Découvertes

Accueil >Découvertes>Inscrire le théâtre dans la cité

Théâtre

Inscrire le théâtre dans la cité

Organisé par le collectif Troisième Bureau, Regards Croisés poursuit son exploration des écritures théâtrales avec cette année une attention particulière portée au thème de l’adolescence. Une quinzaine d’auteurs – parmi lesquels Naomi Wallace, Evan Placey, Tiago Rodrigues – sont invités du 19 au 24 mai au Théâtre 145.

Les lycéens seront au cœur de cette nouvelle édition de Regards croisés.

Cette année, les lycéens seront au cœur de cette nouvelle édition de Regards croisés.

La particularité de ce festival, c’est de se placer avant la représentation théâtrale pour provoquer la rencontre avec des textes d’aujourd’hui. «Nous sommes des passeurs, précise Bernard Garnier, coordinateur de la manifestation. Nous invitons le public à partager une expérience, celle de la lecture, dans un dispositif particulier renvoyant à l’idée d’échange. En effet tout le monde, auteurs, lecteurs et public, est assis autour d’une table, qui est par excellence le lieu de la discussion, de la confrontation et… de la convivialité ! Car le théâtre sert aussi à cela !»
A l’opposé de la consommation culturelle, la présence active du public sera donc sollicitée durant les six soirées qui accueilleront des auteurs venus de France, d’Angleterre, du Portugal, des États-Unis et de Syrie pour des lectures suivies de temps d’échange.

Les jeunes s’emparent du festival
Pour affirmer combien le théâtre qui s’écrit aujourd’hui s’adresse aussi et avant tout à la jeunesse, le fil rouge de cette quinzième édition est l’adolescence. Un thème qui « fait écho au travail mené avec des lycéens depuis la naissance du festival et dont on se nourrit. »
Cette année, des élèves des lycées Argouges et les Eaux-Claires participent aux Regards lycéens du jeudi après-midi : ils liront des extraits de pièces signées Evan Placey, Guillaume Poix et Tiago Rodrigues qu’ils ont étudiées en classe avant d’échanger avec les auteurs. Par ailleurs, la présence des jeunes est amplifiée puisque pour la première fois ils sont partie prenante des rencontres en soirée. Le 20 mai, ils prendront en charge la lecture de Holloway Jones d’Evan Placey puis apporteront leur éclairage sur le texte lors de la rencontre avec le public.

Questionner le monde d’aujourd’hui
Si l’adolescence est au cœur du festival, c’est aussi en raison de la richesse de cette thématique. Déclinée à travers « des écritures singulières », elle se révèle une formidable porte d’entrée pour parler du monde d’aujourd’hui et des questions qu’il soulève. La quête de la liberté et les rapports homme-femme en Syrie avec Les Petites chambres de Wael Kaddour, les violences faites aux femmes homosexuelles en Afrique du Sud avec Straight de Guillaume Poix, le racisme dans l’Amérique des années cinquante avec Et moi et le silence de Naomi Wallace, une pièce «qui fait tragiquement écho à des événements plus récents»… Autant de sujets abordés durant ce festival qui entend aussi «inscrire le théâtre dans la cité» et se clôturera par un grand repas en extérieur réunissant les participants, le public et les habitants du quartier.

informationRenseignements divers
Du 19 au 24 mai au Théâtre 145.
courrielhttp://www.troisiemebureau.com/

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Visages d’Ukraine

L’élite de l’athlétisme a rendez-vous à Bachelard

Éclectiquement vôtre !