Tribunes politiques

Accueil >Actualités >Tribunes politiques>Deux années de mandat pour un triple renoncement

Mai 2016/Groupe Les Républicains-UDI-Société civile

Deux années de mandat pour un triple renoncement

Depuis deux ans la municipalité multiplie les effets d’annonce mais dans la réalité des faits, nous assistons à un triple renoncement.

photo RÇpublicains

Le premier de ces renoncements est celui du traitement des questions de la vie quotidienne des habitants. La gestion de l’espace public symbolise parfaitement cet abandon. Comme si la propreté des rues et la sécurité des habitants n’intéressaient pas ces élus ou étaient des préoccupations pas assez nobles pour ces penseurs qui ont une idée bien arrêtée de ce qu’il faudrait faire pour sauver le monde et la planète. Dommage qu’ils ne commencent pas par ce qui se passe au coin de la rue…

Le second est celui de la trahison démocratique : la fameuse « co-construction » s’est révélée être une énorme mascarade (Esplanade, quai rive droite, projet cœur de ville etc.…). La promesse de la votation citoyenne se termine par une vulgaire manipulation politicienne (seuil impossible à atteindre alors qu’il suffisait d’appliquer la règle de la majorité comme dans tout référendum). Les comités citoyens, qui devaient attirer dans le débat public ceux qui s’en tiennent éloignés et qui devaient être indépendants, sont en réalité phagocytés par les militants écologistes et d’extrême-gauche.

Enfin, l’opposition d’Eric PIOLLE à l’élargissement de l’A480, le retrait de la Ville de Grenoble du Protocole concernant le TGV Lyon-Turin qui améliorerait la desserte des TER et la liaison Grenoble-Paris, l’abandon du centre-ville, vitrine commerciale de notre métropole, sont des coups de poignard pour l’économie locale. Tout cela provoque une perte d’attractivité du territoire au profit des autres grandes métropoles françaises. Les conséquences sur l’emploi se font déjà sentir.

Trahison démocratique, abandon des Grenoblois sur les questions de vie quotidienne, renoncement à porter les ambitions d’une ville – métropole sur les questions économiques, les deux premières années de cette municipalité s’apparentent bien à une triple peine. La décroissance est en marche et les Grenoblois en seront les premières victimes.

Groupe « Les Républicains-UDI-Société Civile » Richard CAZENAVE, Nathalie
BERANGER, Matthieu CHAMUSSY, Sylvie PELLAT-FINET, Lionel FILIPPI, Bernadette CADOUX et Vincent BARBIER Conseillers Municipaux Les Républicains-UDI-Société Civile de Grenoble

Contact : opposition.municipale@grenoble.fr
Tél. 04 76 76 38 89

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.


Les commentaires ne sont plus ouverts pour ce contenu.

Gre-mag vous propose aussi

Grenoble : une terre d’accueil

Fixer un cap pour « Grenoble 2030 »

Démocratie locale : le hold-up d’Éric Piolle