Cartes

Accueil >Toutes les cartes>Retrouvez ici les œuvres monumentales du Grenoble Street Art Fest

Art urbain

Retrouvez ici les œuvres monumentales du Grenoble Street Art Fest

Cela fait maintenant cinq ans que l’univers du Street Art possède son festival à Grenoble. C’est le centre d’art Spacejunk qui en est à l’origine et qui s’affaire tous les ans à inviter les meilleurs graffeurs du globe pour transformer certains murs urbains en véritables toiles gigantesques.

Sur cette carte, retrouvez les fresques monumentales à travers la ville, réalisées dans le cadre du Grenoble Street Art Fest.

Légende

  • Vert clair : édition 2015
  • Bleu clair : édition 2016
  • Orange : édition 2017
  • Rose : édition 2018
  • Jaune : édition 2019

Dernière mise à jour : 1er juillet 2019

Un dragon se bat contre les éléments (2017)

rue du Phalanstère 38000 Grenoble

Cette fresque a été peinte par le collectif autogéré canadien A’Shop dans un univers asiatique. Un dragon se bat contre les éléments dans la rue étroite du Phalanstère.

 

A’Shop. ©Auriane Poillet

La créature étrange de Mr Wany (2015)

7 rue Génissieu 38000 Grenoble

Cette créature étrange a été peinte en 2015 par Mr Wany. Dans un style issu de la culture Hip Hop des années 1990, le graffeur italien s’amuse avec la couleur juste pour le plaisir des yeux.

 

Mr Wany. ©Auriane Poillet

Le mur de la piscine Jean Bron peint par des Grenoblois (2015)

13 rue Humbert II 38000 Grenoble

Rue Humbert II, le mur qui court le long de la piscine Jean Bron a été peint dans un style cartoon en 2015 par le collectif de street artistes grenoblois Contratak Prod. Le collectif lutte pour la promotion des cultures urbaines.

 

Contratak Prod. ©Auriane Poillet

Article(s) rattaché(s) :

Une fresque pour la fraternité dans le square Foch
Dessine-moi l'histoire

Pénétrez dans l'univers onirique d'Animalitoland (2016)

36 rue Génissieu 38000 Grenoble

De ses grands yeux presque jaunes, l’enfant, imaginé par l’artiste argentine Animalitoland, épie les passants. Un univers onirique et coloré à découvrir au 36 rue Génissieu.

 

Animalitoland. ©Auriane Poillet

Article(s) rattaché(s) :

Grenoble street art fest : édition 2016

Une Marianne se cache derrière l'hôpital de jour (2016)

26 rue Thiers 38000 Grenoble

Cette Marianne majestueuse n’est pas si facile à trouver qu’il n’y paraît. Indiquée au 26 rue Thiers, il faut en fait s’engouffrer dans la petite rue des Bergers pour se retrouver à l’arrière de l’hôpital de jour de moyenne enfance et enfin découvrir cette oeuvre monumentale, peinte en 2016 par Srek, Greg et Will, un trio d’artistes qui travaille dans la pure tradition du graffiti.

 

Srek, Greg et Will. ©Auriane Poillet

Article(s) rattaché(s) :

Grenoble street art fest : édition 2016

Entrez dans un univers plus sombre rue des Bergers (2016)

13 rue des Bergers 38000 Grenoble

C’est sans conteste dans un univers sombre que cette oeuvre monumentale a été peinte dans la rue des Bergers par Romain Minotti en 2016. L’artiste présente un « intérêt certain pour les personnages et les visages », selon les organisateurs. Car ici, il est bien question d’un visage, ou du moins, de ce qu’il en reste…

 

Romain Minotti. ©Auriane Poillet

Article(s) rattaché(s) :

Grenoble street art fest : édition 2016

Une fresque presque divine (2015)

31 rue Thiers 38000 Grenoble

Cette fresque aux soupçons divins a été peinte en noir et blanc par Kouka lors de la première édition du Street Art Festival en 2015. Le street artiste et chanteur parisien travaille sur l’identité et la nature humaine.

