Actus de la ville

Accueil >Actualités >Actus de la ville>Un Lîeu pour les habitant-es de la ville et de la rue

Ce contenu fait partie du/des dossier(s): Budget participatif : portraits de projets

Budget participatif 2017

Un Lîeu pour les habitant-es de la ville et de la rue

Lors du Budget Participatif 2017, le collectif Parlons-en a proposé la création d’un lieu de débat et d’accueil de jour ouvert à tout-es, en particulier aux personnes en grande précarité. Jeudi 16 janvier, Le Lîeu a inauguré ses locaux dans le quartier Saint-Bruno.

Pierre-Louis, Pascal, Isa, Sarah, Nicolas font partie du collectif Parlons-en. ©Auriane Poillet

Depuis la fin de l’année 2015, le collectif Parlons-en s’est constitué en association pour organiser des débats mensuels sur la vie à la rue et la grande précarité à travers des thématiques variées.

Parce que « parler ne suffit pas », c’est à cette occasion qu’a émergée l’idée de créer un lieu spécifique pour l’accueil des débats et des habitant-es de la ville et de la rue. Le budget participatif 2017 a été l’occasion pour le collectif de soumettre la proposition aux Grenoblois-es.

Finalement, Le Lîeu a été le « gros projet » retenu lors de cette édition. Il a été inauguré mi-janvier dans des anciens locaux municipaux remis à neuf avec une grande salle, deux ateliers intérieurs et une cour.

Un Lîeu à construire

« C’est un lieu né de la volonté des personnes en galère », explique Isa, membre du collectif, tandis que Messaouda ajoute :

C’est un lieu pour rassembler différentes personnes, différentes envies ; pour créer des rencontres avec des personnes peu habituées à se croiser et fabriquer des projets.

Les grandes lignes sont là mais le Lîeu reste un site en construction ouvert à toutes les propositions des personnes qui le visitent.

Les différentes propositions sont récoltées puis affichées. ©Auriane Poillet

« Ça va d’ateliers artistiques à des tournois de coinche, de la zumba, de l’entraide administrative… », explique Pascal. Il continue :

L’idée est que ce ne soit pas un lieu de service, mais aussi un lieu où se poser au chaud, où boire un café. Ici, on a le droit de rien faire. C’est une alternative à la rue. C’est un lieu disponible qu’on ne pourvoit à rien. On peut tout imaginer.

« Ici, ce n’est que des perspectives »

Pour cette installation, le Lîeu, géré par une collégiale d’une quinzaine de personnes élues, organise plusieurs Chantiers Ouverts au Public (COP), dont le premier a eu lieu fin février.

Ces micro-chantiers permettront d’aménager les locaux : peindre une enseigne, créer une bibliothèque, créer du mobilier pour les ateliers… Séb indique :

C’est un outil pour fédérer et un prétexte pour montrer que l’on peut s’emparer du Lîeu. Car il est complémentaire de l’existant : un accueil de jour c’est ponctuel ; ici, ce ne sont que des perspectives !

informationRenseignements divers
courrielhttps://lieugrenoble.wordpress.com/a-propos/
L'inauguration du Lîeu se tiendra lors du Festi-Lîeu en mai (date à définir).

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Jetez-vous à l’eau !

L’info sur toute la ligne

Le féminisme en action