Dossiers

Accueil >Dossiers>Mieux connaître les perturbateurs endocriniens

santé

Mieux connaître les perturbateurs endocriniens

À l’occasion d’une conférence sur les perturbateurs endocriniens qui se déroulera le 1er  février, Gre.mag a voulu en savoir plus sur le sujet. Quels sont les risques pour notre santé ? Comment s’en protéger ? Et quelles actions sont mises en œuvre par la Ville ? Enquête.

Les perturbateurs endocriniens sont des substances qui affectent le système hormonal. Claire Philippat, chercheuse Inserm à l’Institut pour l’Avancée des Biosciences (IAB) Grenoble, Équipe Épidémiologie environnementale, explique :

 Un grand nombre de substances sont susceptibles de répondre à cette définition : les substances naturelles comme les phyto-œstrogènes ou certaines mycotoxines, et des composés industriels comme certains pesticides, certains plastiques et des produits utilisés entre autres dans les cosmétiques et produits de soin. Les sources d’exposition sont multiples et des perturbateurs endocriniens sont détectables chez 70 à 100 % des personnes testées dans le cadre de nos études.

Des bons réflexes à adopter

Les perturbateurs endocriniens peuvent entraîner des troubles de la reproduction, de la croissance ou du neuro-développement.

©Jean-Sébastien Faure

C’est pourquoi des gestes simples sont recommandés pour s’en préserver. Par exemple : « éviter le plastique pour conserver et réchauffer les aliments, adopter une alimentation bio pour éviter les pesticides ou encore proscrire les cosmétiques contenant du paraben ou du triclosan. »

La Ville de Grenoble, qui a adhéré en mai  2019 à la Charte des villes sans perturbateurs endocriniens, développe de nombreuses actions en ce sens. Ainsi, l’usage des produits phytosanitaires a été supprimé dans les espaces verts.

Conférence grand public

Côté alimentation, le passage au verre ou à l’inox pour les contenants dans la restauration collective est en cours d’étude. Dans les marchés publics, des critères pour favoriser les écolabels ainsi que les produits les moins polluants sont mis en place.

Et pour protéger les plus jeunes, les crèches ont exclu les lingettes pré-imprégnées au profit de liniments. Enfin, la Ville s’est engagée dans une démarche d’information et de sensibilisation des professionnels et des habitants. En partenariat avec l’IAB, elle organise ainsi une conférence grand public sur le sujet le 1er février.

informationRenseignements divers
Conférence «Perturbateurs endocriniens, comprendre leurs effets sur la santé et adopter les bons comportements pour les éviter». Samedi 1er février 2020 à la Maison des Associations à 10h30. Entrée libre. Ateliers et garderie sur inscription (nombre limité).

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Il y a soixante-quinze ans, la libération des camps

Vox populaire

De nouveaux noms pour un meilleur repérage