Kouka. ©Auriane Poillet

Des animaux géants (2016)

26 rue des Bergers 38000 Grenoble

Les murs du 26 rue des Bergers ont été peints par le duo suisse de graffeurs Nevercrew et LKS1 lors de la deuxième édition du Grenoble Street Art Fest, en 2016. Deux baleines sont prises au piège dans des draps géants (Nevercrew), tandis qu’un aigle haut en couleur est sur le point d’attraper sa proie (LKS1).

 

Nevercrew et Crew Caracha. ©Auriane Poillet

Article(s) rattaché(s) :

Trois fresques murales à l’honneur
Grenoble street art fest : édition 2016

La Maison des associations peinte de bleu (2016)

6 rue Berthe de Boissieu 38000 Grenoble

Le bâtiment de la Maison des associations a été décorée en 2016 par l’artiste grenoblois Nesta. Une oeuvre d’art à venir déchiffrer rue Berthe de Boissieu.

 

Nesta et Short. ©Auriane Poillet

Article(s) rattaché(s) :

Nesta : cinq lettres dans tous leurs états
Grenoble street art fest : édition 2016

Les larmes d'une femme (2016)

10 rue Doudart de Lagrée 38000 Grenoble

C’est dans un style ghetto-vintage que le graffeur Snek a peint ce mur. Représentant le profil d’une femme pleurant sur le continent africain, cette oeuvre monumentale impressionne par sa grandeur.

 

Snek. ©Auriane Poillet

Article(s) rattaché(s) :

Grenoble street art fest : édition 2016

L'univers onirique d'Animatoland (2016)

9 rue Marceau 38000 Grenoble

A nouveau Animatoland a peint son univers onirique sur les murs de Grenoble (voir rue Génissieu). L’artiste argentine s’inspire des jeux vidéos et des comics pour nourrir son imagination.

 

Animatoland. ©Auriane Poillet

Article(s) rattaché(s) :

Grenoble street art fest : édition 2016

L'envol des hirondelles par Daleast (2017)

30 rue Humbert II 38000 Grenoble

Une nuée d’hirondelles s’envole vers le ciel. Ce sont les vestiges du passage du graffeur chinois Daleast à Grenoble. L’artiste « croit en la réincarnation de l’Homme, il envisage les animaux avec beaucoup d’empathie », selon les organisateurs.

 

Daleast. ©Auriane Poillet

Une fresque peinte par des jumeaux (2017)

47 rue de Turenne 38000 Grenoble

Rue de Turenne, ce sont des jumeaux originaires des États-Unis qui ont peint cette fresque monumentale à la bombe. Leurs thèmes de prédilection ? L’alcoolisme, les abus de pouvoir ou encore la trahison…

 

How & NOSM. ©Auriane Poillet

 

Srek et ses invités égaient l'esplanade Andry Farcy (2015)

Esplanade Andry Farcy 38000 Grenoble

Cette fresque, située en face de La Belle Électrique, a été peinte en 2015 par l’artiste grenoblois Srek et ses invités. Inspiré des codes du tattoo, du graffiti et du Hip Hop, cette oeuvre monumentale haute en couleurs ne passe pas inaperçue sur l’esplanade Andry Farcy.

 

Srek et invités. ©Auriane Poillet

En traversant le cours Berriat, regardez vers le haut ! (2017)

113 cours Berriat 38000 Grenoble

Ces œuvres gigantesques peintes l’une en face de l’autre sur le cours Berriat en 2017 est le résultat d’un travail collectif hors norme. Ce sont les graffeurs Srek, Ashop, Monkey Bird, Etien et INK4RT qui se sont affairés à peindre chaque détail de ces peintures à la fois sobres, raffinées et surtout… impressionnantes !

 

Snek, Ashop, Monkey Bird, Etien et INK4RT. ©Auriane Poillet

La Colombie s'invite à Grenoble (2017)

4 rue Mozart 38000 Grenoble

Pour découvrir l’œuvre monumentale de Jaba peinte en 2017, il faudra s’aventurer dans les petites rues du quartier Berriat. Graffeur colombien et grand voyageur, Jaba a imprégné ce mur, rue Mozart, de son univers raffiné, « mêlant futurisme, constructivisme alphabétique et cubisme facial », selon les organisateurs.

