Actus de la ville

Accueil >Actualités >Actus de la ville>Un dinosaure sous la lumière du Synchrotron

Paléontologie

Un dinosaure sous la lumière du Synchrotron

En juillet dernier, le fossile entier d’un dinosaure est passé au crible du Synchrotron : c’était le plus gros scanné au sein de cet institut grenoblois. Depuis les années 2000, ses scientifiques font évoluer les lignes de lumière dédiées à l’imagerie pour les adapter à la paléontologie, le plaçant comme une référence mondiale dans ce domaine.

esrf-fossile-dinosaure0009-credit-esrfpierre-jayet

Il s’appelle Heterodontosaurus et a été découvert en 2005 dans le fond d’une rivière en Afrique du Sud. Préservé dans son écrin de roche, le fossile de ce dinosaure herbivore avait alors fait l’objet d’un premier scan dans un laboratoire du pays, qui n’avait donné aucun résultat. Plus de dix ans après, le professeur Jonah Choinière, paléontologue à l’université de Witwatersrand à Johannesburg, a souhaité approfondir les recherches et a embarqué le fossile avec lui et ses étudiants pour un séjour à l’ESRF (European synchrotron radiation facility). La quantité de rayons X extrêmement importante produite par le Synchrotron a ainsi permis d’utiliser une technique de scanner et de lire l’intérieur de l’objet virtuellement, avec précision, et sans le détériorer.

L’objectif de cette manipulation est d’en apprendre plus sur la biologie de cette espèce et notamment sur ses systèmes respiratoire et digestif. « Avec cette technique, nous voyons des choses que nous n’avons jamais vues avant. Cela nous permet d’aller plus loin dans nos conclusions » explique Vincent Fernandez, scientifique à l’ESRF.

En termes de résultats, un travail d’analyse approfondie est nécessaire, dû à la présence de minéraux métalliques présents dans les ossements qui « compliquent l’étude ».

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Grenoble, capitale mondiale du monocycle

Que racontent les nuits grenobloises ?

Au nom des femmes