Reportages

Accueil >Dossiers >Reportages>Hoche, un jardin aux ambiances variées

Ce contenu fait partie du/des dossier(s): Sous un feuillage, sur un banc ou les pieds dans l'herbe...

Parcs et jardins

Hoche, un jardin aux ambiances variées

Le jardin Hoche, très fréquenté par les habitants du quartier, renferme de nombreux espaces aux conceptions et aux usages différents.

Cliquez sur l’image pour lancer ce diaporama de 6 images

Situé entre le jardin des Vallons et le parc Paul Mistral, le jardin Hoche a été aménagé dans les années 80. Il faisait aussi partie de la caserne du 6ème bataillon de chasseurs alpins ; l’actuelle Caserne de Bonne que les troupes ont quittée il y a une dizaine d’années.

Daniel Jarry est à l’origine de sa conception. Le paysagiste a cherché à recréer des rues, des places et des cours intérieures au sein du jardin. L’objectif était d’inventer un espace où les habitants peuvent se retrouver, se rencontrer.

Des sculptures aux zones refuge

« Aujourd’hui, ces cours sont surtout des lieux de passage et des zones de jeux », indique Vincent Favet, responsable de l’équipe de jardiniers du jardin Hoche. Un grand espace verduré, ponctué par la présence de peupliers, d’érables ou de frêne, et un large cheminement piéton complètent cette conception.

On y trouve de nombreuses sculptures. « La dernière en date est celle de Jean-Marc Rochette : L’enfant de Tchernobyl », ajoute-t-il. Au centre du jardin, on aperçoit le mur d’eau de Jean-Pierre Philippi.

Dans un tout autre style et un tout autre objectif, on remarque l’escalier en pierre sèche demandé par la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux). Ce refuge est parsemé de plantes aromatiques qui attirent les auxiliaires. Plus loin, un pigeonnier contraceptif, issu du budget participatif 2016, trône au milieu d’une surface herbeuse.

Des ambiances variées

Une tonte raisonnée, une absence de traitement aux produits phytosanitaires et des zones de gazon fleuries, ont permis à l’espace d’obtenir le label Ecojardin, tout comme son voisin, le jardin des Vallons. Tout autour du centre du jardin, plusieurs zones aux usages divers se succèdent.

En se rendant vers l’école Jules Verne, on trouve une zone de plantation de plantes messicoles, comme des coquelicots ou des bleuets. « Dans la mesure du possible, on laisse la nature s’exprimer », assure Vincent Favet.

Côté boulevard Gambetta, une zone herbeuse est souvent investie pour des jeux de ballon par les enfants des écoles et des centres aérés environnants.

Non loin, la butte Fugain, conçue en colimaçon, permet au visiteur de se perdre dans un bout de nature. Tout au long du jardin, on trouve de grandes zones ombragées utilisées par les habitués et les passants pour profiter d’un peu de fraîcheur…

informationRenseignements divers
Boulevard Gambetta, Grenoble
courrielhttps://www.gre-mag.fr/thematiques/sous-un-feuillage-sur-un-banc-ou-les-pieds-dans-lherbe/

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi