Reportages

Accueil >Dossiers >Reportages>Gren’ de projets fait pousser les idées pour nos bâtiments

aménagement

Gren’ de projets fait pousser les idées pour nos bâtiments

Donner une nouvelle vie à des bâtiments publics d’intérêt patrimonial reconnu : c’est l’ambition de Gren’de Projets, l’appel à projets que la Ville a lancé en 2017. Associations, entreprises, particuliers : tous ont été invités à candidater pour occuper ces lieux chargés d’histoire. Quatre bâtiments ont trouvé preneurs.

Il y a l’opération Réinventer Paris dans la capitale française, et il y a Gren’ de projets dans la capitale des Alpes. À Grenoble, quatre édifices appartenant à la Ville vont être cédés ou loués à des porteurs de projets, selon un règlement et des montages juridiques spécifiques.

Chaque futur acquéreur s’engage à développer un projet qui croise plusieurs objectifs : valoriser et respecter le patrimoine, proposer des lieux nouveaux et des activités inédites aux Grenoblois.e.s, tout en préservant l’environnement. À tout cela s’ajoute la garantie d’une gestion autonome et économiquement viable de l’ensemble.

Rassemblés en collectifs pluridisciplinaires, les porteurs arrivés en tête du classement général ont été sélectionnés par un comité composé de conseillers municipaux et de personnalités qualifiées. Dans les mois à venir, chaque groupement et leur architecte seront accompagnés par la Ville pour la phase opérationnelle : achat ou location des bâtiments, réalisation des travaux.

 


La Grande Orangerie

©Auriane Poillet

Son histoire : bâtie en 1895, cette bâtisse de 1 218 m2 était à l’origine implantée dans l’enceinte du jardin des Plantes.

Signes particuliers : un bâtiment longiligne structuré en pierre et ciment moulé, des hauteurs sous plafond, une charpente métallique intérieure voûtée, de nombreuses baies.

L’équipe retenue : La Grande Saison, composée d’associations locales et de restaurateurs.

Le projet : un nouveau lieu de vie ouvert à tou.te.s, pour mettre en lumière les connaissances et savoir-faire locaux (gastronomiques et artisanaux).

Les mots d’ordre : local, responsable, solidaire, convivial, créatif, entrepreneurial.

Composantes : un laboratoire culinaire que se partageront 10 restaurateurs, un bar central, une boutique et un atelier pour les artisans isérois, des événements culturels, des conférences, une conciergerie solidaire, un atelier de réparation et un espace de co-working.

Montage juridique : bail

Adresse : 18, rue Joseph-Chanrion

 

L’ancien couvent des Minimes

©Auriane Poillet

Son histoire : Ce couvent a été fondé en 1646 sous lettres patentes de Louis XIV. Le Conservatoire municipal de musique s’y est installé de 1942 à 1969. Aujourd’hui, le lieu accueille un foyer de logements étudiants et des locaux associatifs.

Signes particuliers : un bâtiment de 3 743 m2, un cloître remarquable, trois ailes encadrant une cour.

L’équipe retenue : Grownoble, rassemblant des entrepreneurs.

Le projet : un espace d’expérimentation, un outil d’innovation économique et sociale, accueillant des activités, des initiatives citoyennes et associatives. Mots d’ordre : vivre, travailler et grandir ensemble, co-construire et partager.

Composantes : un café, un foodbar, un hostel, un espace de coworking, des ateliers, une cour qui accueillera de nombreux événements.

Montage juridique : bail

Adresse : 1, rue du Vieux-Temple

 

La Villa Clément

©Auriane Poillet

Son histoire : érigée à la fin du XIXème siècle, cette maison bourgeoise a été agrandie au début du XXème siècle. D’une surface actuelle de 700 m2, elle était alors destinée à un usage d’habitation.

Signes particuliers : une architecture emblématique, un parc d’agrément, des arbres remarquables.

L’équipe retenue : l’association du collectif Villa Clément, regroupant différents partenaires engagés en faveur de la solidarité, dont le bailleur social Grenoble Habitat.

Son projet : un endroit pour « vivre ensemble autrement », avec des activités multiples, des compétences et des savoirs portés par les parties prenantes du projet. Mots d’ordre : habiter, travailler, cultiver, partager, vivre ensemble, expérimenter.

Composantes : une pension de familles pour personnes isolées (9 petits logements), un logement parental, un atelier de petite réparation intergénérationnelle, un chantier d’insertion métallerie, des ateliers artistiques, un espace partagé pour les associations, des espaces de culture hors sol.

Montage juridique : bail emphytéotique

Adresse : 4, quai des Allobroges

 

Le Pavillon Sud – Caserne de Bonne

©Auriane Poillet

Son histoire : construit en 1883, cet ouvrage de 140m2 était l’un des deux pavillons d’entrée de la caserne militaire de Bonne. Libéré par l’armée en 1994, il a été entièrement réhabilité en 2008.

Signes particuliers : un bâtiment carré, une salle d’exposition, un rôle historique militaire.

L’équipe retenue : l’Atelier Méliès.

Son projet : un laboratoire de l’Éducation à l’image, dans le prolongement du Cinéma Le Méliès.

Composantes : la Fabrique (un atelier de création), une galerie regroupant deux espaces d’expositions, de projections et de réunions modulables, un café associatif.

Mots d’ordre : création, mutualisation, information, expérimentation, échanges.

Montage juridique : cession

Adresse : 54, boulevard Gambetta

informationRenseignements divers
courrielhttp://www.grendeprojets.fr
courriel grendeprojets@grenoble.fr

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

Fièvre dans les Alpes : comment la soigner ?