Tribunes politiques

Accueil >Actualités >Tribunes politiques>Les panneaux publicitaires : entre forme et fond

Mars 2018 / Groupe "Rassemblement Les Patriotes"

Les panneaux publicitaires : entre forme et fond

Si la majorité se félicite d’avoir « courageusement » mené une politique anti-publicité, on peut dire que tout aussi courageusement – voire plus encore – je m’y suis opposée.

Lors du dernier Conseil municipal du 4 février 2019, j’ai exposé une énième fois mes craintes et mes réserves vis-à-vis de la chasse aux panneaux publicitaires commerciaux menée par la majorité municipale de Grenoble.

Il est indéniable que du point de vue de la forme, on ne saurait s’opposer à cette idée: préserver la diversité du paysage naturel est évidemment essentiel. Porter son regard sur les hautes montagnes et les vastes plaines est effectivement préférable à toutes les pollutions lumineuses et à l’agressivité des affichages divers et variés.

Cependant, du point de vue du fond, c’est une tout autre histoire. D’une part, il faut signaler que tous les panneaux ne seront pas enlevés: on ne touchera pas aux panneaux d’affichage d’opinion ainsi qu’aux panneaux publicitaires des abribus. Vous constaterez avec moi que cette exception ne répondra pas efficacement aux exigences de la forme qui est de garantir un espace urbain le plus naturel possible.

D’autre part, l’interdiction des panneaux publicitaires commerciaux entraînera des pertes considérables et non négligeables dans les caisses de la Ville car, en parallèle, aucun projet économique sérieux n’a été exposé pour répondre à ces pertes.

L’heure n’est plus aux réflexions par oppositions (environnement OU argent) mais bien à des réflexions construites et rassembleuses (environnement ET argent) car la réalité pratique du terrain est souvent plus complexe que les fantasmes théoriques des propositions politiques. En somme, le fond l’emporte sur la forme.

Mireille D’ORNANO, présidente du Groupe

Contact : mireille.dornano@grenoble.fr

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.


Les commentaires ne sont plus ouverts pour ce contenu.

Gre-mag vous propose aussi

Grenoble : une terre d’accueil

Fixer un cap pour « Grenoble 2030 »

Démocratie locale : le hold-up d’Éric Piolle