Actus des quartiers

Accueil >Actualités >Actus des quartiers>Le bonheur est dans la Presqu’Ile !

on vous dit tout

Le bonheur est dans la Presqu’Ile !

En pleine mutation, la Presqu’île intègre sur l’îlot Cambridge un programme de construction de logements. Depuis 2016, 184 logements familiaux et 398 lofts ou studio étudiants ont été livrés sur un quartier en chantier, germé ex nihilo sans terreau culturel, historique ou social. La vie future, la vie commune restent à inventer. Vous vous demandez quel est ce ministère du Bonheur, de la Contemplation et de l’Exploration des Petits Mondes qui a sélectionné ce quartier pour expérimenter et susciter le bien-être ? Gre.mag lève le voile.

« Cette nouvelle aventure humaine, culturelle et sociale, pilotée par la Maison des habitants Chorier Berriat et accompagnée par InnoVia Grenoble durablement, vise à augmenter le niveau de bonheur et de bien-être des habitants » annonce M. Dankwart, le délégué interministériel du ministère du Bonheur.

Vrai ou faux ministère ? En tout cas, avec Laeticia Caracol chargée de mission départementale, médiatrice en bonheur, ils ont pour mission de tisser des liens entre des populations qui se côtoient au quotidien : habitants, étudiants et scientifiques. Sur la Presqu’Ile, cet îlot en mutation, il s’agit aussi de connecter ensemble les quartiers situés de chaque côté de l’avenue des Martyrs et d’amarrer les quartiers historiques de Jean Macé et Arago à l’îlot Cambridge.

Inventer la vie future

« L’îlot résidentiel Cambridge, né d’une friche urbaine ne possède aucune tradition, culture de quartier, histoire sociale ou culturelle. L’accueil des résidents est donc primordial pour qu’il devienne un vrai quartier à vivre » explique Matthieu Warin, directeur de la Maison des habitants Chorier Berriat.

Sur la Presqu’île-Jean Macé, la densité de population, le recours aux modes de déplacements doux, la mixité sociale, le mélange des activités favorisent l’urbanité. « On invite les gens à inventer une vie commune, à habiter ensemble leur quartier, à y faire jaillir des activités culturelles, sportives, des rencontres d’immeubles, de la solidarité, des familiarités et transformer l’espace public en espace de quartier, en initiant des lieux de détente, de rencontre » ajoute Matthieu Warin.

C’est ainsi que la MJC Parmentier, l’Union de quartier Jean Macé Arago, les écoles d’ingénieurs, l’association du centre social Chorier Berriat, Giant, des laboratoires scientifiques, le lycée International s’associent aux résidents, s’engagent à soutenir cette formidable dynamique habitante qui participe de la transition citoyenne.

Rencontres échanges, actions : par ici le bonheur

Dans un premier temps, l’opération du « ministère » est envisagée sur l’ensemble de 2017. Déjà, M. Dankwart et Laeticia Caracol rencontrent les habitants lors des accueils des nouveaux habitants, des visites et randonnées surprises du quartier, des découvertes des laboratoires scientifiques, des écoles d’ingénieurs, de spectacles décalés. Laeticia Caracol y évalue le bonheur de chacune et de chacun à l’aide de sa singulière machine « à calculer le bonheur. »

Après ces prises de contacts, des ateliers surprises, animations, ateliers d’écriture ou de réflexion, formations seront organisées en partenariat avec les partenaires du quartier afin de réfléchir ensemble sur les moyens d’augmenter le bien-être.

La troisième phase consistera à passer à l’action en montant des actions concrètes génératrices de bonheur : rencontres de montées, organisation d’événements culturels, sportifs ou de repas partagés, aménagement de l’espace public…

Fort des études internationales qui convergent vers l’idée que ralentir est la première étape d’une transition sociale, économique, environnementale et psychologique, le ministère a choisi pour logo un escargot symbolisant lenteur, fécondité, circularité et renaissance !

informationRenseignements divers
Pour en savoir plus et participer à la recherche du Bonheur
courriel paricilebonheur@grenoble.fr

Vos commentaires

Commentaire de J-L PAYAN le 24 mars 2017 à 20 h 03 min

Très mignon poisson d’avril.
Plein de bises très lentes et bien baveuses à Laeticia CARACOL !!!

J-L SNAIL

Lire la suite >

Commentaire de BIGUENET le 27 mars 2017 à 20 h 32 min

J’ai rêvé quelques heures que tout cela était vrai !…Ca me plait bien que Grenoble ait de l’humour !
Brigitte

Lire la suite >

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Un voyage dans l’Histoire

Cheminant rue Chenoise…

Le commerce dans les règles de l’art(isanat)