Sports

Accueil >Découvertes >Sports>Mettre K.-O les préjugés

boxe

Mettre K.-O les préjugés

Au sein du Ring Grenoblois, un club de boxe local, une section est ouverte pour les femmes mais aussi pour les personnes handicapées. Rencontre avec des boxeuses et des boxeurs atypiques.

Mardi 15 decembre 2015 Handi Boxe, Patrick Malaizée et Sebastien Pilot, handi boxe, Ring Grenoblois Photo : © Thierry CHENU thierry.chenu@grenoblecommunication.fr +336 84 52 10 99 - www.grenoble.fr Droits réservés : Ville de Grenoble © 2015

Patrick Mallaizée (à gauche) et Sebastien Pilot, passionnés de boxe et entraîneurs au Ring Grenoblois.

 

La handiboxe est née à Grenoble ! Certes, c’est la version un peu chauvine de l’histoire… « Disons qu’elle a sûrement été pratiquée ici et là du fait d’initiatives personnelles, mais nous sommes les premiers à l’avoir structurée » s’amuse Patrick Mallaizée, entraîneur au Ring Grenoblois. 
C’est lors de sa rencontre, au crépuscule du XXe siècle, avec Sébastien Pilot, passionné de boxe atteint d’une neurofibromatose, que débute l’aventure. Cette dernière ne se déroule pas sans heurts, « le président de la Fédération nous a même dit à l’époque que la place des handicapés n’était pas sur un ring… ».

Mais les Grenoblois sont tenaces et continuent de développer l’activité dans la capitale du Dauphiné avant d’avoir l’opportunité d’exporter « leur » discipline. « Presque sur un malentendu, mais on a fini par nous proposer de structurer ça au niveau national. On a monté un projet, créé des cellules et organisé le premier challenge Gilbert Joie, qui fait office de championnat de France et qui perdure toujours. » 
Une réussite incontestable. Au point que la Fédération française de boxe (FFB) a fini par récupérer la handiboxe en son sein. Patrick et Sébastien, devenu lui aussi entraîneur au Ring Grenoblois, continuent de promouvoir la discipline et de sensibiliser le public handicapé sur sa pratique. Avec un grand sentiment de fierté !

Deux femmes sur le ring

Même impression de fierté lorsque l’on rencontre Sabrina Belkhadra et Diana Quifouma. Ces deux-là ont un point commun : leur passion pour la boxe. Tombées dedans quand elles étaient de jeunes adolescentes, ce sport de combat leur a permis de prendre confiance en elles, de gérer leurs émotions, de savoir se défendre… et de s’affranchir du regard des autres.

Mercredi 09 décembre 2015 RING GRENOBLOIS : Équipe féminine : la coach, Diana Quifouma ( gants rouges ) et Sabrina Belkhadra, boxeuse ( 13 ans ). Contact : Patrick Mallaizée, responsable . patrick.mallaizee@hot.mail.fr Lieu : Ring Grenoblois, gymnase Léon Jouhaux, 4 rue du 140e R.I.A., 38000 Grenoble. PHOTO : de g. à d : Sabrina et Diana. © Alain FISCHER 2015, Ville de Grenoble.

Dans l’équipe féminine du Ring Grenoblois, la coach, Diana Quifouma (gants rouges), et Sabrina Belkhadra, jeune boxeuse de 13 ans.

À 13 ans, Sabrina boxe depuis trois ans, dépassant ainsi les préjugés associés à cette pratique majoritairement masculine. « On me disait que c’était un sport de garçon. Je ne me suis pas laissé faire. Maintenant, en combat, il n’y a que le regard de l’adversaire qui compte » explique-t-elle.
Diana est quant à elle mère de famille et présidente du Ring Grenoblois. Elle ne boxe plus, mais à 17 ans, elle a été qualifiée vice championne de France en amateur. Selon elle, être une femme n’a pas été plus difficile pour s’épanouir dans ce milieu. « On peut voir de la violence dans la boxe, d’un point de vue extérieur. Mais, boxer, c’est aussi être malin et savoir gérer des choses dans l’immédiateté… Aujourd’hui, dans tous les milieux, la place de la femme se démocratise, c’est une tendance… » estime-t-elle.

informationRenseignements divers
Ring Grenoblois 
Gymnase Léon Jouhaux 
4, rue du 140e R.I.A.
04 76 63 03 48

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Deux bassins, deux ambiances : faites votre choix !

L’Ut4M vise les sommets

Grenoble autrement : les descentes en canoë de l’Isère