Tous nos dossiers

Accueil >Dossiers >Tous nos dossiers>La participation citoyenne tisse sa toile

Démocratie locale

La participation citoyenne tisse sa toile

De plus en plus, les Grenoblois.es se mobilisent et participent à l’amélioration de leur cadre de vie et au débat public. Cet entrain se conjugue aux dispositifs proposés par la Ville : budget participatif, ateliers de projet, chantiers ouverts au public… Différents formats d’implication s’expérimentent et évoluent au fil de l’eau, en direction d’une contribution collective et démocratique à « l’édifice urbain grenoblois ».

Pour participer

Des outils pour la démocratie !

Pour Pascal Clouaire, adjoint à la démocratie locale à la Ville de Grenoble, « la participation est un acte d’émancipation de la personne, de la liberté individuelle, et la confrontation des libertés de chacun au sein d’un même espace ».

En avril 2019, un chantier ouvert au public a permis la réalisation d’une fresque au sol sur la placette de la rue Christophe Turc au Village Olympique.

 ©Auriane Poillet

L’élu, au travers de sa délégation, souhaite s’inscrire dans la culture de la participation qu’a développée Grenoble au cours de son histoire :

L’idée est de multiplier les façons d’accrocher les habitants. En plus des réunions publiques, qui sont des instances traditionnelles, nous mettons en place des dispositifs extrêmement différents, pour toucher des publics variés. Tous vont dans le sens de la participation.

De fait, à Grenoble, la démocratie locale dispose aujourd’hui de plusieurs leviers. Ils sollicitent la créativité des citoyens au service du bien commun.

Budget Participatif : les idées des Grenoblois.es prennent vie

Le principe du Budget Participatif, c’est une enveloppe de 800 000  euros du budget investissement de la Ville, dédiée à des projets imaginés, portés et votés chaque année par les Grenoblois.es. Les grandes orientations sont ainsi données par les citoyens.

En 2018, pour la quatrième édition, le dispositif semble ancré dans le territoire, avec une participation multipliée par cinq depuis ses débuts (5 625 votant.e.s). « Cela montre que des milliers de personnes s’engagent », constate Pascal Clouaire.

Les premiers projets se concrétisent, transforment, colorent ou agrémentent l’espace public, ou renforcent une dynamique écologique et solidaire du territoire.

Chantiers Ouverts au Public : de l’imagination constructive

Grâce aux chantiers ouverts au public, l’acte de « bâtir ensemble » s’illustre. Les habitants peuvent imaginer un aménagement de proximité sur l’espace public et le construire eux-mêmes, en faisant la demande à la Ville.

La conception et la réalisation s’effectuent avec les services de la mairie, vis-à-vis des contraintes de sécurité, et pour le support technique et administratif.

Depuis 2018, deux grandes fresques ludiques ont été peintes au sol sur le terrain du Bastion dans le quartier Mutualité et sur une placette du Village Olympique. Du mobilier a été installé à la Chaufferie et le sera bientôt sur la place des Géants.

informationRenseignements divers
courrielhttps://www.grenoble.fr/92

Co-construction

Des habitants au plus près des projets

La Ville a le souci d’associer les habitants dans la démarche d’élaboration de projets urbains. Le Guide pratique de la participation citoyenne élaboré par des élus, des agents municipaux et des citoyens, a permis de définir concrètement les différentes formes de participation proposées à Grenoble : consultation, concertation, co-construction.

Inauguration de la Maison du projet de l’Esplanade ©Thierry Chenu

Co-construction

Les projets de l’Esplanade et de Flaubert ont ainsi été élaborés en co-construction, c’est-à-dire que les habitants (ou riverains) et commerçants ont été associés à l’écriture du projet.  Pascal Clouaire, adjoint à la démocratie locale, précise :

 J’appelle « co-construction » la mise en œuvre d’une méthode de travail qui vise à ce que la mairie et les habitants puissent élaborer un projet commun et partagé, qui tienne compte des contraintes respectives, des volontés et des désirs des uns et des autres. Même si c’est la Ville qui prend la décision finale, les deux partenaires sont à égalité.

La concertation, qui permet aux Grenoblois.es de s’informer et de donner leur avis sur des points précis, comme sur les espaces publics, s’est déroulée dans le cadre des projets Villeneuve, Cœurs de Ville Cœurs de Métropole, Mistral, Abbaye ou concernant le futur parc Cambridge sur la Presqu’Île.

« L’objectif, c’est de donner du pouvoir d’agir aux habitants. Les habitants ont une expertise de vie dans le quartier. À ce titre, ils sont des partenaires pour réaliser ce projet avec nous, s’ils ont une volonté de s’engager bien sûr. »

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

Mode in Grenoble : à vos marques, prêt-à-porter !

Se sentir bien dans sa ville