 

Jaba. ©Auriane Poillet

Un mur pour les icônes de la Résistance française (2016)

14 rue Hébert 38000 Grenoble

Le mur du Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère a été peint en 2016 par l’artiste parisien C215. A l’aide de pochoirs, C215 a peint les icônes de la Résistance française : Germaine Tillion, Jean moulin, Jean Zay, Pierre Brossolette et Geneviève de Gaulle.

 

C215. ©Auriane Poillet

Article(s) rattaché(s) :

Grenoble street art fest : édition 2016

Un renard aux allures de farfadet (2016)

12 boulevard Maréchal Lyautey 38000 Grenoble

Un renard aux allures de farfadet domine le boulevard du Maréchal Lyautey. C’est Veks Von Hilik qui, dans un univers onirique, a peint cette fresque gigantesque lors de la deuxième édition du Street Art Festival.

 

Veks Von Hilik. ©Auriane Poillet

Article(s) rattaché(s) :

Une fresque pour la bibliothèque d'Etude
Trois fresques murales à l’honneur
Grenoble street art fest : édition 2016

L'oiseau en fuite (2017)

5 place Bir Hakeim 38000 Grenoble

Un oiseau majestueux semble fuir une force qu’il ne peut combattre sur le mur de la Maison de la Nature et de l’Environnement de l’Isère, place Bir Hakeim. Signée Ekis, membre du collectif Contratak, cette œuvre a été peinte en 2017, lors de la troisième édition du Street Art Festival.

 

Ekis. ©Auriane Poillet

Anthony Lister et son oeuvre clownesque (2017)

7 rue François Raoult 38000 Grenoble

L’Australien Anthony Lister, « maître incontournable du street art et de la peinture », selon les termes des organisateurs, a peint cette fresque en 2017. Une œuvre clownesque qui domine les passants et les sportifs qui se rendent derrière ce mur du gymnase Hoche.

 

Anthony Lister. ©Auriane Poillet

Article(s) rattaché(s) :

Grenoble street art fest : édition 2016

Peindre les "dérives du monde moderne" (2017)

8 rue François Raoult 38000 Grenoble

Affublé d’un gilet de sauvetage, un homme laisse une colombe prendre son envol, en face du Gymnase Hoche. A travers des métaphores percutantes, l’artiste anonyme Goin, se plaît à critiquer les « dérives du monde moderne » à travers des œuvres peintes au pochoir.

 

Goin. ©Auriane Poillet

 

 

Un paon qui regorge de détails (2016)

6 avenue Marcelin Berthelot 38000 Grenoble

Le travail du duo de pochoiristes Monkey Bird Crew regorge de détails. Cette œuvre monumentale en est une preuve. Ce paon presque pompeux nargue les passants qui auraient l’idée de lever les yeux vers le ciel en marchant à côté du Lycée Emmanuel Mounier.

 

Monkey Bird Crew. ©Auriane Poillet

Article(s) rattaché(s) :

Grenoble street art fest : édition 2016

Un fresque sur le thème des sports urbains (2016)

30 rue général Mangin 38000 Grenoble

Le mur de cet immeuble, situé rue Général Mangin, a été coloré par Will Barras en 2016. Le street artiste, qui travaille sur le mouvement, s’est inspiré des sports urbains pour créer cette peinture murale gigantesque.

 

Will Barras. ©Auriane Poillet

Article(s) rattaché(s) :

Grenoble street art fest : édition 2016

Un univers psychédélique venu de Colombie (2017)

6 rue Frederico Garcia Lorca 38000 Grenoble

Grâce à un jeu surprenant de couleurs et de lumière, l’artiste colombien Gris One fait voyager le spectateur dans un univers psychédélique qui « évoque le pouvoir de la nature et le chaos des métropoles ».

