Dossiers

Accueil >Dossiers>Mais que fait la Police municipale ?

Décrypter

Mais que fait la Police municipale ?

Loin de s’en tenir à la chasse aux infractions de stationnement, la Police municipale mène des missions variées, d’abord tournées vers la tranquillité et le bon partage de l’espace public.

Le Police municipale est en liaison permanente avec les équipes de terrain depuis le centre opérationnel. ©Richard Gonzalez

Depuis le centre opérationnel de la Police municipale, rue Lesdiguières, les agents pilotent leur mission de surveillance générale de l’espace public. En liaison permanente avec les équipes sur le terrain, ils gèrent aussi d’ici les appels des habitants pour une demande d’intervention.

Un outil précieux : la vidéosurveillance. « Deux à trois agents scrutent le film de la ville en temps réel, zoomant les images si nécessaire, pour vérifier que tout se passe bien : fluidité de la circulation, sécurité des habitants et des usagers… », présente Laurent Pruvost, directeur de la Police municipale de Grenoble.

La géolocalisation au mètre près de toutes les patrouilles offre un précieux gain de temps et d’efficacité d’action : « À distance, nous repérons immédiatement la patrouille qui est la plus proche des lieux. » Images à l’appui, les agents dirigent les équipages sur le terrain et font le lien avec d’autres services selon la nature de l’événement : la Police nationale ou la Semitag par exemple.

Effet dissuasif

Ces agents qui patrouillent sur l’ensemble des secteurs de la ville constituent les unités de proximité. Ils assurent leurs missions de 7  heures à 20  heures, par roulements. Les équipes de nuit les relaient ensuite, jusqu’à 3h30.

Ces brigades nocturnes veillent en particulier à la cohabitation entre les usagers de la nuit et les habitants. Depuis cet automne, les agents affectés à la nuit, passés de 18 à 21, sont progressivement équipés d’un pistolet à impulsion électrique, à leur demande.

 Nous l’utilisons uniquement en légitime défense, quand notre vie ou celle d’un habitant est mise en danger, explique l’un d’eux. L’effet dissuasif du pistolet est évident, l’objectif étant de réussir à neutraliser la personne sans aller jusqu’au contact.

Au sein de cette brigade de nuit, des conducteurs cynophiles emploient aussi des chiens, généralement muselés, sauf en cas de risque létal.

Des sessions d’entraînement aux sports de combat sont assurées chaque semaine dans les locaux de la Police municipale, qui dispose de son propre dojo. ©Richard Gonzalez

Des moyens adaptés

En plus d’une patrouille pédestre, la Police municipale dispose d’une quarantaine de VTT, quelques Segways, des véhicules « adaptés » (dont canins) Une section de motards assure aussi le contrôle et la fluidification du trafic routier, sa sécurité, et celle des vélos.

Cyrille Jacob, directeur des tranquillités, supervise l’ensemble des missions de la Police municipale. « Notre philosophie n’est pas de tourner dans tous les sens, mais de concentrer l’action là où elle est nécessaire, avec les moyens appropriés », explique-t-il.

La direction des tranquillités œuvre comme une courroie de transmission entre les orientations politiques et leur traduction opérationnelle au quotidien.

Elle fait aussi l’interface avec l’administration générale, en lien avec la Préfecture, la Police nationale, la Gendarmerie nationale, le Samu, le service départemental d’incendie et de secours (SDIS), ou encore l’institution pénitentiaire.

informationRenseignements divers
Police municipale : 21, rue Lesdiguières - 04 76 46 74 97
Fourrière municipale : 1, quai Paul-Louis-Merlin - 04 76 87 49 12
Objets trouvés : 21, rue Lesiguières - 04 76 46 74 97
courrielhttps://grenoble.franceobjetstrouves.fr/

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

Les berges de l’Isère invitent à un retour aux sources

Jardin des Vallons : une biodiversité citadine

Hoche, un jardin aux ambiances variées