Économie

Accueil >Découvertes >Économie>Le marché Hoche

légumes & Cie

Le marché Hoche

Chaque samedi matin, les exposants du marché Hoche créent l’effervescence sur la place André Malraux et nombreux sont les Grenoblois à honorer ce rendez-vous. Entraide entre producteurs, regards de connivence et boutades glissées entre deux ventes révèlent une ambiance presque familiale. C’est un marché « où l’on se connaît et où on aime parler ».

Marché Hoche

Créé il y a trente ans, il est le fruit d’une rencontre entre un groupe de producteurs souhaitant se rassembler pour valoriser ensemble leurs produits en dehors des circuits de production traditionnels, et d’une association de commerçants du quartier Hoche.

L’objectif ? Faire vivre les exploitations périurbaines et reconnaître les producteurs locaux en tant que tels. « Ce marché est très important pour notre économie. Dans la distribution traditionnelle, on ne pourrait pas tenir ! » atteste Dominique Roybon, un des producteurs fondateurs (les Vergers de Vernette). « Avant, lorsque notre association de producteurs était en charge de la gestion du marché, chaque nouveau producteur arrivant faisait l’objet d’une visite d’exploitation. Depuis que la gestion est communale, nous ne sommes plus que consultatifs. Notre crainte est la présence de revendeurs » poursuit-il.

sophie-clot-godard1-marche-hoche-credit-julie-fontana

Sophie Clot-Godard, bergerie de Rif-Clar à Saint-Andéol. Production : yaourt, fromages, faisselles, lactiques, tommes et brousse

Sophie Clot-Godard exerce le métier de bergère « par passion ». Ancienne développeuse dans une entreprise, elle a souhaité se reconvertir auprès des brebis en 2010, pour travailler leur lait de différentes façons : en fromages à pâte pressée, en fromages lactiques et en yaourts.

À Saint-Andéol, sur 32 hectares non mécanisés, elle prend soin de 61 brebis nourries aux pâturages en été, et avec du foin et des céréales issus de nos montagnes en hiver. Avec l’aide de son compagnon, elle assure la traite matin et soir et transforme le lait directement à la ferme. « Ce que j’aime le plus c’est le contact avec les brebis, mais aussi la vente directe : c’est le plaisir de travailler un produit du début à la fin, de réaliser tous les maillons de la chaîne sans intermédiaire » explique-t-elle.

Associée avec six producteurs en GIE (Groupement d’intérêt économique), elle vient sur le marché Hoche en alternance avec ses confrères, pour répartir équitablement la vente entre eux.

Sophie Clot-Godard et Christophe Terrier 38650 Saint-Andéol – tél. 06 09 74 01 93 – contact@bergerierifclar.fr

 

Claire Bertholon1 - marché Hoche - crédit Julie Fontana

Claire Bertholon, Gaec des Vaches Trop choux à Saint-Pierre-de-Méaroz. Production : légumes bio aux diverses saveurs

Claire Bertholon est maraîchère depuis 2012, en Gaec avec son conjoint qui s’occupe des vaches. Elle produit des légumes bio de saison, en vente directe, sur les marchés ou en Amap (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne).

Sa particularité ? La déclinaison des légumes ! « J’aime partir d’un légume classique et découvrir les différentes variétés qui existent. Je les goûte pour pouvoir conseiller les clients sur la façon de les cuisiner, lors de la vente. Par exemple, j’ai une quinzaine de variétés de tomates que je produis, teste et commercialise » raconte-t-elle. Un attrait que les clients semblent apprécier puisque nombreux sont ceux qui viennent la voir sur son stand au marché, pour lui demander les atouts de telle sorte de pomme de terre en vente ce jour-là. « Je veux des légumes qui ont du goût. Les supermarchés ont dévalorisé les légumes en les uniformisant » déplore-t-elle.

Turc Christian – Le Bas Beaumont 38350 Saint Pierre de Méaroz – tél. – 04 76 30 49 11
claire_bertholon@hotmail.com

 

informationRenseignements divers
Place André Malraux
Tous les samedis de 7h à 13h

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

Ils sont beaux nos marchés !

La Bonne Pioche, commerce éco-responsable

Le cairn, nouvelle balise pour l’économie de proximité ?