Portraits

Accueil >Découvertes >Portraits>Scène ouverte

Elisabeth Papazian

Scène ouverte

Pour tout le monde, Elisabeth Papazian, directrice et metteur en scène du théâtre Prémol, c’est Babeth. Familiarité ? Non, plutôt une marque de déférence, de reconnaissance à l’artiste modeste et généreuse qui imprime à cette salle une dynamique au service de la culture et des habitants.

Mercredi 02 décembre 2015 Élizabeth Papazian, Directrice de la compagnie de théâtre Axe de Création du Théâtre Prémol. En fond, photos des élèves du théâtre. Lieu : MJC Prémol, Grenoble. © Alain FISCHER 2015, Ville de Grenoble.

 

Au-delà du Village Olympique, sa longue chevelure de jais et son regard perçant portent une force communicative à Grenoble. Mais, discrète, elle s’éclipse dès que le rideau se lève sur l’une des productions de son équipe. Le théâtre Prémol part en fumée ? Compagnies, salles, collectivités et voisins volent au secours de Babeth qui « ne lâche rien par respect envers nos engagements et notre public ».

La danse, toute une culture
« La danse, tradition de ma culture arménienne depuis l’âge de trois ans, m’a façonnée, a libéré ma parole. » En 1991, Babeth pose ses tréteaux au théâtre Prémol après une expérience artistique avec les gitans de l’Abbaye Châtelet. Elle conjugue ses valeurs à l’auxiliaire être : être à l’écoute dans le respect de l’autre, être solidaire, être dans la capacité de donner sans rien attendre en retour. « Mon ADN — ma préoccupation de l’autre — vient de l’éducation populaire. La pratique artistique par la danse, le théâtre, la musique, le chant sont de formidables vecteurs d’expression pour les publics en marge, à travers des projets porteurs de sens, au plus près des besoins. Il n’existe pas une culture pour les initiés et une sous-culture. Les compagnies, Jacques Osinski et Jean-Claude Gallotta ont partagé leurs projets de haute volée dans nos murs. »

Faire corps avec le territoire
Le théâtre Prémol, bien plus qu’un espace de diffusion, est un outil de médiation dédié aux habitants. Ses projets artistiques émanent du public et portent son message : une joie, une colère, une inquiétude. « Le théâtre est inscrit dans la MJC. Notre travail est de faire corps avec le territoire et ses habitants. Nous ne les assignons pas à résidence au Village Olympique mais les invitons à des sorties dans d’autres salles et à parrainer quelqu’un au regard de leur expérience. »
Babeth est venue à l’inauguration du stade de foot du Village Olympique. « Je me devais d’être là et partager ce moment de fête, avec les jeunes et les plus anciens venus en famille, entendre ces cœurs battre, toutes générations confondues. Dans le passé, nos projets artistiques ont aussi ouvert la MJC Prémol aux jeunes filles. »

Babeth, c’est aussi une exigence. Elle a récemment intégré douze jeunes Roms dans la troupe de l’Axe de création. « Sans pitié ni démagogie, j’explique la vérité dès le départ. Je leur dois une exigence de travail, de réussite. C’est à ce prix qu’ils peuvent réussir et ne pas remettre en cause le travail du groupe. Je ne suis pas gentille mais juste. Se construire, bâtir un parcours exige de se donner les moyens ; la règle est une valeur protectrice ! Ce théâtre, ce quartier et la culture sont toute dans ma vie ! »

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Solid’hair

Frissons bleus

Low tech à bicyclette