Actus de la ville

Accueil >Actualités >Actus de la ville>Trouver le bon rythme !

Activités périscolaires

Trouver le bon rythme !

Elèves, parents et animateurs semblent avoir trouvé leur rythme : plus de confiance et de fluidité. Comme annoncé, pas de grand changement cette année du côté des animations périscolaires.

Animation scolaire

 

Les horaires et les grand principes de l’an dernier sont conservés : classe le mercredi matin, fin de l’école à 16h, activités périscolaires tous les soirs (récréactive, accompagnement scolaire ou ateliers éducatifs). Environ 600 animateurs accompagnent cette année les élèves. Ils sont encadrés par 36 animateurs référents, déjà présents l’an dernier et titularisés depuis. Le choix avait été fait de ne rien bouleverser et d’ouvrir la discussion avec tous les acteurs sur les évolutions futures.

Quelques changements ont été apportés dans l’organisation pour faciliter la mise en œuvre du périscolaire et améliorer sa qualité : l’inscription à la récréactive et à l’accompagnement scolaire était possible dès cet été. De nouvelles structures -la Croix Rouge, le FCG, l’Espace 600, le Magasin…- participent à l’animation des temps périscolaires afin de proposer plus d’activités aux enfants.

Une organisation fluide

« Rien à voir avec l’an dernier ! » analyse Samira Ben Azzouz, animatrice référente et coordinatrice maternelle à l’école La Fontaine. « La majorité des animateurs étaient déjà là : on a pu pérenniser ce qui avait été mis en place et les parents connaissent le fonctionnement.
L’équipe comprend surtout des animateurs qui ont le BAFA et une expérience en centre de loisirs. Pour la récréactive, ils proposent de vraies activités selon de leurs compétences : arts plastiques à partir de matériaux de récupération, danse… L’atelier se termine à 17h quand les premiers parents arrivent. On organise ensuite un jeu pour ceux qui partent plus tard. L’accompagnement scolaire est pris en charge par des animateurs qui ont l’habitude de s’occuper de l’aide aux devoirs. Et pour la maternelle, ce sont les 4 ATSEM de l’école qui se relaient. C’est beaucoup mieux car les enfants et les parents  sont vainement en confiance. »

 

Témoignages

Animateurs, enseignants et parents d’élèves partagent leurs premières impressions sur la mise en place des activités périscolaires.

 

PériscolaireEmmanuelle Mitaut, maman d’élèves scolarisées à l’école Libération
J’ai deux filles à l’école maternelle Libération cette année : Maya 3 ans et Inès 5 ans. J’ai choisi de na pas inscrire la plus jeune en périscolaire car c’est sa première année à l’école maternelle. L’ainée est en Grande Section et suit deux ateliers éducatifs à la Maison de l’Enfance Bachelard. Elle va au Centre aéré là-bas, donc elle est en terrain connu. Elle a choisi cuisine car elle adore ça : elle invente des recettes et veut en faire son métier ! Son autre activité est le multi-sport, qui se déroule avec des élèves d’élémentaire et lui permet de retrouver des copains qui sont en CP cette année.
Ce qui est bien, c’est que les animateurs de la Maison Bachelard viennent chercher les enfants, les font goûter… On est tranquille car ils sont bien encadrés. L’autre avantage, c’est que ça se termine à 18 heures, contrairement à la récréactive qui se termine à 17h30, un horaire qui n’est pas très adapté pour les parents qui travaillent… On a pu faire une préinscription dès cet été, mais sans être sûr que l’enfant aurait une place sur l’activité qui l’intéresse, ce que je regrette car on reste dans le doute jusqu’en septembre !

 

GERARD Ludovic + Joris 1Ludovic Gérard, papa d’un élève scolarisé à l’école La Fontaine
Mon fils Joris est en CE1 à l’école La Fontaine. Les inscriptions au périscolaire se sont faites facilement : on a rapidement été informés des activités par l’école. Je suis satisfait de l’offre dans le sens où les activités sont variées. Ce qui est moins bien, c’est que les ateliers éducatifs ne sont proposés qu’un seul jour par semaine, et je pense que ce serait plus facile de s’organiser si on avait le choix entre au moins deux jours dans la semaine. J’aurais aussi préféré que ça finisse un peu plus tard car 17h30 c’est souvent juste pour venir chercher les enfants quand on travaille et qu’on est coincé dans les bouchons !

