Tribunes politiques

Accueil >Actualités >Tribunes politiques>Le printemps est là alors que la ville se meurt

Mars 2015 / Groupe Front National

Le printemps est là alors que la ville se meurt

Lorsqu’il prospère, le commerce de centre ville est le coeur palpitant de la cité. Il lui donne son caractère, sa musique, son style, sa vie en quelque sorte. C’est un être autonome, fruit d’une longue alchimie entre les commerçants, les riverains et les habitants venus de l’extérieur.

Mireille twitter copieCe n’est pas quelque-chose que l’on peut règlementer à coups de taxes, d’interdictions et d’obligations comme l’ont fait les socialistes puis les écologistes. Il y a déjà suffisamment de facteurs économiques qui pèsent négativement sur le petit commerce comme la concurrence d’internet ou la baisse généralisée du pouvoir d’achat.

Malgré cela, la ville en a rajouté à sa manière :

– La suppression des stationnements et l’augmentation des bouchons pour accéder à la ville sont un handicap majeur.

-La transformation visuelle des rues commerçantes, par l’alignement de milliers de poteaux n’est pas fait pour inviter à la promenade.

– Le manque de nettoyage des rues ne fait qu’augmenter cette impression de quartier marginal qui ne donne vraiment pas envie d’y aller.

On n’a pas besoin des études, comités et forums citoyens de M. Clouaire pour comprendre ce qui ne va pas. C’est le printemps. Laissons fleurir le commerce qui ne demande qu’à vivre.

Groupe « Front National » – Mireille d’Ornano, Présidente
Contact : mireille.dornano@grenoble.fr

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.


Les commentaires ne sont plus ouverts pour ce contenu.

Gre-mag vous propose aussi

Fixer un cap pour « Grenoble 2030 »

Grenoble terre d’accueil

Démocratie locale : le hold-up d’Éric Piolle