Découvertes

Accueil >Découvertes>Des spectateurs pas comme les autres

Découverte

Des spectateurs pas comme les autres

Au Tricycle, un groupe de spectateurs découvre le processus de création en assistant à des répétitions et des rencontres avec les artistes.

Les "passeurs de spectacle" sont les ambassadeurs des différentes créations et se mobilisent pour inviter un large public à les découvrir.

Les « passeurs de spectacle » sont les ambassadeurs des différentes créations et se mobilisent pour inviter un large public à les découvrir.

 

Qu’ils soient étudiants, actifs ou retraités, chacun a sa façon d’appréhender ces rendez-vous. Pour Zélie, « ça évite de consommer de la culture ! En voyant comment la création se met en place et évolue, on mesure le chemin parcouru et le travail des artistes. » « Le Tricycle programme des spectacles novateurs » ajoute Pierre. « C’est l’occasion de découvrir des choses que je ne serais sans doute pas aller voir. » De plus, « discuter avec les artistes est intéressant car cela permet de décrypter, de comprendre un choix de mise en scène… » précise Jean-Christian. Enfin, en tant que « premier retour public » ces spectateurs pas comme les autres découvrent aussi parfois que leur « œil neuf » peut faire évoluer le spectacle…
Cette initiative originale est liée à l’identité de la structure, dédiée aux spectacles en création. « Les compagnies sont là dans la durée, ce qui permet d’organiser des rencontres » souligne Marie-Christine Cuffolo chargée de la médiation culturelle. « Cette année, on accueille aussi un auteur en résidence, Marc-Antoine Cyr, dont les écrits seront présents à travers plusieurs propositions. De plus, la compagnie des Mangeurs d’étoiles créera un spectacle-puzzle en plusieurs étapes. » Encore de belles rencontres en perspectives pour les « passeurs », qui découvriront la création à mi-parcours puis seront invités à la première. Place ensuite au bouche-à-oreille ! On en parle à ses collègues, ses voisins, ses amis ou sa famille, mais aussi sur son blog, on envoie des mails, on distribue des tracts… Chacun a sa méthode pour faire partager ses coups de cœur.

 

Des passeurs témoignent

Jean-Christian Lefaure

LEFORT Jean-Christian 5Je me suis toujours beaucoup occupé de chant choral et je pratique aussi le théâtre musical. Etre « passeur » est une nouvelle façon de découvrir le théâtre : on nous propose d’assister à des répétitions générales ou des extraits à certains moments clefs de la création, avec la chance d’avoir un échange avec les acteurs et les metteurs en scène. Ensuite on est convié à la première.
Sur la dernière saison, « Ronde de nuit » sur le texte de Modiano mis en scène par Jean-François Matignon, m’avait marqué. Il nous avait expliqué comment il en était arrivé à monter cette pièce, son parti-pris par rapport au texte et au comédien qui était vraiment exceptionnel !
Echanger avec le metteur en scène est un vrai plus car le plus souvent quand vous voyez une pièce, il y a obligatoirement des choix qui ont été faits en amont par rapport à la mise en scène, la scénographie, la lumière… Et vous vous dites : mais pourquoi il a fait ça ? On a donc la possibilité de décrypter la façon dont le metteur en scène ou l’équipe artistique a choisi de traiter le texte et de le présenter : il y a toujours un axe et c’est intéressant de comprendre comment il a été choisi.

Marie-Christine Choquet « Zélie »

CHOQUET Marie-Christine Zélie 3Participer aux « passeurs » est un projet qui m’a tout de suite plu car je vais beaucoup au théâtre, j’ai fait moi-même du théâtre et j’ai chanté aussi. Ce qui me plaît ? ça évite de consommer de la culture. En général on arrive, on a un produit déjà tout bien préparé. Avec les passeurs, ce qui me passionne c’est de voir l’évolution entre la répétition qu’on voit et ensuite la première ! Ca me plait vraiment de voir comment la création se met en place tout doucement, et on ne se rend pas compte du cheminement de la pensée une fois que c’est terminé.
Par exemple, l’an dernier, dans le « Petit Prince » de Saint-Exupéry il y a eu de gros changements qui ont été faits après la répétition et ce qu’on avait pu en dire les uns les autres. Personnellement, je trouvais qu’il y avait trop de mouvement : on avait du mal à se concentrer et j’ai constaté qu’il y avait un net changement à la première. C’est bien, on se dit notre parole est entendue, on n’est pas là comme des pingouins.

Pierre Chaumard

CHAUMARD Pierre 4Je suis comédien dans la compagnie les Brigands de la plume, j’anime un atelier en tant que metteur en scène et je m’occupe aussi d’une petite troupe : La Muse Gueule. Je suis devenu « passeur » car les spectacles au Tricycle sont novateurs. Ca m’obligeait à aller voir certains types de spectacles que je ne serais pas allé voir, avec une écoute un peu différente, en me demandant ce que j’allais pouvoir faire passer comme information.
Pour le « Petit Prince » j’ai vu le travail et tout ce que les professionnels pouvaient faire en huit jours, c’était fantastique ! Assister à des choses très fraîches qui viennent d’être montées, parler avec le metteur en scène et voir le spectacle à différentes étapes… c’est fabuleux !
On a une obligation de faire passer quelque chose. Quand on va voir un spectacle, on peut dire qu’on aime ou qu’on n’aime pas. Quand on doit faire un retour, on se dit qu’il faut quand même qu’on puisse ressortir des choses positives. A priori dans une programmation du Tricycle, il n’y a aucune raison qu’on soit déçu, ce sont des spectacles qui tiennent la route. Mais il faut réussir à exprimer pourquoi on est touché. On ne va pas reprendre ce qui est écrit dans le programme ! Les passeurs c’est un peu le bouche-à-oreilles moderne : ça peut être le web, le téléphone… On a eu la possibilité de voir des spectacles dans des conditions particulières, enrichissantes, et bien on en fait profiter son réseau !

informationRenseignements divers
téléphone 04 76 84 01 60
courrielhttp://www.letricyclegrenoble.com

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

En avant la musique !

Cuisine au sommet

Forêt à défendre