Actus de la ville

Accueil >Actualités >Actus de la ville>Parce que les aidant-es ont aussi besoin de soutien

solidarités

Parce que les aidant-es ont aussi besoin de soutien

À Grenoble, la Maison des aidant-es Denise-Belot, située dans le quartier du Lys-Rouge est un lieu de partage, de rencontre et d’information à destination de tous les aidant-es.

©Sylvain Frappat

Depuis bientôt dix ans, la Maison des Aidant-es s’érige en véritable lieu-ressource, pour toutes les personnes qui aident chaque jour un proche en perte d’autonomie en raison de son âge, de sa maladie, ou encore de sa situation de handicap.

Son objectif : prévenir les risques d’épuisement, d’isolement ou de dégradation de la santé. Anne Royer, coordinatrice pour la Maison des Aidant-es, explique :

De nombreux aidant-es ont tendance à nous expliquer que la situation peut les isoler. Ils doivent en effet être proches du malade et n’ont plus de temps à accorder à une activité.

Ici, de nombreuses animations, d’une durée de deux à quatre heures, sont proposées toute l’année, telles que des activités de sophrologie, de gym, ou encore des ateliers nutrition.

La structure prend le relais de l’aidant-e

Tout au long de l’année, un dispositif nommé «halte-répit» est également mis en place. «Nous nous engageons à ce que l’aidant puisse sortir pour avoir du répit. Pendant ce temps-là, nous accueillons le malade.»

Ce dispositif peut être appliqué notamment lors des activités destinées aux aidant-es. «Par ce biais, l’aidant-e ne s’inquiète pas d’avoir laissé la personne dont il a la charge à la maison, puisque la structure s’en occupe. Cette option a l’avantage de travailler la séparation entre l’aidant-e et l’aidé-e.»

informationRenseignements divers
téléphone 0476701628
18, allée de l'école Vaucanson

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Des MdH encore plus près des habitant-es

Quand déjeuner rime avec convivialité

Flaubert à la page de l’urbanisme transitoire