus ouvertes possibles, pour qu’elles mobilisent le plus grand nombre. »

Les commentaires (5)

Commentaire de Paul le 16 octobre 2016 à 18 h 45 min

Perso je suis decu du nb de participants. Il faudrait comprendre pourquoi si peu de monde. La prochaine fois il serait intéressant d’en faire la pub ou autre dans isere magazine ou metro car je pense que bcp de Grenoblois n’était pas au courant… perso je trouve que payer de 10 a 30 n’est pas acceptable. La moyenne de 12 etait pour tout le monde

Lire la suite >

Commentaire de jean-luc le 17 octobre 2016 à 13 h 45 min

Je considère qu’une tarification solidaire pour le stationnement est une bonne mesure. Pour moi, le montant de 30 euros par mois pour la tranche de revenus la plus haute ne me parait pas exagéré. A titre de comparaison, je suis propriétaire d’un garage qui n’est pas à proxilité immédiate de mon logement et je verse à la collectivité locale pour ce garage 400 euros par an (taxe foncière et taxe d’habitation), soit 33,33 euros par mois alors que mon véhicule n’utilise pas l’espace public.

Lire la suite >

Commentaire de Michel le 17 octobre 2016 à 19 h 32 min

Sanctionner les Grenoblois qui ont une voiture avec une hausse de la tarification allant jusqu’à plus de 100 %, ce n’est pas juste. Faire croire que le tarif instauré est social, c’est de la malhonnêteté intellectuelle quand toutes les tranches à partir de 800 € de revenus ont été augmentées. Et depuis quand on est riche quand on gagne 1401 € ? Finalement, c’est encore une politique pour gens aisés qui peuvent payer. Cette mesure n’a qu’un but : diaboliser les automobilistes pauvres qui de surcroît payent déjà les impôts locaux. Pourtant comment faire sans voiture ? Tout le monde n’a pas 20 ans pour se déplacer uniquement en vélo …Merci de méditer là dessus M.le Maire.

Lire la suite >

Commentaire de BESSE le 21 octobre 2016 à 17 h 23 min

Il était impossible d’atteindre un nombre de votants correspondant à 20 000, alors même que vous reconnaissez que le nombre était 7 fois supérieur à celui de la dernière fois.
Peut-être faudrait-il être plus réalistes, ou alors être certains qu’ainsi la pétition ne pourrait passer…

Lire la suite >

Commentaire de Lucy le 30 octobre 2016 à 11 h 00 min

Je pense indispensable et urgent de lutter contre la pollution de l’air à Grenoble et pour cela de limiter la circulation automobile en ville

Lire la suite >

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

Mois de l’accessibilité : sous le signe de la rencontre

Le Transfo : la jeunesse et l’engagement d’abord !

Mickaël Tenailleau, installe une ferme urbaine 100% bio