Portraits

Accueil >Découvertes >Portraits>Prescriptrice de soins intenses

mireille mousseau

Prescriptrice de soins intenses

Au sixième étage du CHU de Grenoble-Alpes, on est tout de suite frappé par le regard plein de bienveillance et d’attention qui vous accueille. Au point d’oublier très vite que Mireille Mousseau est cheffe du service d’oncologie médicale et Chevalier de l’ordre de la Légion d’Honneur.

©Sylvain Frappat

Elle égrène rapidement, presque dans un chuchotement, un curriculum vitae à faire rêver tout étudiant en médecine. Comme pour mettre un terme à un exercice délicat, elle finit par l’imprimer et le tendre au journaliste.

Quatre pages qui résument plus de trente années d’une carrière exceptionnelle. Une vie passée à aider les femmes et les hommes dans leur combat contre le cancer.

En 1975, jeune étudiante en médecine, Mireille pousse les portes du Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble. Elle y fera toute sa carrière.

Docteur en médecine en 1984, sa thèse porte sur les Facteurs pronostiques et traitement systémique des cancers du sein en phase avancée . «Un sujet qui n’avait pas été véritablement traité jusqu’alors.» Elle devient professeure des universités à tout juste 40 ans.

Soins non médicaux

Lorsqu’elle obtient sa spécialisation en cancérologie en 1995, les traitements sont encore assez limités, lourds et handicapants. Elle comprend très vite que l’accompagnement du patient est primordial.

S’intéresser à la personne au-delà du malade reste encore aujourd’hui sa philosophie. C’est pour cela qu’elle intègre des soins non médicaux dans la prise en charge des malades : réflexologie, esthétique, art-thérapie.

Des pratiques dont elle tente actuellement d’évaluer les bénéfices de la manière la plus objective possible, afin de mettre en place une consultation de cancérologie dite «intégrative» : les patients pourront être pris en charge de manière conventionnelle tout en étant accompagnés dans leurs demandes de thérapies complémentaires.

Une tumorothèque en préparation

Dans le même esprit, elle a créé, à la faculté de médecine de Grenoble, un diplôme universitaire (DU) réservé aux médecins, pharmaciens et personnel de soins, sur «la place des thérapies complémentaires en cancérologie et face aux maladies chroniques». Avec la volonté de transformer cette formation en diplôme interuniversitaire (DIU).

En parallèle, elle préside l’Agaro, Association Grenobloise d’Aide et Recherche en Oncologie, et s’investit dans la campagne de sensibilisation au dépistage du cancer Octobre Rose.

Prochain objectif : développer l’Agaro et, si possible, la proposer comme modèle d’organisation pour les soins de support offert gratuitement aux malades, au plus proche de leur domicile.

Pour aller encore plus loin, elle travaille, avec le Dr. Payan, chirurgien gynécologue retraité, à la création d’une tumorothèque, d’une sérothèque et d’une plasmathèque de cancers du sein. Il est clair que le parcours du Pr. Mireille Mousseau est bien loin d’être achevé et qu’il nous réserve encore de belles initiatives…

informationRenseignements divers
courrielhttps://www.chu-grenoble.fr/content/mireille-mousseau

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Classe économique

Confidences littéraires

Cinéphile sans frontières