Reportages

Accueil >Dossiers >Reportages>Mangez Bio Isère : du bio et du local dans nos assiettes

Restauration

Mangez Bio Isère : du bio et du local dans nos assiettes

Mangez Bio Isère a ouvert ses portes ce mercredi 18 octobre pour fêter sa première année d’installation au MIN (Marché d’Intérêt National) et organiser un temps de rencontre entre producteurs, partenaires et clients.

Les producteurs, partenaires et clients de Mangez Bio Isère ont eu l’occasion de se rencontrer lors des portes ouvertes, mercredi 18 octobre 2017. ©Auriane Poillet

Le rendez-vous est donné dans la grande halle de 15 000 m² du marché d’intérêt national (MIN) autour d’un café gourmand et de quelques panneaux explicatifs. Sur place, les neuf salariés de Mangez Bio Isère accueillent les visiteurs.

Les produits bio et locaux : « une demande sociétale forte »

Sur les panneaux installés pour l’occasion, on apprend que Mangez Bio Isère approvisionne la restauration collective et commerciale en produits bio et locaux à Grenoble et dans le reste du département dans des structures telles que le lycée Champollion, la Crèche de la gare, la Bobine ou les trois restaurants du CEA.

Lyderic Motte, directeur de la SCIC (Société Coopérative d’Intérêt Collectif), revient sur ses débuts :

A la base, Mangez Bio Isère est une initiative de quelques producteurs avec un objectif très clair : trouver une solution ensemble pour livrer les cantines scolaires. Tous seuls, ils n’y arrivaient pas.

En 2005, les producteurs se sont donc associés pour gérer la logistique et trouver de nouveaux clients. « A l’origine le bio trouvait preneur chez les convaincus », continue Lyderic Motte. « Aujourd’hui, il y a une demande sociétale très forte, venant notamment des parents d’élèves pour les cantines scolaires. »

Face à ces exigences, la structure s’est agrandie autour de nouveaux producteurs partenaires et de nouveaux demandeurs de produits bio et locaux.

Mangez bio Isère : un réseau de 70 producteurs locaux

Si 117 lieux de productions sont répertoriés sur le site internet du distributeur, 70 producteurs Isérois et des départements limitrophes fournissent régulièrement le catalogue en 450 références de produits comprenant des fruits et des légumes, de la viande, des produits laitiers, des poissons et des produits d’épicerie.

Martin Charbonneau, en charge de la logistique à Mangez Bio Isère, déguste les produits de Franck Rousset. ©Auriane Poillet

« Je travaille dans le bio depuis dix ans et j’avais envie de développer mon activité sans besoin de présence », se souvient Franck Rousset de la Ferme de Blagneux qui collabore avec la société depuis cinq ans.

L’agriculteur s’est spécialisé dans deux sortes de produits laitiers pour pouvoir répondre rapidement à la demande : le fromage de Saint-Marcellin et les yaourts. Concrètement, il écoule 60 % de ses produits transformés via la société.

« J’en suis satisfait, car c’est devenu notre principal client et aujourd’hui ça nous apporte de la rentabilité », sourit-il. Car, selon Mangez Bio Isère, plus de 80 % de la valeur du produit est consacré à la rémunération du producteur.

Bio et local : une logistique 2.0 bien rodée

Au total, entre 2,5 et 5 tonnes de produits transitent tous les jours pour une moyenne de 80 livraisons par semaine. Alors pour gérer ce flux de marchandises, la société s’est dotée de l’outil en ligne Panier local.

Les clients éditent leurs commandes, les producteurs récoltent les produits en fonction de celles-ci et Mangez Bio Isère se charge de la distribution en collaboration avec Fret Froid Service.

Certains produits, comme le sucre ou le riz, ne sont cependant pas disponibles en France. Alors la société fait appel à Bio Coop Restauration. ©Auriane Poillet

« C’est une interface qui nous permet de tout gérer : le stock, la comptabilité, la gestion des membres… Et les producteurs peuvent voir où leurs produits vont être livrés », détaille Kevin Kermen, commercial à Mangez Bio Isère, tout en faisant la démonstration de l’outil sur l’écran de son ordinateur.

Dans les faits, il existe trois modes de livraison qui sont utilisés à parts égales. Dans un cas, le producteur récolte ses produits avant de les charger dans le camion qui les livrera au MIN. Les paniers sont ensuite constitués sur place avant d’être acheminés vers les clients.

Les salariés de Mangez Bio Isère peuvent également prendre la décision de commander des produits pour constituer un stock et pour pouvoir répondre aux demandes futures. Dans ces deux cas, les aliments sont stockés entre 12 heures et 48 heures au marché d’intérêt national.

Cependant, le producteur a aussi la possibilité de livrer lui-même le client, si celui-ci est situé à proximité de son lieu de production. « Ça leur permet d’avoir un contact direct avec l’équipe de cuisine », explique Romain Pierre, attaché commercial et communication.

Mangez Bio Isère en chiffres. ©Auriane Poillet

De la restauration collective à la restauration commerciale

Mais depuis début 2017, un nouveau mode de livraison a fait son entrée chez Mangez Bio Isère. Tout en vélo livre les restaurants du cœur de ville à bord de bicyclettes équipées de caisson frigorifique. Car au-delà de la restauration collective, la société fait face à une nouvelle demande : celle de la restauration commerciale.

Tanguy Le Maître, salarié de Mangez Bio Isère, explique cette nouveauté par un changement dans les mœurs :

Il y a toujours une appréhension pour les circuits courts, mais les contraintes de saison commencent à entrer dans les mentalités des cuisiniers. J’ai l’impression que les gens ont évolué là-dessus.

Lyderic Motte le remarque aussi : « Depuis quelques années, des concepts de restaurants bio émergent au centre-ville de Grenoble ».  Cette évolution, qui marque une transition lente vers une consommation raisonnée, offre un environnement propice pour le développement de ce genre de sociétés. Sans doute une aubaine pour Mangez Bio Isère.

Les commentaires (1)

Commentaire de SCHNEIDER le 21 octobre 2017 à 19 h 05 min

Article très clair. Super ce tableau « en chiffre ».

Lire la suite >

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

Prostitution : Grenoble reste mobilisée

Althéa et l’Amicale du Nid : deux associations aux côtés des personnes prostituées

L’ascension sensationnelle du téléphérique