Actus de la ville

Accueil >Actualités >Actus de la ville>Cool Roof : une solution fraîcheur

Ce contenu fait partie du/des dossier(s): Budget participatif : portraits de projets

Budget participatif 2018

Cool Roof : une solution fraîcheur

A l’automne, le toit de La Bifurk a été totalement recouvert d’une peinture blanche dans le but d’atténuer les effets du réchauffement climatique. L’initiative, portée par Antoine Vaskou et Grégoire Pourcelot, est issue du Budget participatif 2018. 

Antoine Vaskou, porteur du projet Cool Roof. ©Sylvain Frappat

«L’idée a germé subitement», raconte Antoine Vaskou, l’un des deux porteurs de projet. «Dans nos villes, la plupart des toits sont noirs. L’idée était de proposer une première expérimentation, de semer une graine qui peut donner des idées.»

Cette idée simple, de peindre les toits en blanc, est un moyen d’atténuer les effets du réchauffement climatique. La peinture dite «Cool Roof» est une peinture réflective et écologique. Le blanc réfléchit la lumière ; ce qui permet au béton, habituellement noir, de ne pas absorber de chaleur et, donc, de ne pas la restituer.

Concrètement, le dispositif permet de rafraîchir les bâtiments, d’améliorer le confort de ses usagers et de diminuer le recours à la climatisation.

Montrer les impacts positifs

En partenariat avec Cool Roof France, le projet s’est vu attribué le large toit de La Bifurk, 2 rue Gustave Flaubert, en réponse aux contraintes techniques et esthétiques des bâtiments de la ville. «C’est un des toits qu’on avait envisagé dès le départ», continue-t-il avant d’ajouter :

Au niveau symbolique, je trouve ça vraiment intéressant que ça se fasse là parce que La Bifurk est une pépinière d’associations. Il y a d’ailleurs des associations qui oeuvrent pour la protection de l’environnement. C’est un lieu culturel associatif assez important dans la ville.

L’été dernier, des capteurs ont été installés sur le toit pour mesurer la température. L’été prochain, le dispositif sera réitéré pour comparer les résultats.

©Sylvain Frappat

Antoine Vaskou précise :

En nous étant renseignés, on s’est rendus compte que c’était quelque chose qui n’existait pas encore en ville ici. Il y a probablement un petit peu de retard en France mais cela va certainement venir dans le futur. Ce projet permet de montrer les impacts positifs pour que le secteur public et le secteur privé puissent aussi s’inspirer de ces résultats, de faire connaître cette idée plus largement. Une idée qui a intéressé beaucoup d’habitants.

informationRenseignements divers
courrielhttps://www.gre-mag.fr/thematiques/budget-participatif-portraits-de-projets/

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Dernière ligne droite pour Grenoble !

Grenoble met les voiles

La BEP rouvre bientôt ses portes