Découvertes

Accueil >Découvertes>Un melting pot d’improvisateurs

Impro sur cour

Un melting pot d’improvisateurs

Cet été, le festival Impro sur cour revient sur les planches de la Basse-Cour du 8 au 19 août. Rassemblant plusieurs troupes de théâtre d’improvisation grenobloises, la formule de cette quatrième édition propose une alternance entre spectacles improvisés sur scène, cartes blanches à deux comédiennes, et formations ouvertes à tous.

Interview de David Lombard, comédien-improvisateur, co-organisateur de cette semaine improvisée.

Parlez-nous du festival Impro sur cour !

C’est un moment de rencontres et de partage, à la fois entre comédiens-improvisateurs, et avec le public. A Grenoble, il y a une quinzaine de troupes de théâtre d’impro, chacune avec sa chapelle. Nous souhaitons ouvrir les frontières pour nous rencontrer, jouer et créer des spectacles ensemble. L’idée forte est de faire découvrir au public l’improvisation dans toute sa diversité : le catch, le match, le format court ou long, avec des constructions de jeu théâtral différentes.

 

Qui va participer à ce festival ?

La compagnie Imp’Acte Impro prend en charge sa gestion, en partenariat avec la Basse-Cour qui accueille l’évènement. Plusieurs troupes grenobloises seront représentées sur scène : les Quand Mêmes, le TiGRe, la compagnie Imp’Acte, Les Éloquents, Latiag et la Cie Gale. Créer ensemble quelque chose : c’est le but premier de l’improvisation.

Le public peut aussi venir se former à l’improvisation ?

Oui, cette année, l’accent est mis sur la formation, avec quatre stages proposés pendant les deux semaines, de 2 à 5 jours, pour débutants, ados et adultes. Ils seront assurés par des formateurs locaux – Paul Nichilo et moi-même – et nous faisons aussi venir des gens de l’extérieur, pour infuser des choses nouvelles sur Grenoble. Nous aurons donc le plaisir d’accueillir Anaelle Tribout-Dubois, de Paris, et Selena Hernandez, de Lyon.

Mais c’est quoi, l’improvisation au théâtre au juste ?

A l’origine l’improvisation est un exercice théâtral qui est devenu une pratique à part entière, avec différents courants. C’est du théâtre de l’éphémère : les conditions sont partagées par le public et les comédiens dans la magie de l’instant. Il y a trois piliers importants pour un improvisateur : l’acceptation, l’écoute et le lâcher-prise. C’est ainsi que les idées viennent et se nourrissent de ce qui nous entoure, pour créer un univers commun avec les autres comédiens.

 

informationRenseignements divers
courrielhttp://www.labassecour.net/programme/?cat=2

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Mécanique de l’éducation

Féminin sans tabou

Le monde dans l’objectif