Actus des quartiers

Accueil >Actualités >Actus des quartiers>Le bois prend racine

filière

Le bois prend racine

Au cœur de l’îlot Marceline, dans le quartier Flaubert, ce n’est pas une première pierre, mais un premier panneau de bois qui vient d’être posé afin d’officialiser le lancement de la construction du bâtiment le Haut-Bois. Porté par le bailleur social Actis, ce projet d’habitat collectif en structure bois sera achevé au premier trimestre 2021.

©Actis

Fruit de cinq années d’études, le Haut-Bois est un bâtiment passif de neuf niveaux qui accueillera 56 logements sociaux.

Particularité de cette construction de grande hauteur ? Sa structure qui mettra en œuvre 1 500 m3 de bois, un matériau biosourcé dont les performances sont nombreuses.

Seul matériau de construction doté d’un bilan carbone positif, le bois est douze fois plus isolant que le béton. Il ne consomme pas d’eau et ne produit aucun déchet polluant ni aucune nuisance sur les chantiers.

Un étage par semaine

Le directeur général d’Actis, Stéphane Duport-Rosand, indique :

Ce choix d’une structure bois privilégie aussi le développement de la filière bois locale, l’économie de proximité et les circuits courts. Pour ce projet, nous avons travaillé avec le réseau régional de la Fédération interprofessionnelle de la filière Forêt-Bois (Fibois) qui coordonne l’action de tous les acteurs du secteur. Le bois utilisé pour le Haut-Bois vient pour partie des forêts iséroises, le reste provenant des Vosges et des Alpes (hors France). Le fait que les panneaux de la structure soient préfabriqués en atelier à Varces va permettre d’édifier environ un étage par semaine, ce qui est très rapide !

Un habit de zinc

Bien que la structure bois soit un des atouts clés du bâtiment, le bois ne sera que peu visible lorsque le Haut-Bois sera achevé.

Antoine Pagnoux et Jacques Félix-Faure, les architectes, s’en expliquent :

L’aspect grisé que prend le bois au fil du temps et des agressions extérieures est parfois mal ressenti par les habitants. C’est pour cette raison que nous avons choisi pour la façade et la toiture une couverture en zinc, qui va bien vieillir tout en protégeant l’immeuble. Le bois n’apparaîtra donc que par touches, dans les lieux privilégiés et préservés.

Le confort thermique sans radiateur ni climatisation !

Le Haut-Bois a été conçu selon les principes de la méthode allemande Passiv Haus. Il sera d’ailleurs le premier bâtiment de cette envergure à bénéficier de ce label de performance énergétique en France.

Le principe ? Mettre en place une enveloppe extrêmement isolante, un triple vitrage ainsi qu’un système de ventilation double-flux collective pour réduire drastiquement les besoins énergétiques et donc les factures !

Il n’y aura donc ni radiateur, ni plancher chauffant, ni climatisation dans les appartements, mais un simple bouton de consigne pour assurer le confort thermique des habitants hiver comme été.

Autour de Grenoble : des arbres et des hommes

  • Les forêts iséroises couvrent 298 000 hectares (contre 250 000 hectares en 1997), soit 38% de la superficie du département. Les deux tiers des forêts sont situés en zone montagneuse.
  • 55% des arbres sont des résineux et 45% des feuillus.
  • À qui sont les forêts iséroises ?
    • 71% des forêts appartiennent aux particuliers, 22% aux communes, 7% à l’État
    • La filière bois iséroise compte 2 700 entreprises et représente 7 000 emplois non délocalisables.
  • 471 000 m3 de bois sont récoltés par an. En moyenne, la récolte représente 30% de l’accroissement annuel de la forêt. (Source : FIBOIS Isère)

Le Bois de Chartreuse, des mâts de la Royale à l’AOC

Il y a quatre siècles déjà, la robustesse et la rectitude naturelle des grands sapins et des épicéas des forêts de Chartreuse étaient connues bien au delà du massif puisque la Marine royale utilisait son bois pour fabriquer les mâts de ses navires.

En octobre 2018, le Bois de Chartreuse a obtenu l’appellation AOC (Appellation d’origine contrôlée), une première dans le domaine du bois !

À l’automne 2019, les premiers sciages sont sortis des scieries habilitées. Il s’agit de pièces de bois massif de grandes dimensions, dont la haute résistance mécanique convient parfaitement à la construction de structures et de charpentes.

Le label garantit la typicité et la qualité du bois. Il atteste également de la gestion forestière raisonnée de sa production.

L’aire de l’AOC inclut 134 communes de l’Isère et de la Savoie. Des sylviculteurs jusqu’aux scieurs, trente opérateurs sont à ce jour habilités à intervenir dans la production de l’AOC Bois de Chartreuse.

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Pirouette, c’est chouette !

L’invitation à la danse

Très-Cloîtres