Tribunes politiques

Accueil >Actualités >Tribunes politiques>De l’écologie à l’envers

Mai/Juin 2019 - Groupe « Rassemblement Les Patriotes »

De l’écologie à l’envers

Lors du dernier Conseil municipal, le Maire nous proposait la candidature de Grenoble au titre de Capitale verte européenne pour 2022. C’était à peine croyable car cette candidature ne saurait être légitime compte tenu du bilan de la majorité quant aux investissements écologiques menés.

Tout compte fait, cette candidature est tout à fait compréhensible car nous pouvons aisément voir un rapport de cause à effet entre cette candidature et les prochaines élections municipales. Mais l’écologie n’est pas un jeu. Vouloir se créer un bilan en vue des élections sur un fond vide de propositions écologiques est définitivement déplorable.

Je rappelle que la plupart des gestes écologiques que la majorité a entrepris ont toujours été critiquables et pour la plupart contreproductifs : lutte contre les panneaux publicitaires (au sujet de laquelle j’ai déjà exprimé mes réserves quant au point de vue économique que cette action a engendré), réduction de la vitesse de circulation en centre-ville à 30 km/h qui prend le contre-pied d’une attitude écologique et responsable du point de vue environnemental car il est reconnu que circuler à cette allure en centre-ville n’est ni écologique, ni économique.

On ne saurait appeler cela autrement que de l’écologie à l’envers. Vous aurez bien compris que je ne suis pas contre l’écologie. D’ailleurs, en janvier 2019, en tant que parlementaire européen, j’ai fait voter un amendement pour « mettre un terme, sans délai ou dérogation possible, à l’épandage de pesticides sur de longues distances à proximité d’écoles, de crèches, de terrains de jeux, d’hôpitaux, de maternités ou d’établissements de soins ». Le texte a été plébiscité par tous les partis politiques (563 votes pour) sauf… le Rassemblement national. J’ai porté au Parlement un autre amendement pour interdire tous les néo-nicotinoïdes tueurs d’abeilles sans délai et sans dérogation possible.

C’est cela l’écologie concrète, l’écologie à l’endroit. Mon opposition à la majorité n’est pas une opposition idéologique mais je suis foncièrement contre la fausse écologie et l’écologie politicienne que le Maire vous propose depuis 5 ans.

Mireille D’Ornano, présidente du groupe

Contact : mireille.dornano@grenoble.fr