Dossiers

Accueil >Dossiers>La tour Perret prend garde

exposition

La tour Perret prend garde

Au cœur du parc Paul Mistral, l’emblématique tour Perret sera restaurée à partir de 2020. Sur les palissades de protection autour du monument, ça s’active déjà : une expo permet de découvrir son histoire et le projet de sa rénovation, tandis qu’une œuvre artistique éphémère met en avant ses multiples richesses architecturales.

Pendant un mois, Groek s’attaque à la palissade de sécurisation de la tour Perret. ©Auriane Poillet

Érigée en 1924 à l’occasion de l’Exposition internationale de la Houille Blanche et du Tourisme, la tour Perret est la première tour dans le monde à avoir été construite en béton armé.

©Groek

Auguste et Gustave Perret, deux frères architectes, sont à l’origine de sa conception. D’une hauteur totale de 90 mètres, elle permettait aux visiteurs de se repérer et de gravir ses 550 marches pour apprécier la vue à 360°.

Malgré des travaux d’entretien en 1952, l’accès au sommet de la tour a été interdit pour des raisons de sécurité et d’accessibilité. Aujourd’hui, la Ville de Grenoble s’apprête à restaurer la tour Perret dont elle est propriétaire.

Sécuriser la tour

Le chantier permettra de sécuriser la tour en répondant à des enjeux techniques liés à la restauration des bétons armés. L’objectif est aussi de conserver un patrimoine « qui apparaît comme un élément qui contribue à notre identité collective », selon une étude sociologique menée auprès usagers du parc.

Une équipe de maîtres d’œuvre chargée de réaliser les études sera désignée dans les semaines prochaines. Cette équipe fera des essais de reconstitution des bétons en laboratoire et sur le site. Elle définira aussi le protocole de restauration de la tour et coordonnera le chantier.

Redéfinir ses usages

À terme, ces travaux permettront au public d’accéder à nouveau à la plateforme de la tour, suspendue à 60 mètres de hauteur. Il reste encore à imaginer différents usages possibles à cet édifice, mais il pourra certainement être le lieu d’événements et d’animations variés.

Le chantier devrait débuter en 2020 pour une livraison deux ans plus tard. En 2022, les Grenoblois et autres visiteurs pourront se réapproprier les lieux comme il se doit, pour que l’édifice retrouve sa vocation première de « Tour qui regarde les montagnes ».

Du pingouin à la tour Perret

Benoît, ou Groek pour le monde du street art, a remporté l’appel à projet pour décorer la palissade de sécurité de la tour Perret, le temps des travaux.

Le pantalon recouvert de taches de peinture, qui s’étendent même jusqu’aux lunettes, Groek passe environ un mois à recouvrir la palissade de motifs abstraits colorés avec un coup de main de sa soeur Manon.

Un BTS communication visuelle en poche avant un passage aux Beaux Arts, Benoît, 38 ans, a grandi avec la culture pub. Attiré par les arts visuels depuis toujours, l’artiste a commencé à greffer dans la rue, pendant ses études.

Petit à petit, son style s’est affiné. Des animaux ont surgi, souvent des régions polaires, toujours pleins de couleurs, conférant à Groek une patte artistique singulière.

Quand le figuratif et l’abstrait s’entremêlent

A l’image de ces pingouins représentés sur des bâtonnets, reconnaissables au premier coup d’oeil, Groek utilise des jeux de couleurs contrastés et représente ses créatures de manière foisonnante, mêlant le figuratif et l’abstrait.

Dans la culture street art grenobloise, particulièrement riche et valorisée depuis quatre ans par un festival dédié, le designer graphique d’origine valentinoise n’en est pas à sa première bombe de peinture.

Réalisée dans le cadre du Grenoble Street Art Festival, l’une de ses œuvres est visible rue Maurice Dodero, à La Villeneuve.

L’architecture l’intéresse aussi beaucoup, « surtout les édifices imposants qui ont du caractère ». Il s’attaque aujourd’hui à la tour Perret, l’un des emblèmes grenoblois, auquel il attache une affection toute particulière…

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi