Nos interviews

Accueil >Découvertes >Nos interviews>Témoignage : « Certaines situations sont compliquées. J’ai voulu réagir. »

Ce contenu fait partie du/des dossier(s): #RestezChezVous : Grenoble confinée

Covid-19

Témoignage : « Certaines situations sont compliquées. J’ai voulu réagir. »

Habitante de la rue Léon-Jouhaux, Noémie, 35 ans, continue d’exercer son métier d’architecte-urbaniste depuis chez elle. Elle s’est inscrite sur la plateforme Grenoble Voisins Voisines pour proposer son aide et mettre en place un projet festif depuis son balcon. Entretien téléphonique avec cette Grenobloise confinée à son domicile dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus Covid-19.

Comme de nombreux-ses Grenoblois-es, Noémie travaille depuis chez elle. ©Denis Messié

Depuis trois jours les Grenoblois-es sont confiné-es à leur domicile. Comment vivez-vous ces restrictions ?

Avec mon mari, nous avons la chance de vivre dans un appartement lumineux de 100 m² avec un petit balcon. On essaie de garder un rythme de vie sain. Nous ne sommes pas malades donc, pour le moment, on le vit plutôt bien.

Vous vous être inscrite sur la plateforme d’entraide Grenoble Voisins Voisines. Qu’est-ce que vous y proposez ?

Le lien du site m’a été transmis par une collègue sur une plateforme de Chat que l’on a mis en place entre nous. On y a ouvert un canal qui s’appelle «Un printemps pas comme les autres» où on exprime nos anecdotes, où on partage des liens vers des vidéos ou des lectures…

Je me suis inscrite ce matin sur Grenoble Voisins Voisines par curiosité, en me disant que ça pourrait aider des personnes en précarité et pour voir s’il n’y a pas d’autres personnes qui ont des besoins. J’ai deux voisines âgées, l’une qui a le cancer et l’autre qui a les symptômes du coronavirus. Je suis allée toquer à leur porte pour voir si tout allait bien.

Sur le site, j’ai coché toutes les cases (aide aux devoirs à distance, conversation à distance, courses de première nécessité… NDLR). Je ne sais pas comment les gens vont entrer en contact avec moi. Pour l’instant, j’attends de voir.

Vous proposez également un projet festif. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Sur internet, on regardait les parisiens applaudir le personnel hospitalier. Hier soir, le concept est arrivé dans le quartier. Ce soir à 20 h, nous allons diffuser une musique depuis notre balcon.

J’ai demandé à mes collègues si ils avaient des idées et on a récolté des choses assez drôles. On ne sait pas trop ce que ça va donner mais on va essayer de mettre un peu de vie sur le balcon et voir comment ça réagit en face.

Pourquoi est-ce important pour vous de proposer votre aide en cette période difficile ?

Je pense à toutes les personnes qui sont seules chez elles et qui, d’habitude, sortent voir des gens. Ça doit être vraiment compliqué pour elles.

Ici, on est entouré par des logements sociaux et je pense qu’il y a des situations qui peuvent être compliquées. C’est ça qui m’interpelle et c’est pour ça que j’ai voulu réagir. Ce matin, j’entendait qu’il y a un besoin de sang pour les médecins. Je pense qu’on ira donner notre sang vu qu’on est en bonne santé.

informationRenseignements divers
courrielhttps://www.grenoble.fr/1700-voisins-voisines.htm

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Témoignage : « Ce confinement aura une fin. Il faut être optimiste. »

Témoignage : « C’est l’occasion de consommer autrement »

Masques en tissu : débutants, suivez le tuto de Valérie !