Découvertes

Accueil >Découvertes>Retour en ville

Rocktambule

Retour en ville

Du 9 au 11 octobre, Rocktambule plante son chapiteau à l’Esplanade. Un retour à Grenoble pour les 20 ans d’un festival emblématique… et toujours fidèle à son esprit rock !

Pan-Credit-JP-Angei 1

©JP. Angei

Créé en 1994 par Laurent Ageron, Rocktambule a été un des tout premiers festivals de musique actuelle sur l’agglomération. « On l’a d’abord connu éclaté dans différentes salles, rappelle Grégory Signoret, coordinateur de la manifestation. Mais à force d’être un festival large, sur des esthétiques très variées et sur une durée d’environ 15 jours, Rocktambule manquait un peu d’identité. D’où la décision de se recentrer sur un lieu unique, en un temps plus court. »

Les formules des éditions 2010 et 2011 se concentraient en effet sur quatre jours à l’Esplanade.
En 2012, la Ville de Grenoble refuse de reconduire la formule, le festival déménage à Pont-de-Claix où l’édition 2013 devait aussi se dérouler. « On a dû annuler une semaine avant en raison d’une diminution à la fois des subventions des sociétés civiles et de certaines collectivités, ainsi que l’annulation d’une tête d’affiche. Notre taux de prévente était inférieur aux autres années et on savait qu’on n’aurait pas les 11 000 spectateurs nécessaires pour équilibrer les comptes, puisque rappelons-le, on est entre 70 et 80 % d’autofinancement sur la billetterie. Bref on a pu limiter la casse ! Grâce à une subvention exceptionnelle Ville de Grenoble et Conseil général à l’automne dernier, on a pu repartir cette année pour les 20 ans. La nouvelle municipalité a témoigné de son intérêt et accepté qu’on revienne à l’Esplanade. »

Des sensibilités variées

L’édition 2014 semble bien partie pour faire un carton, avec trois soirées qui regroupent chacune des têtes d’affiche et des artistes découverte. Le 9 octobre, on partira pour une virée entre hip-hop et électro, avec S-Crew, Le Fabrikan ou encore Carbon Airways qui devrait être une des belles surprises du festival…

Le 10, on se baladera de la chanson au reggae en passant par les musiques du monde : Tiken Jah Fakoly, les Ogres de Barback, qui fêtent eux aussi leurs 20 ans. Ils seront accompagnés de la fanfare béninoise Eyo’nlé, mais aussi Pan un projet grenoblois qui réunit Arash Sarkechik d’Emzel Café, Didier Bouchet, ancien des Gnawa Diffusion et Touma Guittet des Barbarins Fourchus.

Le 11, la soul, l’indie-pop et la funk investissent le chapiteau : Electro Deluxe, Fool’s Gold, ALB… Des univers et des sensibilités très variés, au point qu’on pourrait se demander où est le rock dans cette programmation. Explications de Grégory Signoret : « On est plutôt sur la thématique de ce qu’est le rock et pas seulement sur l’esthétique. L’électro ou le reggae peut aussi avoir cet esprit rock ! Par ailleurs, on connait notre public grenoblois : il est féru de musique électro. On a de plus souhaité avoir avec nous des artistes qui ont un lien fort avec le festival : on retrouve les Ogres de Barback qui étaient déjà venus pour nos 10 ans. Quant à Tiken Jah, il a déjà répété chez nous, c’est un artiste attaché à la ville de Grenoble, on a une histoire commune avec lui… et le public aussi. »

Un éco-festival

Labélisé éco-festival plusieurs années, Rocktambule met cette année en place un système de compensation CO2 lors de l’achat de sa place. « On dispose d’un système, un module de l’Ademe, intégré à notre billetterie pour proposer un montant qui correspond effectivement à l’émission de carbone pour venir sur le site du festival, ça varie entre 15 centimes et 2 € selon le mode de déplacement et la distance. C’est incitatif… et très innovant car très peu de festivals le font ! » Cette action volontariste servira à monter des projets développement durable comme replanter de la vigne sur Belledonne.

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Éclectiquement vôtre !

La Caravane du Sport reprend sa route

L’élite de l’athlétisme a rendez-vous à Bachelard