Actus de la ville

Accueil >Actualités >Actus de la ville>Echecs chinois : faire vivre les cultures à Grenoble

Maison de l'international

Echecs chinois : faire vivre les cultures à Grenoble

Située au jardin de Ville, la Maison de l’International ouvre ses portes à tous les acteurs socio-culturels faisant vivre les pays du monde entier à Grenoble. Février est dédié à la Chine avec une exposition et des activités proposées par l’association Tournesol Chinois. Reportage lors d’un atelier de découverte d’un jeu d’échecs venu d’ailleurs.

Cliquez sur l’image pour lancer ce diaporama de 15 images

«L’association Tournesol Chinois a pour but de promouvoir l’échange culturel chinois et européen», explique Lili Fan, trésorière de la structure. «Elle donne des cours de chinois et organise régulièrement des activités dans les écoles ou les centres de loisirs.»

Tous les ans, elle propose aussi une exposition et des ateliers à la Maison de l’international dans le cadre du mois de la Chine. Cette année, «L’essence des cultures chinoises traditionnelles» expose des peintures à l’encre chinoise et des costumes traditionnels autour des cultures de Suzhou, ville jumelle de Grenoble.

Quatre ateliers sont aussi organisés gratuitement. L’atelier de découverte des échecs chinois, qui présente quelques variantes du jeu que l’on connaît dans nos cultures occidentales, s’est tenu mercredi 16 février après-midi.

Traverser la rivière vers l’échec et mat

L’objectif de l’échec et mat reste le même. Le plateau est, lui, découpé différemment avec deux espaces traversés par une rivière que certaines pièces du jeu ne peuvent dépasser. Il existe aussi un palais qui renferme le roi (ou le général) et le gardien, son protecteur. Ces deux personnages ne peuvent s’en échapper.

L’éléphant (ou le ministre) ne peut se déplacer qu’en diagonale, à l’image de notre fou. On retrouve aussi le cheval, le pion ou encore le canon. Chaque pièce est reconnaissable par un caractère mandarin.

A l’occasion de cet après-midi d’initiation, curieux-ses et passionné-es se sont rejoint-es autour de ce jeu peu connu et pratiqué à Grenoble.

On retrouve par exemple, Armand, passionné par la culture chinoise depuis 40 ans, et son petit-fils Gaël, passionné quant-à-lui par les échecs occidentaux. Il racontent :

On connaissait l’existence des échecs chinois. C’est un peu plus difficile car il y a des pièces qui n’existent pas et il y a la rivière. Mais quand on a l’habitude de jouer aux échecs, c’est un peu plus facile de s’y mettre !

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Des montagnes de mystères à gravir

Vent de verdure

La Villeneuve : une année de festivités