Reportages

Accueil >Dossiers >Reportages>Enfance, éducation : il faut toute une ville pour élever un enfant

grenoble en transition

Enfance, éducation : il faut toute une ville pour élever un enfant

Des tout-petits aux jeunes adultes, la Ville est présente à toutes les étapes de l’éducation.
En privilégiant une approche adaptée aux besoins des différents âges de la vie, elle réaffirme la priorité donnée à une politique éducative qui contribue à l’émancipation et à la construction de soi au cœur de la cité.

Fabien Malbet, Elisa Martin.

Structurée par le « parcours éducatif », la politique éducative « prend en considération les différents moments de l’enfance qui sont bien spécifiques : temps de l’éveil, de l’éducation, temps de l’émancipation et des copains… », précise Élisa Martin, première adjointe au parcours éducatif. Cette approche peut passer par la création de lieux adaptés et implique une approche transversale qui mobilise l’ensemble des acteurs : Ville, CCAS, Éducation nationale, associations… pour mettre en cohérence une action qui vise à l’épanouissement de chaque enfant « dans la bienveillance et le respect des familles ».

Informer les familles

Pour accompagner au mieux les jeunes parents, la Ville met cette année l’accent sur l’information collective. Des temps d’accueil réuniront la Ville, la CAF, la Protection maternelle et infantile et les associations, afin que les familles aient connaissance des ressources disponibles.

Soucieuse de développer des modes de garde publics et d’accueillir les enfants dans de bonnes conditions, Grenoble a cependant dû renoncer à la création significative de places en crèche en raison de la contrainte budgétaire. Face à l’état très dégradé des bâtiments, elle pare au plus pressé.
En janvier, la crèche Abbé Grégoire s’est installée dans des nouveaux locaux rue Charrel, un réaménagement de la crèche Mille Pattes (secteur 1) est prévu et la Ville finance des travaux à la crèche associative les Loupiots à la Bajatière.

Des écoles exemplaires

Avec la mise en place du Plan écoles (lire encadré), Grenoble réaffirme sa volonté de construire avec sa jeunesse la ville de demain. « Dans une ville en transition, il n’y a pas que l’espace public ou l’habitat qui doivent changer mais les façons de vivre ! », souligne Fabien Malbet, adjoint aux écoles. « Éduquer c’est accompagner, guider… et parfois inventer des pédagogies pour atteindre ses objectifs. C’est un chemin escarpé, qui peut passer par une ville exemplaire avec des écoles attentives à l’environnement et la citoyenneté. »

La future école Simone Lagrange, quartier Jean Macé, en chantier. © Justine Latta

Les futures écoles seront des bâtiments basse consommation ou passifs, avec une attention portée au choix des matériaux. Pour que ces écoles s’ouvrent aux acteurs du quartier, tous les projets comprennent au moins une salle mutualisée facilement accessible. Les élèves seront aussi impliqués dans le choix du nom des nouvelles écoles.

Périscolaire : objectif épanouissement

Cette « transition éducative » a aussi conduit à la réorganisation du périscolaire à la rentrée. Fruit d’une longue concertation, ce nouvel aménagement entend privilégier l’épanouissement et l’autonomie. Il ne s’agit plus d’inscrire l’enfant soit à l’accompagnement scolaire, soit à des activités de loisirs. Un temps périscolaire unique est mis en place durant lequel il peut choisir entre différentes activités.

Une aide aux leçons, limitée à deux soirs par semaine, est maintenue, avec possibilité pour l’enfant qui a fini son travail de rejoindre une activité.
Travail de l’école Élisée Chatin sur une fresque de la fraternité square Foch, Hôpital des doudous animé par des étudiants en médecine à l’école Menon… Les projets sont originaux, créatifs, sportifs, éducatifs, ludiques.

En un mot : enrichissants.

La Chaufferie, nouvelle version

Depuis octobre dernier, la Chaufferie est dédiée aux 11-25 ans. C’est d’abord un centre de loisirs pour les quartiers Teisseire-Jouhaux-Malherbe, qui comprend un foyer convivial, propose des activités (step, danse hip-hop…) et un accompagnement aux projets (service civique, Fond initiative jeunesse…), tandis que des liens se tissent avec l’espace jeunesse des Baladins (club manga, sport au féminin).
C’est aussi un espace de dialogue et d’échanges qui accueille régulièrement des débats autour de thématiques comme la citoyenneté, les relations garçons-filles… et s’adresse à l’ensemble des jeunes Grenoblois.

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

La nature s’épanouit aussi en ville !

Et le temps suspendit son vol