 

Gris One. ©Auriane Poillet

L'abstrait s'invite à la Villeneuve (2016)

50 galerie de l'Arlequin 38000 Grenoble

Originaire de Californie aux États-Unis, Augustine Kofie nous invite dans son monde abstrait au cœur du quartier de la Villeneuve.

 

Augustine Kofie. ©Auriane Poillet

Article(s) rattaché(s) :

Grenoble street art fest : édition 2016

Le canari restauré (2016)

32 avenue de l'Europe 38000 Grenoble

Lors du Street Art Festival 2016, le street artiste Ernest Pignon-Ernest a restauré son œuvre avenue de l’Europe, sur le mur de la Bourse du Travail. Artiste engagé depuis 1966, il travaille ses créations à l’aide de pochoirs sur papier avant de les coller dans la rue.

 

Ernest Pignon Ernest. ©Auriane Poillet

Article(s) rattaché(s) :

Sauvez Ernest !
Grenoble street art fest : édition 2016

Un paon dans la galerie de l'Arlequin (2017)

61 galerie de l'Arlequin 38000 Grenoble

Cette oeuvre collective créée par Votour et Danay, membres du collectif grenoblois Contratak, représente un paon couché sur un rocher. Il faut s’enfoncer dans la galerie de l’Arlequin pour la découvrir.

 

Votour et Danay. ©Auriane Poillet

 

Article(s) rattaché(s) :

Dessine-moi l'histoire
Une fresque pour la fraternité dans le square Foch

Un bâtiment, huit street artistes (2017)

14 rue Maurice Dodero 38000 Grenoble

Cette oeuvre collective, située au carrefour de la rue Maurice Dodero et de la rue des 3 quartiers, a été peinte en 2017 par Srek, Greg, Will, Groek, Berns, Nesta, Romain Minotti et Bess. Ce petit bâtiment est recouvert de graffitis réalisés par ces street artistes.

 

Srek, Greg et Will, Groek, Berns, Nesta, Romain Minotti et Bess. ©Auriane Poillet

Le graffiti pour promouvoir l'interculturalité (2017)

150 galerie de l'Arlequin 38000 Grenoble

Cette fresque, où il est écrit « Zone Libre », a été peinte en 2017 par le collectif Unavida familia. Issus de pays d’Amérique latine et de New-York, ces artistes usent de la peinture murale, de la sérigraphie et de la vidéo pour promouvoir l’interculturalité. Cart1 et Votour ont également apposé leurs créations juste à côté de ce graffiti.

 

Unavida Familia. ©Auriane Poillet

Bestari One et ses lettrages colorés (2017)

160 galerie de l'Arlequin 38000 Grenoble

Le street artiste russe Bestari One a l’habitude de voyager pour participer à des festivals. On peut voir ses oeuvres aux lettrages colorés en Russie, à Bercelone, au Sri Lanka et, depuis l’édition 2017 du festival de street art, à Grenoble.

 

Bestari One. ©Auriane Poillet

Un chat aux aguets (2015)

29 rue Thiers 38000 Grenoble

Ce mur a été décoré par le street artiste parisien C215. Ce chat aux aguets a été dessiné au pochoir lors de la première édition du festival de street art.

 

C215. ©Auriane Poillet

La marionette de Maye & Momies

12 rue des Bains 38000 Grenoble

Maye & Momies deux street artistes de Montpellier ont participé au Grenoble Street Art Fest 2018 avec cette oeuvre visible au 12 rue des Bains. Maye travaille des formes figuratives et surréalistes tandis que Momies utilise des lettrages pour s’exprimer.

 

Maye & Momies. ©Auriane Poillet

L'oeuvre monumentale de Srek & Killah One

4 rue Lieutenant de Quinsonas 38000 Grenoble

Srek & Killah One ont travaillé ensemble sur cette oeuvre monumentale visible depuis la rue du Lieutenant de Quinsonas. Sur fond de lettrage, une street artiste graffe à la bombe…

 

Srek & Killah One. ©Auriane Poillet

"Babylon 909" de Nesta & Short 79

41 rue de Stalingrad 38100 Grenoble

Nesta et Short 79, deux street artistes locaux, ont graffé une oeuvre monumentale de 25 mètres de haut qui fait référence au jardin suspendu de Babylone. « Babylon 909 » est visible au 41 rue de Stalingrad.

