Découvertes

Accueil >Découvertes>La saga Émergences continue, version confinée

Ce contenu fait partie du/des dossier(s): #RestezChezVous : Grenoble confinée

éloquence

La saga Émergences continue, version confinée

Par amour de l’éloquence, Nousseiba, jeune ambassadrice de 18 ans, a rejoint l’aventure Émergences en juillet dernier lors de sa 3e édition. Cette année, la saga continue version confinée : rendez-vous en ligne, dimanche 10 mai à 19 heures.

Nousseiba sur scène, lors de sa performance d’éloquence au mois de décembre. ©Sylvain Frappat

Nousseiba, peux-tu nous parler de ton parcours et de tes amours avant d’avoir rejoint Émergences ?

Je suis élève en dernière année au lycée Argouges et l’année prochaine, je souhaiterais rejoindre la faculté de médecine. J’aime m’évader et explorer de nouveaux horizons grâce aux randonnées et aux voyages. Ils me permettent aussi de faire de nouvelles rencontres. J’aime également l’éloquence. C’est ce qui m’a naturellement emmené vers Émergences.

Avais-tu déjà fait de l’éloquence avant de rejoindre Émergences ?

L’année dernière, j’ai participé au concours Éloquence Junior, organisé par Europole. Étant à l’aise en public, j’ai voulu tester l’aventure et elle m’a énormément plu. J’ai d’ailleurs été finaliste de la compétition. Émergences était donc une suite logique de mon parcours de vie.

Et puis, j’ai grandi dans une famille où prendre la parole en public est habituel et quotidien. En effet, mon père est imam à Teisseire et ma mère est pleinement investie dans la vie associative du quartier. Ils sont très régulièrement sollicités et donc appelés à s’exprimer en public.

Qu’est-ce qui te plait dans l’éloquence ?

Pour moi c’est une force de parler devant un public et de partager mes idées. La parole est une arme et pouvoir la maîtriser me donne de la puissance. J’ai beaucoup à apprendre dans l’éloquence et je ne souhaite pas m’arrêter là.

Peux-tu nous parler de ton aventure personnelle à Émergences ?

Un jour, une amie de ma mère a appris que j’avais participé à ce concours d’éloquence. Étant elle-même une des organisatrices de l’événement, elle m’a invitée à la première réunion de travail.

J’ai tout de suite été emballée et c’est ainsi que je me suis retrouvée participante de la 3e édition. J’ai pu déclamer mon texte devant un public. Étant perfectionniste, je souhaitais peaufiner mon discours, m’améliorer sur scène. En participant alors à Émergences 4, j’ai ainsi pu prendre ma revanche et quel bonheur !

©Sylvain Frappat

Comment se passent les rencontres à Émergences ?

Lorsque je suis arrivée la toute première fois, j’étais impressionnée d’arriver dans un nouveau groupe qui avait l’air soudé. Je ne connaissais personne. Et je n’étais pas la seule à être nouvelle. Très rapidement, chacun s’est intégré, a appris à connaitre l’autre avec son quotidien, ses difficultés et ses facilités.

Durant toute l’aventure, on s’est entraidés, soutenus, on est devenu une famille. Grâce à ces rencontres, j’ai beaucoup grandi et mon regard a changé sur moi et sur les autres.

Le soir du spectacle, nos liens se sont encore plus resserrés. C’était comme une énergie libérée et une résultante de tous nos efforts déployés durant cette aventure.

Quel message souhaiterais-tu faire passer ?

Émergences, ce n’est pas qu’une aventure, c’est une rencontre avec soi-même et avec les autres. C’est une opportunité de s’ouvrir au monde et aux opportunités.

informationRenseignements divers
Spectacle virtuel d'Émergences, Acte V spécial confinement, "Quand les talents réinventent des formes de solidarité" : dimanche 10 mai de 19 heures à 21h15 sur la page Facebook de la Ville de Grenoble.
courrielhttps://www.facebook.com/VilledeGrenoble/?ref=br_rs
courrielhttps://www.grenoble.fr/1361-grenoble-emergences.htm

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Musée de Grenoble : garder le lien avec le public

AFNOR : masque barrière et mobilisation citoyenne

Au Muséum, les félins attendent leur tour…