Actus de la ville

Accueil >Actualités >Actus de la ville>Une plateforme pour l’entraide et le bénévolat

Volontaires Solidaires

Une plateforme pour l’entraide et le bénévolat

D’un côté, des besoins de soutien. De l’autre, un peu de temps et des compétences à offrir. Et si on se rencontrait pour avancer ? Conçue par la Ville de Grenoble, la plateforme Volontaires Solidaires veut faciliter l’entraide volontaire et bénévole entre habitant-es. Parmi les bénévoles utilisateurs, Violette Remy-Werlen, étudiante, donne depuis octobre dernier des cours de français au sein de la Maison des Habitant-es Abbaye. Focus.

©Auriane Poillet

S’occuper, se sentir utile, partager ses compétences, servir une cause… Telles sont les ambitions qui ont motivé Violette Remy-Werlen, 19 ans, à s’engager pour Volontaires Solidaires. C’est à l’occasion d’un forum que cette étudiante en deuxième année de DUT Métiers du Multimédia et de l’Internet a découvert la plateforme.

«La manière dont Volontaires Solidaires était présentée m’a plu et j’ai trouvé son fonctionnement fluide car toutes les missions proposées sont regroupées sur Internet. On ne passe pas par un nombre infini d’intermédiaires», explique Violette.

Le concept est simple : chaque mission est décrite sur le site en ligne avec des informations comme le lieu, la date, ou la durée. Parmi les propositions, il est possible de s’engager à distribuer des colis alimentaires, accueillir les plus démunis en hiver ou encore accompagner des étrangers à l’apprentissage de la langue française… Ce dernier volet a particulièrement séduit Violette.

J’ai rencontré une personne de Volontaires Solidaires et j’ai compris qu’il n’y avait pas besoin de compétences particulières pour donner des cours. L’avantage, c’est que l’on est libre d’essayer une mission et d’en sortir, si elle ne nous convient pas.

Formation et enrichissement culturel

Chaque mardi, avec deux autres bénévoles, Violette se rend ainsi à la Maison des Habitant-es Abbaye afin de dispenser des cours de français à une quinzaine de personnes. Et si, dans le passé, la jeune femme avait déjà donné des cours du soir à des scolaires, cette forme d’apprentissage lui apporte un enrichissement différent.

«Culturellement, j’apprends beaucoup, car ce sont des personnes venues du monde entier. Aussi, puisqu’elles ont entre 25 et 55 ans, cela demande de composer avec chacune d’entre elles en permanence, ce qui est très formateur.»

Avant chaque cours, l’équipe de bénévoles prépare un cours d’une heure et demie. Le programme proposé est national et basé sur plusieurs thèmes comme «le temps», «l’espace» ou encore «la vie citoyenne». «Nous leur apprenons aussi les bases de la grammaire, de la conjugaison. En ce moment, nous travaillons le passé simple.» Pas si simple !

Cette construction pédagogique dans le temps a renforcé chez Violette une forme de responsabilité. «C’est très enrichissant de ne plus être à la place de l’élève, mais de se mettre à la place de la personne qui va apprendre.»

Des missions qui suscitent des vocations

Aujourd’hui, Violette est convaincue d’une chose : ce bénévolat fait sens dans son parcours professionnel. Il a même renforcé une vocation. «L’année prochaine, je pense me réorienter. Changer de cursus afin d’être en collectivité territoriale, dans une formation plus sociale.»

En plus des missions de volontariat, Volontaires Solidaires propose du parrainage solidaire. En d’autres termes, des jeunes sont mis en lien avec des familles ou des personnes grenobloises qui ont envie de partager du temps, des sorties, ou encore des balades. En fonction de ses possibilités, de ses compétences et de ses disponibilités, il est également possible d’apporter une aide aux migrant-es.

Pour réaliser des missions ponctuelles de solidarité à travers Volontaires Solidaires et aux côtés des associations et services de la Ville et du CCAS de Grenoble, rendez-vous sur grenoble.fr.

informationRenseignements divers
courrielhttps://www.grenoble.fr/1700

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Un Fablab et des espaces à inventer à Prémalliance

Esplanade : des vestiges mis au jour

Flaubert à la page de l’urbanisme transitoire