Nos interviews

Accueil >Découvertes >Nos interviews>Témoignage : « C’est important de ne pas agir que pour soi-même »

Ce contenu fait partie du/des dossier(s): #RestezChezVous : Grenoble confinée

Covid-19

Témoignage : « C’est important de ne pas agir que pour soi-même »

Doctorante italienne installée dans le quartier de la Capuche, Ludovica voit les récents événements italiens se reproduire en décalé à Grenoble. Pour prêter main forte aux personnes qui en auraient besoin, la jeune femme de 26 ans s’est, entre autres initiatives, inscrite sur la plateforme d’entraide Grenoble Voisins Voisines. Entretien téléphonique avec cette Grenobloise confinée à son domicile dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus Covid-19.

©Ludovica

Les Grenoblois-es sont confiné-es à leur domicile depuis maintenant trois jours. Comment le vivez-vous ?

Franchement, ça va. Je suis italienne et je m’y attendais. J’étais presque soulagée quand le gouvernement a annoncé le confinement ici. Ce n’est pas facile mais je pense que c’est indispensable. Entre Italiens à Grenoble, on faisait des blagues sur l’insouciance (voire le mépris) des Français à l’égard de notre inquiétude, car on savait ce qu’il allait se passer.

C’est exactement la même progression qu’en Italie. Et c’est même très bizarre. On était inquiets pour nos proches et, maintenant, on est en train de le vivre nous-mêmes.

Pourquoi vous êtes-vous inscrite sur Grenoble Voisins Voisines ?

Je cherchais des solutions pour aider des gens pendant le confinement. J’ai accroché un mot en bas de mon immeuble pour proposer mon aide.

C’est dans ce genre de situation que des gens peuvent se sentir très seuls. Alors c’est important de ne pas agir que pour soi-même.

Nous les jeunes, nous sommes potentiellement vecteurs de la maladie mais nous sommes aussi en meilleure forme. C’est bien de pouvoir sortir faire des courses à la place des personnes âgées.

Qu’est-ce que vous proposez dans votre annonce ?

J’ai coché toutes les cases (aides aux devoirs à distance, conversation à distance, courses de première nécessité… NDLR) mais je n’ai pas encore eu de réponse.

Je suis un peu sceptique sur le fait que ça va marcher parce que je ne pense pas que les personnes âgées feront la démarche de se rendre sur le site ; à moins que leurs proches le fassent pour elles. Pour l’aide aux devoirs, peut-être que ça marchera.

Je fais du bénévolat depuis très longtemps. J’ai par exemple donné des cours de maths en foyer de mineurs isolés. Je suis plutôt à l’aise avec ça.

Menez-vous d’autres actions de solidarité ?

J’ai proposé mon aide à la Croix Rouge car ça devient compliqué avec la fermeture des structures. Ils m’ont répondu avoir assez de bénévoles qu’ils ont déjà formé et avec lesquels ils travaillent déjà toute l’année.

J’ai aussi demandé aux voisins s’il voulaient faire quelque chose mais j’ai l’impression qu’il y a quand même pas mal de choses qui sont en place.

Pourquoi est-ce important pour vous de s’entraider en cette période ?

Pour moi, c’est important de manière générale. On a un devoir de redistribution de nos privilèges. Je pense qu’il y a des gens qui galèrent, qui n’ont pas de logement, qui sont seuls… Il y a des situations inégalitaires assez frappantes, surtout aujourd’hui. Donc c’est important.

Je pense aussi aux violences conjugales ainsi qu’aux violences sur les enfants. «Rester à la maison» n’est pas forcément si simple et si joyeux comme on aime le penser…

informationRenseignements divers
courrielhttps://www.grenoble.fr/1700-voisins-voisines.htm

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Christine Garnier : «Il est important que les enfants retrouvent une vie sociale.»