Tribunes politiques

Accueil >Actualités >Tribunes politiques>Pétition Bibliothèques : le maire renie ses engagements

septembre 2017 / Groupe ensemble à gauche

Pétition Bibliothèques : le maire renie ses engagements

Lors du dernier Conseil du 10 juillet, le Maire a enterré définitivement la pétition Bibliothèques en refusant de la soumettre à un vote comme il était obligé de le faire en cas d’impasse avec les pétitionnaires.

Tout cela au prétexte que la démissions des porte-paroles du Collectif, porteur de la pétition, aurait créé une situation « inédite », la naissance d’un « autre collectif » et que les « acquis » des discussions auraient été perdues.

Mensonge sur la démission des porte-parole

Or, les porte-paroles démissionnaires ont écrit tout le contraire à la Ville dans un mail du dimanche 9 juillet : « Nous vous demandons de ne pas utiliser notre retrait du collectif pour faire barrage à un processus démocratique que votre majorité a elle-même mise en œuvre. A ce jour, nous ne faisons plus partie du collectif et nous souhaitons vous rappeler que vous avez deux interlocuteurs :
– d’une part le collectif « Touchez pas à nos bibliothèques »,
– d’autre part l’ensemble des usagers des bibliothèques (…) »
Donc, non content de prendre une décision autoritaire bafouant les 4000 pétitionnaires, le Maire a totalement méprisé la demande des ex-porte-paroles… tout en les utilisant ! Belle leçon de politique politicienne…

Mensonge sur les soi-disant acquis

Voici par exemple toutes les “avancées” faites par la Ville pour Hauquelin :

Conseil du 22 mai                                           Conseil du 10 juillet
« un lieu d’accès à la lecture publique »  = 1 salle banalisée (Musée ou MJC Allobroges)
« ouverture 1/2 j./sem. avec biblioth. »  = 3 ou 4h min. avec profes. d’autres bibliothèques
« accès à une collection renouvelée »      = 500 docs changés 2 fois/an
« accueils scolaires et animations »         = à la demande et sous conditions

Aucun « acquis », l’inverse même : 170 accueils scolaires en 2015 finalement réduits à quasi-néant par refus d’affecter un seul poste aux relais-lecture !

En privant les Grenoblois d’une votation en octobre avec un vrai choix pour ne surtout pas risquer un vote-désaveu, le Maire vient de dire comment il concevait vraiment la démocratie participative : « avec qui JE veux, quand JE veux, où JE veux ! ».

Contacts :
bernadette.richardfinot@grenoble.fr
guy.tuscher@grenoble.fr

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Anticiper – Agir – Évaluer – Informer Retrouver le « B.A.-BA » de l’action municipale

Non à la privatisation de Grenoble Habitat !

Que va devenir le musée de Grenoble ?