Portraits

Accueil >Découvertes >Portraits>Mickaël Tenailleau, installe une ferme urbaine 100% bio

Agriculture urbaine

Mickaël Tenailleau, installe une ferme urbaine 100% bio

Mi-novembre, le nouveau maraîcher Mickaël Tenailleau a installé la première ferme urbaine 100% bio du centre horticole à Saint-Martin-d’Hères. Ce bail agricole d’une durée de 9 ans renouvelable autorise cet ancien ingénieur agronome à exploiter ce terrain qui appartient à la Ville de Grenoble.

Il s’agit de la première exploitation de cet ancien ingénieur agronome. ©Thierry Chenu

Mickaël Tenailleau est un ancien ingénieur agronome. Pour son métier, le nouvel exploitant se rendait sur le terrain, chez les agriculteurs. C’est ce qui lui a donné envie de lancer sa propre exploitation. « J’avais envie d’être à leur place », explique-t-il.

En février 2018, la Ville de Grenoble lance un appel à projet pour exploiter un terrain d’1,4 hectares au sein du centre horticole de Saint-Martin-d’Hères. L’opportunité pour Mickaël Tenailleau de réaliser son rêve : le nouvel agriculteur et son projet sont sélectionnés.

« La demande collait parfaitement avec mon projet initial : un maraîchage biologique en circuit court », ajoute-t-il.

1100 m2 de culture sous abri

Début novembre, l’idée s’est concrétisée lors d’un chantier destiné à installer quatre tunnels de culture d’une surface totale de 1 100m2. Avec l’aide du service des Espaces Verts et seize étudiants en horticulture, le terrain a été préparé pour accueillir fruits et légumes divers.

« L’idée c’est d’accentuer ma production vers des fruits et légumes à cycle court », indique le maraîcher. Avec une première plantation à l’automne, « les premières ventes auront lieu en mars ou avril 2019. » 

L’exploitant mise sur un marché hebdomadaire et la vente de paniers. 90% des ventes concernent les particuliers. L’agriculteur cherche à se tourner vers la restauration commerciale pour les 10% restants.

1100 m2 sont dédiés à la culture sous abris. Quatre tunnels de 30 mètres par 9,30 mètres séparés par des bandes fleuries ont été installés. ©Auriane Poillet

En tant qu’ingénieur agronome, Mickaël Tenailleau s’est spécialisé en entomologie, l’étude des insectes, et compte bien mettre ses connaissances à profit dans son exploitation.

Maraîchage sur sol vivant

Des bandes fleuries sépareront bientôt les quatre tunnels et les différents jardins de culture en pleine terre d’une surface d’environ 5000 m2. Celles-ci ont pour vocation d’attirer certains types d’insectes pour lutter contre les ravageurs de culture.

A terme, l’agriculteur aimerait s’orienter vers des pratiques de maraîchage sur sol vivant. Il précise :

L’idée c’est de travailler à minima la terre pour que la vie biologique fasse elle-même le travail et pour éviter de désorganiser totalement les structures du sol.

L’exploitant va aussi apporter de nouveaux arbres au verger pédagogique déjà présent et installer un élevage de poules à l’automne 2019.

Un bail agricole de neuf ans lie Mickaël Tenailleau à la Ville de Grenoble. Le temps pour ce nouveau maraîcher de développer cette ferme urbaine 100% bio.

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

Florence Gombert-Meurice, passion pharaonique

Huit femmes au sommet

Cathy Nicolas, férue d’urban training