 

LE CANU Marie 3Marie Le Canu, animatrice intervenante à l’école La Fontaine
Je suis animatrice à l’association Profession Sport 38 et dans le cadre du Plan Educatif Local, j’interviens dans les écoles de la Villeneuve pour animer des ateliers cuisine : ils s’organisent en fonction de l’âge des enfants et peuvent se dérouler dans l’une ou l’autre école. Un pédibus est mis en place pour aller chercher les élèves des autres écoles.
En début d’année, on réfléchit ensemble aux recettes qu’ils aimeraient découvrir , sur le fil conducteur des pays du monde. L’objectif est vraiment que les enfants participent et manipulent : ils cassent les œufs, ils remuent… mais ils ne s’approchent pas du four ! Il faut aussi que la recette soit réalisable en une heure et demie, car les enfants ramènent toujours chez eux ce qu’ils ont préparé.

 

TAAZIBT Sonia 3Sonia Taazibt, animatrice référente à l’école Léon Jouhaux
Le recrutement des animateurs a été anticipé avant la rentrée et les équipes étaient constituées dès le premier jour. On a donc pu démarrer dans de bonnes conditions et les inscriptions aux activités se sont déroulées simplement.
En tant que référente, j’ai suivi une demi-journée de formation avec le service informatique de la Ville durant la semaine de pré-rentrée, et cela m’a beaucoup aidé pour gérer les inscriptions. Les préinscriptions ont plutôt bien fonctionné même si certains parents sont revenus inscrire les enfants à la rentrée et qu’il a fallu gérer quelques doublons : en général c’était positif.

Pour la récréactive, on essaie de se partager les tâches en fonction des compétences de chacun, ce qui permet aussi de varier : jeux collectifs, activités artistiques… Il faut qu’i y ait de la diversité pour que les enfants puissent choisir.
En tant que référente, j’ai eu la possibilité de participer au recrutement des nouveaux animateurs, d’une façon générale et pas spécifiquement pour l’école où j’interviens. C’était une demande qu’on avait faite l’an dernier et c’est très positif car je pense qu’on a une approche complémentaire par rapport aux recruteurs de la Ville. On est sur des points pratiques, des questions de terrain et c’est bien que notre expérience soit ainsi prise en compte.

 

LINOSSIER David 2David Linossier, enseignant de CE1 à l’école Léon Jouhaux en charge de l’accompagnement scolaire
L’accompagnement scolaire est pris en charge à 50/50 par des animateurs et des enseignants. Personnellement, j’interviens 3 jours par semaine. Les quatre groupes constitués sont très hétérogènes : on mélange volontairement les niveaux, et je pense que c’est une bonne chose : ça évite de retrouver les conflits de la classe, et les plus grands peuvent aider les petits. Par ailleurs, en fin de journée, gérer un groupe avec beaucoup de grands c’est compliqué !
Concernant l’organisation de la séance, avoir plusieurs niveaux permet aussi de commencer avec les petits qui ont besoin qu’on les aide à lire le cahier de devoirs.
Les groupes comptent entre 12 et 20 élèves en fonction des jours. C’est correct. Quinze enfants c’est l’idéal, au-delà ça devient difficile pour s’occuper de tout le monde. J’encadre certains de mes élèves. Pour certains, cela peut être bien d’avoir une autre approche. Pour ceux qui ont des difficultés je pense que c’est mieux de conserver la même méthode car ça leur donne davantage de repères.

 

VENDRA Philippe 2Philippe Vendra, animateur à l’école Léon Jouhaux
Je suis éducateur sportif et titulaire du BAFA et j’ai une expérience de plusieurs années avec les enfants : j’ai travaillé en MJC, encadré des séjours l’été… C’est ma première année à l’école Léon Jouhaux et ma première expérience dans cette fonction que je découvre.
La réunion de pré-rentrée a été très bénéfique : ça nous a aidé à faire connaissance, repérer les lieux, réfléchir à ce que chacun pouvait apporter. Ca a vraiment facilité les choses !
J’interviens sur la récréactive et j’organise surtout des activités sportives au gymnase voisin, qui pour l’instant est disponible tous les jours. C’est bien, on n’est pas contraint par les intempéries et on laisse au calme ceux qui font autre chose. On pratique surtout des activités en équipe : du foot bien sûr, mais aussi du hand, du basket. Pour les enfants c’est important de jouer ensemble : ils se rapprochent, et toutes les classes sont mélangées. On vient aussi de mettre en place des mini-tournois avec les écoles voisines, Jules Ferry et le Grand Châtelet : ça pimente le jeu et les enfants sont motivés.

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Accompagner les personnes migrantes

Une ville à hauteur d’enfant

Faites vos jeux !