Actus de la ville

Accueil >Actualités >Actus de la ville>Des oiseaux dans la ville

budget participatif 2017

Des oiseaux dans la ville

Plébiscité par les Grenoblois à l’occasion des budgets participatifs, le projet Nichoirs à chauves-souris, hirondelles et mésanges a été imaginé par Gilles Namur et Ingrid Szalay. Les deux habitants s’impliquent maintenant dans la communication sur le thème de la disparition des espèces.

Ingrid Szalay et Gilles Namur. © Sylvain Frappat

On dit souvent que les grands esprits se rencontrent et il peut en être de même pour les initiatives citoyennes ! Ainsi ce projet Nichoirs a germé dans l’idée de deux Grenoblois qui ne se connaissaient pas.

Gilles Namur souhaitait trouver une solution écologique à la prolifération des moustiques-tigres et de la chenille de la pyrale du buis : « J’avais d’abord pensé aux chauves-souris puis je me suis aperçu que le plus efficace serait d’encourager aussi la venue d’autres prédateurs : hirondelles et mésanges bleues ».

De son côté, Ingrid Szalay s’inquiétait de la disparition progressive de l’habitat de ces oiseaux dans l’environnement urbain et souhaitait « qu’ils retrouvent leur place car il est très important de préserver la biodiversité. »

Mis en relation par la Ville lorsqu’ils se sont inscrits aux budgets participatifs, ils ont uni leurs efforts pour ficeler leur projet. « N’étant pas spécialistes de la question, nous nous sommes rapprochés d’associations comme la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux). Ce sont leurs experts qui nous ont aidés à définir le type de nichoir adapté à chaque espèce, les lieux à équiper et le nombre nécessaire pour que ce soit efficace. »

Au total, six cents nichoirs (une centaine par secteur) seront installés par les services municipaux en 2018.

« Voir qu’on a la possibilité d’agir et d’impacter sur la ville, c’est motivant. On reçoit beaucoup de demandes d’information et on va continuer à communiquer sur le sujet. À travers des ateliers en lien avec des associations pour les gens qui ont des jardins, et des temps de sensibilisation sur les espèces en voie de disparition, dans les écoles par exemple. »

informationRenseignements divers
Facebook : @Projet.ChauvesSouris
Twitter : @Chauves_Souris
courriel projet.chauvesouris@gmail.com

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Et si on passait à l’action ?

Accompagner les personnes migrantes

Sobriété énergétique : Grenoble redouble d’efforts