Portraits

Accueil >Découvertes >Portraits>Peintre du ciel

Robert Pré

Peintre du ciel

Il assure depuis plus de quinze ans la sonorisation du marché de Noël de Grenoble. Mais dans son cœur, la magie de la fête scintille toute l’année.

lundi 19 décembre 2016 Robert Pré, coordonne la partie technique du Marché de Noël. © Sylvain Frappat - Ville de Grenoble

Robert Pré est pyrotechnicien. Un métier qu’il tient de son enfance grenobloise, quand il observait les employés municipaux préparer le feu d’artifice du 14-Juillet : « Je courais les rejoindre sur le pont Marius Gontard pour suivre leurs moindres gestes, des heures entières. Des magiciens. Je rêvais de faire comme eux. »

Robert Pré les imitera à l’âge où l’on apprend à jouer avec le feu, en amateur éclairé longtemps, concevant des spectacles pyrotechniques pour les événements familiaux. Des tableaux de lumières et de sons de plus en plus élaborés, qui le pousseront finalement à abandonner sa défroque d’ingénieur commercial en 1993. « J’ai tout plaqué pour me lancer à fond. Mais j’ai bien failli y perdre toutes mes plumes. Dans ce métier, on ne gagne pas une clientèle en claquant des doigts. »

Nous tirons une quarantaine de feux d’artifice chaque année : nous voulons surtout prendre le temps de créer de beaux tableaux, en innovant avec les couleurs, le rythme, les sons aussi. 

Il était prêt à fermer boutique, un coup de fil va brusquement modifier le cours de sa vie. « On m’appelle un jour pour participer à un concours de feux d’artifice, à Meursault, en Côte-d’Or. J’ai d’abord cru à une blague. Mais c’était bien vrai. Il fallait remplacer au pied levé une entreprise qui s’était désistée. » Sans illusion, Robert Pré, sa femme Anne-Marie et leur fils Thierry jouent le jeu. Ils écoulent leur stock de fusées comme un parieur mise tout sur sa dernière carte. Double chance au tirage : la petite entreprise familiale gagne l’épreuve et trouve grâce aux yeux d’un producteur d’événements présent dans le public.

Le conte de fées dure depuis plus de vingt ans : lauréat de concours prestigieux, Robert Pré a même signé l’animation pyrotechnique de la Pyramide du Louvre pour les festivités de l’an 2000. « Nous tirons une quarantaine de feux d’artifice chaque année. C’est à la fois beaucoup et en même temps modeste : nous n’avons pas l’ambition de grossir pour gagner beaucoup d’argent. Nous voulons surtout prendre le temps de créer de beaux tableaux, en innovant avec les couleurs, le rythme, les sons aussi. »

C’est que, chanteur d’opérette à ses heures perdues, mari d’une accordéoniste, Robert Pré a l’oreille musicale. Ses spectacles marient l’image et la mélodie à un degré d’intimité poussé. Qui font de son entreprise Star Artifice un acteur reconnu aussi dans l’univers de la sonorisation. Sur le marché de Noël, privé de ses chères fusées, Robert Pré s’en remet aux étoiles qui givrent dans les yeux des passants.

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Good night

Rebond photo

Parfum d’enfance