 

Nesta & Short79. ©Auriane Poillet

Article(s) rattaché(s) :

Grenoble Street Art Fest : Nesta et Short79, deux artistes locaux !

Les ailes de Crewcaracha

10 rue Denis Papin 38000 Grenoble

Crewcaracha a représenté des ailes sur un mur du 10 rue Denis Papin dans le quartier Chorier-Berriat. Le but est de pouvoir se prendre en photo devant ces ailes.

 

Crewcaracha. ©Auriane Poillet

Le triptyque d'Ekis & Boye

rue Beethoven 38000 Grenoble

Rue Beethoven, Ekis & Boye ont travaillé sur un triptyque matérialisé par trois portes de garage sur le thème de l’eau et, plus précisément, du Drac.

 

Ekis & Boye. ©Auriane Poillet

"Ensemble" par Cuore

6 rue Aimon de Chisse 38000 Grenoble

Cuore, street artiste argentine, a apposé sa signature sur le mur de l’école Paul Bert, rue Aimon de Chisse, dans le quartier de l’Île Verte. Trois paires de mains forment le mot « ensemble » en langue des signes.

 

Cuore. ©Auriane Poillet

Les grenouilles d'Etien'

rue des Déportés du 11 novembre 1943 38100 Grenoble

Etien’, street artiste de la région grenobloise, a mis en scène deux espèces de grenouille autour d’un pot en verre. L’oeuvre est visible depuis la rue des Déportés du 11 novembre 1943, au niveau de l’arrêt de bus.

 

Etien’. ©Auriane Poillet

L'oeuvre abstraite de Suiko

Chemin Jésus 38000 Grenoble

Originaire de Hiroshima au Japon, le street artiste Suiko a peint une oeuvre monumentale au style abstrait, visible depuis le chemin Jésus dans le quartier Championnet.

 

Suiko. ©Auriane Poillet

Une oeuvre collective

Rue du Lieutenant de Quinsonas 38000 Grenoble

Une oeuvre collective est visible depuis la rue du Lieutenant de Quinsonas. Danay, Votour et Lucretia Torva y ont notamment participé.

 

Oeuvre collective. ©Auriane Poillet

Le phoenix de Kiptoe

2 rue Lazare Carnot 38000 Grenoble

Originaire des Etats-Unis, le street artiste et illustrateur Kiptoe a participé à la quatrième édition du Grenoble Street Art Fest avec cette oeuvre, visible au n°2 de la rue Lazare Carnot.

 

Kiptoe. ©Auriane Poillet

"The Hero is you..." par Lapiz

3 rue François Raoult 38000 Grenoble

Sur le mur du parking Hoche, le street artiste allemand Lapiz s’est inspiré de l’histoire d’Edouard Snowden pour peindre cette fresque : « The Hero is you… » ou « Le héros, c’est toi… ».

 

Lapiz. ©Auriane Poillet

Insane Graffiti Invitational

15 rue Hoche 38000 Grenoble

Au 15 rue Hoche, plusieurs street artistes grenoblois, dont Dof, ont participé à la réalisation de cette fresque lors de l’Insane Graffiti Invitational.

 

Insane Graffiti Invitational. ©Auriane Poillet

"Brise tes chaînes" par Una Vida Familia

rue de Cure Bourse 38100 Grenoble

Le collectif de street artistes d’Amérique latine Una Vida Familia a peint une fresque  sur le mur du gymnase des Saules à La Villeneuve. Celle-ci représente des métaphores imagées de l’expression « Brise tes chaînes ».

 

Una Vida Familia. ©Auriane Poillet

Les motifs de Juin

14 rue de la République 38000 Grenoble

Le street artiste grenoblois Juin, inspiré par ses voyages, a peint une partie du mur de l’Office du Tourisme avec des motifs aux tons rouges-orangés.

 

Juin. ©Auriane Poillet

Les autruches de Stel

54 rue Abbé Grégoire 38000 Grenoble

Dans le quartier Saint-Bruno, l’artiste lyonnaise Stel s’est attelée à peindre le mur du Pain des Cairns, situé rue Abbé Grégoire. Deux autruches regardent maintenant les passants d’un oeil inquisiteur…

 

Stel. ©Auriane Poillet

Les hirondelles de Pantonio

19 avenue Maréchal Randon 38000 Grenoble

Pantonio, artiste portugais, s’inspire des couleurs des océans pour offrir des fresques aux tons bleutées et noirs. Des hirondelles géantes sont désormais visibles au numéro 19 de l’avenue Maréchal Randon à l’Île Verte.

 

Pantonio. ©Auriane Poillet

Les motifs bleutés de Juin

53 bis avenue Maréchal Randon 38000 Grenoble

Le street artiste grenoblois Juin a participé à deux reprises à l’édition 2018 du Grenoble Street Art Fest. La première de ses oeuvres est visible à l’Office du Tourisme, la deuxième au numéro 53 bis de l’avenue Maréchal Randon.

 

Juin. ©Auriane Poillet

Un message de paix

2 Avenue Général Champon 38000 Grenoble

Mondialement connu, Shepard Fairey a rejoint en 2019 le panel d’artistes ayant participé au festival. Sa fresque rouge et noire est désormais visible depuis l’avenue Maréchal Foch.

 

Shepard Fairey, OBEY. ©Alain Fischer

Article(s) rattaché(s) :

Shepard Fairey : 30 années de travail engagé !
Shepard Fairey, Quality Street

Graffiti et caligraphie

1 boulevard Gallieni 38000 Grenoble

INK4RT a apposé sa signature sur ce grand mur visible depuis le parc des Berges, boulevard Gallienni.

 

INK4RT. ©Auriane Poillet

b

21 chemin de Halage 38000 Grenoble

Danay, membre du collectif grenoblois Contratak, a contribué à la cinquième édition du Grenoble Street Art Fest avec cette création située au n°21 du chemin de Halage.

 

Danay. ©Auriane Poillet

Les couleurs prennent forme

11 chemin de Halage 38000 Grenoble

L’artiste grenoblois Groek s’est vu attribué un mur au n°11 du chemin de Halage. Un résultat coloré que les cyclistes et les joggueurs pourront apercevoir depuis la promenade des berges de l’isère.

 

Groek. ©Auriane Poillet

Article(s) rattaché(s) :

La tour Perret prend garde
Foisonnement graphique

Street art boisé

Jardin de Ville 38000 Grenoble

L’artiste suisse LPVDA travaille le bois au chalumeau et à la ponceuse. Un résultat détonnant que l’on peut découvrir sur la façade de la crèche du jardin de Ville.

 

LPVDA. ©Jean-Sébastien Faure

L'art en duo

6 cours Berriat 38000 Grenoble

La contribution du duo grenoblois Ekis & Boye à la cinquième édition du festival est visible au n°6 du cours Berriat ; une voie qui commence à être fournie en termes d’oeuvres monumentales !

 

Ekis & Boye. ©Jean-Sébastien Faure

Le lynx veille...

15 rue Elisée Chatin 38100 Grenoble

Un lynx monumental veille désormais sur la rue Elisée Chatin. C’est l’artiste espagnol et écologiste Dulk qui est à l’orgine de cette fresque colorée et surréaliste.

 

Dulk. ©Auriane Poillet

Onirisme à la sauce pop-surréaliste

90 rue de Stalingrad 38100 Grenoble

Après avoir peint un renard sur un mur boulevard Maréchal Lyautey, l’artiste Veks Van Hilik s’est attaqué au mur de la bibliothèque Alliance, rue de Stalingrad.

Veks Van Hilik. ©Auriane Poillet

Trompe-l'oeil

61 rue Nicolas Chorier 38000 Grenoble

Un trompe-l’oeil gigantesque trône désormais dans la rue Nicolas Chorier. C’est l’artiste allemand 1010 qui en est à l’origine.

 

1010. ©Jean-Sébastien Faure